Y a-t-il eu des cas de troubles oculaires et de cécité après l'administration du vaccin COVID ?


Des centaines de cas de cécité figurent parmi les 19 916 cas de "troubles oculaires" signalés à l'agence européenne de surveillance des médicaments de l'Organisation mondiale de la santé à la suite de l'injection de vaccins expérimentaux COVID-19 en Europe. Plus de 10 000 rapports de troubles oculaires après des injections de COVID rien qu'au Royaume-Uni.

Rapports VigiBase

Parmi les quelque 20 000 troubles oculaires signalés à VigiBase, une base de données de l'OMS gérée par le Centre de surveillance d'Uppsala (UMC) à Uppsalla, en Suède, figurent les suivants :

  • Douleur oculaire (4616)
  • Vision trouble (3839)
  • Photophobie ou intolérance à la lumière (1808)
  • Déficience visuelle (1625)
  • Gonflement des yeux (1162)
  • Hyperémie oculaire ou yeux rouges (788)
  • Irritation des yeux (768)
  • Démangeaisons des yeux ou prurit oculaire (731)
  • Larmoiement ou augmentation du larmoiement (653)
  • Vision double ou diplopie (559)
  • Fatigue oculaire ou asthénopie (459)
  • Œil sec (400)
  • Gonflement autour de l'œil ou gonflement périorbitaire (366)
  • Gonflement de la paupière (360)
  • Flashs lumineux dans le champ de vision ou photopsie (358)
  • Cécité (303)
  • Œdème des paupières (298)
  • Gêne oculaire ou oculaire (273)
  • Hémorragie conjonctivale ou rupture d'un petit vaisseau oculaire (236)
  • Blépharospasme ou contraction anormale d'un muscle de l'œil(223)
  • Flotteurs vitréens (192)
  • Œdème périorbital (171)
  • Hémorragie oculaire (169)

Capture d'écran de www.vigiaccess.org

 

Plus de la moitié des troubles oculaires (10 667) ont également été signalés au système britannique de signalement des effets indésirables Yellow Card. Ceux-ci faisaient suite à l'injection principalement des vaccins COVID-19 d'AstraZeneca et de Pfizer, mais comprenaient huit rapports de troubles oculaires parmi les 228 rapports concernant le vaccin de Moderna, dont seulement 100 000 premières doses avaient été administrées au 21 avril.

Les troubles oculaires n'ont pas été signalés lors des essais cliniques des vaccins qui n'ont reçu qu'une autorisation d'utilisation d'urgence (EUA). La fiche d'information de la Food and Drug Administration américaine destinée à ceux qui administrent le vaccin expérimental de Pfizer ne mentionne pas d'effets secondaires oculaires. Elle indique toutefois que "d'autres effets indésirables, dont certains peuvent être graves, peuvent apparaître avec une utilisation plus répandue du vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19". Voir le pdf à la fin du billet.

Rapports VAERS

Les rapports VigiBase et Yellow Card n'offrent pas de détails sur les expériences des patients en matière d'effets secondaires indésirables. Cependant, ceux du système américain VAERS (Vaccine Adverse Event Reporting System) comprennent quelques informations sur le patient, son âge et la présentation générale du cas.

Capture d'écran de medalerts.org

 

Un rapport VAERS décrit un pilote de 33 ans du Mississippi qui a pris le vaccin de Pfizer et a développé des problèmes de vision parmi de nombreux autres symptômes.

"J'ai remarqué un mal de tête tout en haut de ma tête dans l'heure qui a suivi le vaccin", a-t-il rapporté. "Je pensais que c'était normal parce que toutes les personnes que je connais disaient avoir mal à la tête à cause du vaccin. Au cours des heures suivantes, la douleur s'est déplacée vers l'arrière de mon cou et est devenue une sensation de brûlure au bas de mon crâne."

"Deux jours après avoir reçu le vaccin, j'ai piloté mon avion et j'ai immédiatement remarqué que quelque chose n'allait pas chez moi", poursuit le rapport. "J'avais beaucoup de mal à me concentrer. Environ 2 heures après le début de mon vol, j'ai ressenti une pression soudaine et extrême dans ma tête et j'ai failli perdre connaissance. J'ai immédiatement atterri et cessé de voler."

Le pilote a fait la même expérience deux jours plus tard lorsqu'il a essayé de voler à nouveau. La brûlure dans son cou s'est intensifiée et s'est accompagnée de vertiges, de nausées, de désorientation, de confusion, de tremblements incontrôlables et de picotements dans les orteils et les doigts.

Le patient a été diagnostiqué comme souffrant de vertiges et s'est vu prescrire un médicament qui n'a apporté " aucun soulagement ", selon le compte rendu du VAERS. Il a subi des examens approfondis, notamment des tests d'équilibre, des tests oculaires et auditifs, ainsi qu'un scanner et une IRM. Il a été informé qu'une réaction allergique au vaccin Pfizer COVID avait augmenté la pression dans sa moelle épinière et son tronc cérébral.

