Y a-t-il des allégations sérieuses contre un fournisseur de Pfizer ?


Un sous-traitant de la société pharmaceutique est accusé d'avoir commis de multiples violations lors des essais cliniques du vaccin à coronavirus de Pfizer.

Le vaccin Covid-19 présente de nombreux défauts

Pfizer a été durement touché. L'un de ses sous-traitants, un laboratoire, fait face à de graves allégations selon lesquelles il aurait commis de nombreuses erreurs lors des essais cliniques du vaccin Covid-19 développé par le groupe américain. Ces allégations sont formulées par un ancien employé, selon un article publié mardi 2 novembre dans le British Medical Journal.

L'article allègue que le sous-traitant, Ventavia Group, basé au Texas, spécialisé dans la conduite d'essais cliniques et engagé par Pfizer l'année dernière pour évaluer l'efficacité de son vaccin, a "falsifié des données" et a également "retardé la surveillance des effets secondaires".

Ventavia n'a joué qu'un rôle mineur dans les essais du vaccin, que Pfizer a développé avec la société allemande BioNTech. La société texane a effectué des tests sur environ 1 000 personnes, tandis que le vaccin a été étudié sur un total d'environ 44 000 personnes dans le monde.

Ces essais, qui ont montré une efficacité particulièrement élevée, ont conduit à l'approbation du vaccin dans de nombreux pays, dont les États-Unis et l'Union européenne.

La principale source de l'article du BMJ est une ancienne employée de Ventavia, Brook Jackson, qui y a travaillé pendant quatorze jours lors des essais de vaccins Pfizer/BioNTech avant d'être licenciée. Elle dit avoir été confrontée à de nombreux échecs. Elle accuse notamment Ventavia d'avoir interféré avec l'attribution en double aveugle du vaccin par des incohérences dans l'étiquetage.

Aucun commentaire de la part de la FDA ou de Pfizer

Ce processus est essentiel pour évaluer l'efficacité d'un traitement par rapport à un placebo. Ainsi, ni les patients ni les soignants ne savent si c'est l'un ou l'autre. Brook Jackson cite d'autres lacunes, comme le fait que les vaccins n'étaient pas conservés à la bonne température, et dit les avoir signalées à la Food and Drug Administration américaine, qui a pris note de son rapport mais n'a pas donné suite.

La FDA a refusé de commenter l'affaire, mais a assuré le rapport de sa "pleine confiance dans les données qui ont conduit à l'approbation du vaccin Pfizer/BioNTech". Selon une autre source anonyme citée par le BMJ, Pfizer a entamé un examen de Ventavia après que la société a été informée de "problèmes" dans la conduite des essais. Ni Pfizer ni Ventavia n'ont immédiatement répondu aux questions de l'AFP.