Peut-on programmer des comportements en modifiant l'ADN ?


Microsoft l'a annoncé en 2016 : nous pouvons programmer une série de comportements complexes à l'aide de l'ADN. "L'ADN est hautement programmable, tout comme un ordinateur. Et nous pouvons programmer toute une gamme de comportements complexes en utilisant des molécules d'ADN."

Microsoft

Microsoft a mis au point les moyens de modifier et de programmer l'ADN dans le corps, et ses projets en ce sens prennent une nouvelle signification étant donné l'urgence pour le cofondateur de promouvoir les vaccins à ARNm en réponse au COVID-19.

Dans une vidéo (qui a déjà été retirée du web) publiée par l'entreprise en 2016, plusieurs ingénieurs et scientifiques de Microsoft évoquent certaines des possibilités du projet, même si le grand public ne partage pas forcément le même enthousiasme qu'eux.

“Imagine a world where you can do computations inside living cells”, says Professor Georg Seelig, associate professor of electrical engineering and computer science at the Gates-funded University of Washington.

“The problem we’re trying to solve is trying to have more sophisticated diagnostics that can happen automatically inside cells”, said Dr. Neil Dalchau, a scientist at Microsoft Research.

“Imagine a biological computer working inside a living cell”, says Dr. Andrew Phillips, head of bio-computation at MR.

Le projet

Le projet est initialement présenté comme un remède médical, mais on comprend rapidement pourquoi il est douteux lorsqu'il est entre les mains d'une entreprise privée à la réputation douteuse comme Microsoft.

“In this project, we are trying to use DNA as a programmable material”, Dalchau says.

“DNA is highly programmable, just like a computer. And we can program a whole range of complex behaviors with DNA molecules”, Phillips mentions.

“Microsoft is essentially trying to capture, analyze and control molecular information”, Seelig adds.

Cette dernière citation coïncide avec la façon dont le PDG de Moderna a décrit l'ARNm comme une "molécule d'information" en relation avec le vaccin contre le coronavirus. Moderna avait même déposé le nom "mRNA OS", qui signifie "système d'exploitation".

Projet de déplacement des brins d'ADN

Microsoft Research, dans le cadre de son projet de déplacement des brins d'ADN, a déjà développé un logiciel dont l'algorithme est conçu pour prédire le comportement humain.

"Nous avons développé un langage pour programmer des circuits moléculaires faits d'ADN, de sorte que le programmeur écrit une collection de brins d'ADN et le logiciel comprend comment ces brins d'ADN interagissent entre eux et prédit leur comportement dans le temps."

"À terme, cela pourrait nous permettre de construire des ordinateurs biologiques qui fonctionnent au niveau moléculaire".

Microsoft travaille sur la programmation des circuits d'ADN depuis 2009. Aujourd'hui, alors que son cofondateur Bill Gates est au centre du flux d'informations et du lancement mondial du vaccin à ARNm COVID-19, l'occasion lui est donnée, à lui et à son entreprise, de mettre en avant cette fusion de la technologie et de la médecine.