"Cette pression provoque mes problèmes de vision et a fini par rompre mon oreille interne gauche en brisant plusieurs cristaux dans le processus", indique le rapport. "Je ne peux pas voler avec cette condition. Je prends actuellement du Diamox pour réduire la pression dans ma moelle épinière et mon tronc cérébral."

Plus de 1 200 rapports adressés au VAERS mentionnent des "douleurs oculaires" parmi les symptômes énumérés. Un rapport déposé par un médecin du Wisconsin, âgé de 50 ans, indique qu'il a souffert de "sueurs froides, de fièvre, de faiblesse" et du "pire mal de tête de sa vie" après avoir reçu une deuxième dose du vaccin Pfizer contre le coronavirus Wuhan en janvier. Le médecin a déclaré avoir ressenti une "douleur oculaire fulgurante au cours des deux derniers mois" et des "maux de tête quotidiens" - des événements décrits comme un "handicap" et des "dommages permanents".

Capture d'écran de medalerts.org

 

Une étudiante californienne de 26 ans a reçu le vaccin de Johnson & Johnson le 9 avril et a déclaré avoir ressenti les symptômes post-vaccinaux "typiques" de nausées, de douleurs musculaires, de frissons et de fatigue qui se sont "dissipés". Cependant, le cinquième jour suivant l'injection, elle est allée faire une promenade légère le matin et a "complètement perdu la vision des deux yeux". Elle a également décrit son "mal de tête atroce derrière les yeux" comme le "pire mal de tête de ma vie". Aux urgences d'un hôpital, on lui a administré de la morphine, qui, selon elle, n'a pas soulagé la douleur, et un scanner crânien a exclu la possibilité d'une coagulation. Son rapport, rempli six jours plus tard, dit : "Je suis terrifiée car je sais que quelque chose ne va pas du tout."

Capture d'écran de medalerts.org

Effrayant, stressant et incertain.

Michelle Jorgenson, 31 ans, de l'Arizona, a reçu sa première dose de vaccin Moderna à la mi-janvier et sa deuxième dose à la mi-février. Elle a développé une vision floue ainsi que des symptômes de maux de tête, de "brouillard cérébral" et de fatigue. Elle a subi un scanner et une IRM et les médecins ne savent pas ce qui cause ses problèmes", a-t-elle déclaré.

"C'est effrayant, stressant et incertain. J'ai 31 ans, et je n'ai jamais eu de vision double de ma vie", dit-elle.

Mme Jorgenson a déclaré que la maladie affectait sa capacité à travailler et à conduire. "Je ne conduis pas du tout actuellement, car ce n'est tout simplement pas sûr".

Elle a réduit son temps de travail à domicile de 40 heures par semaine à environ 25 heures par semaine, "mais c'est aussi une lutte, à cause de la vision double, des maux de tête, du brouillard cérébral et de la fatigue".

"Je ne sais pas ce que les médecins peuvent faire à partir d'ici", a-t-elle dit.

Troubles de la coagulation et du saignement

De nombreux problèmes de vision sont associés aux hémorragies et aux incidents de coagulation du sang :

  • Une jeune femme de 25 ans du Massachusetts a commencé à ressentir des symptômes le jour où elle a reçu sa première dose du vaccin Moderna en janvier. Une IRM a révélé "une inflammation, une hémorragie et un gonflement du cerveau", selon le rapport VAERS déposé par un professionnel de la santé.1

  • Une personne de 83 ans de l'Indiana qui a reçu le vaccin Moderna est devenue aveugle de l'œil gauche le même jour. "Je suis allée aux urgences de l'hôpital et on m'a dit que j'avais un caillot de sang dans l'œil, ce qui a causé la cécité, et l'ophtalmologiste a dit que ce serait probablement permanent", peut-on lire dans son rapport.2
  • Une femme de 50 ans originaire de l'Oklahoma et ne présentant aucun problème de santé antérieur a subi une occlusion de la veine centrale de la rétine (OVCR) 2 heures et ½ après avoir reçu une deuxième dose du vaccin COVID-19 de Pfizer, ce qui a entraîné la perte de la vue de son œil droit, selon un autre rapport VAERS. "On me prescrit actuellement de l'aspirine pour bébé et je devrai recevoir des injections dans l'œil lorsque l'œdème maculaire se produira, un événement attendu avec un caillot de sang dans la veine rétinienne."3
  • "Dans les 12 heures suivant l'administration de la 2e dose du vaccin Moderna, j'ai subi un infarctus cérébral occipital dans le lobe occipital gauche", indique le rapport VAERS d'un homme de 73 ans de Floride. "En conséquence, je souffre d'une perte de vision périphérique dans le quadrant supérieur droit".4
  • Un autre rapport VAERS décrit l'hospitalisation de quatre jours et les nombreuses interventions d'un homme californien de 68 ans après sa première dose du vaccin de Pfizer : "Perte permanente de la vision de l'œil droit trois semaines après avoir reçu le premier vaccin COVID 19. Diagnostic d'une occlusion de l'artère rétinienne (BRAO) par coagulation de l'artère rétinienne".5

