Les températures douces poussent actuellement de nombreux Britanniques à sortir pour profiter du beau temps. Souvent, les distances ne sont pas respectées - mais les négationnistes du coronavirus à Londres n'ont apparemment plus à craindre les sanctions. La police a tout simplement baissé les bras face à l'escalade du nombre d'infractions. "Nous en avons assez. Ce n'est pas contrôlable", a récemment expliqué le chef de l'autorité policière.

"Nous en avons assez"

De nombreux habitants de la capitale britannique sont actuellement attirés par les parcs et les boulevards de la métropole. Les foules qui, selon les mesures prises contre le coronavirus, sont interdites, sont à l'ordre du jour. Dans le seul centre de Londres, des amendes d'un montant total de 70 000 livres (soit un peu moins de 81 000 euros) ont été infligées.

La police ne veut plus contrôler

Mais c'est fini pour le moment, car le "Metropolitan Police Service" en a assez de cette opération visant à disperser de grands groupes de personnes, comme le rapporte le journal "Telegraph". "La police ne veut pas les contrôler", a déclaré le chef de la "Met Police", Ken Marsh, au journal. Lors de contrôles ou d'actions officielles, les officiers ne pouvaient souvent pas respecter eux-mêmes les distances - il s'agissait aussi de la protection des services d'urgence, a précisé Ken Marsh.

Le chef de la police veut maintenant engager une action en justice pour voir si les agents peuvent refuser d'appliquer les règles d'affrontement - au moins jusqu'à ce qu'ils soient vaccinés. "Ce n'est pas ce que nous voulons faire, mais si c'est ce que nous devons faire pour protéger mes collègues policiers, c'est ce que nous allons faire", a déclaré M. Marsh, qui s'est dit prêt à se battre. Les policiers ne bénéficient pas d'un traitement préférentiel dans le cadre du programme de vaccination.

Quoi qu'il en soit, l'apaisement des tensions apportera probablement bientôt un certain soulagement à cette situation tendue. À partir de lundi prochain, deux personnes sont à nouveau autorisées à se réunir à l'extérieur. À partir du 29 mars, les rassemblements de six personnes seront à nouveau autorisés.

Il n'y avait aucun signe de pandémie à Hackney Wick, dans l'est de Londres, samedi dernier.

Quelle est votre réaction ?

confused confused
3
confused
fail fail
3
fail
love love
0
love
lol lol
0
lol
omg omg
3
omg
win win
2
win