Coronavirus précédent

L'immunologiste de Pennsylvanie Hooman Noorchashm a mis en garde contre la possibilité que la vaccination des 20% à 30% de personnes ayant déjà eu une infection récente ou sous-jacente au COVID puisse conduire à des événements catastrophiques. C'est peut-être la raison pour laquelle un homme de 52 ans du Michigan, chez qui on a diagnostiqué une infection à COVID-19 le 13 décembre 2020 et qui a ensuite reçu une série de vaccins le 22 décembre et le 10 janvier 2021, a été diagnostiqué, un jour après sa deuxième injection, d'un thrombus de l'artère ophtalmique entraînant une perte de vision dans son œil gauche.6

 

Troubles oculaires allergiques

Certains troubles oculaires se sont produits dans le contexte d'événements allergiques graves ou "anaphylactiques" ou "anaphylactoïdes" pour lesquels il existe 915 rapports VAERS. Plus de 60 rapports font référence à l'"anaphylaxie" et aux symptômes oculaires dans le même événement, comme dans le cas d'une femme asthmatique de 55 ans souffrant d'allergies alimentaires qui a fait une réaction à la deuxième dose du vaccin COVID de Pfizer et qui, selon un rapport VAERS, a été placée "sous les soins d'un ophtalmologue pour sa vision double sévère, le croisement des yeux et l'affaissement des yeux".7

Bardeaux

Certains rapports de douleurs oculaires sont associés à une infection par l'herpès - ou zona -, qui a déjà été évoquée comme un facteur de risque potentiel élevé après la vaccination par le COVID.

 

Selon le rapport d'une femme de 30 ans, sa "douleur sévère à l'œil droit" et son "éruption vésiculaire avec douleur sévère au-dessus de la paupière droite" se sont développées après qu'elle ait reçu son one-shot de Johnson & Johnson en janvier. On lui a diagnostiqué un zona ophtalmique de l'œil droit et elle a été traitée aux soins d'urgence. Après la formation d'une croûte sur son éruption cutanée, elle présentait toujours une douleur neuropathique résiduelle sévère au moment du rapport, neuf jours plus tard.8

Uveitis

En Grande-Bretagne, 35 rapports d'uvéite - une inflammation de la couche moyenne de l'œil - suite à la vaccination contre le coronavirus ont été générés au 21 avril, soit environ quatre mois après la mise en place des vaccins en décembre.

Ce chiffre peut sembler faible, sauf qu'une étude de 2016 portant sur les cas d'uvéite "associée au vaccin" a trouvé 289 rapports sur 26 ans de données provenant de trois bases de données, ce qui représente environ 11 cas par an pour toutes les vaccinations. Dans ce cas, les rapports d'uvéite sont beaucoup plus nombreux que ce que l'on pourrait attendre de la vaccination.

 

"La nature de la déclaration des cartes jaunes signifie que les événements déclarés ne sont pas toujours des effets secondaires avérés", selon le site gouvernemental qui catalogue les déclarations. "Certains événements peuvent s'être produits de toute façon, indépendamment de la vaccination".

Alors que les responsables de la santé publique ont souvent déclaré que les effets indésirables des vaccins ne représentent qu'"un ou deux cas sur un million" de doses, l'Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) de Grande-Bretagne indique que pour les vaccins Pfizer/BioNTech et AstraZeneca, le taux de déclaration global est "d'environ 3 à 6 cartons jaunes pour 1 000 doses administrées".

De plus, comme le VAERS des États-Unis et la carte jaune du Royaume-Uni sont des systèmes de collecte passive, ils ont tendance à ne saisir qu'une fraction des événements indésirables. Une étude de Harvard Pilgrim Healthcare a révélé que moins de 1 % des effets indésirables des vaccins sont signalés au VAERS.

 

Interrogé sur le nombre élevé d'événements oculaires indésirables signalés, un porte-parole de la MHRA, qui supervise les rapports de la carte jaune, a répondu dans une déclaration envoyée par courriel : "Nous examinons continuellement les données de la carte jaune, ainsi que d'autres sources de données, pour déterminer si les rapports peuvent indiquer des risques précédemment non reconnus."

La déclaration ajoute que l'agence applique des "techniques statistiques" qui comparent les événements à ce qui serait attendu en général dans la population.

"Tout doit être examiné au cas par cas, et il n'y a pas de déclencheur fixe pour déterminer si quelque chose peut être lié à un vaccin", indique la déclaration de la MHRA. "Tous les rapports sont gardés à l'étude en prenant en compte les informations disponibles et s'il existe d'autres explications plausibles."

Parmi les 12 140 effets indésirables signalés au 23 avril au système canadien de déclaration des effets indésirables du vaccin contre le coronavirus, il n'y a pas un seul cas de trouble oculaire, ce qui, compte tenu des chiffres extraordinairement élevés dans d'autres pays, soulève des questions sur le processus de déclaration du Canada.

Capture d'écran de health-infobase.canada.ca

 

Pièce jointe

Fiche d'information à l'intention des prestataires de soins de santé qui administrent le vaccin (prestataires de services de vaccination) - Autorisation d'utilisation en urgence (AUE) du vaccin Pfizer-Biontech Covid-19 pour la prévention des maladies à coronavirus 2019