Les réseaux sociaux ont-ils été créés pour supprimer un contre-mouvement ?


Facebook, tout comme d'autres entreprises de médias sociaux, a toujours eu des connexions louches et des racines avec "In-Q-Tel", une entreprise dirigée par la CIA qui donne du capital-risque à de jeunes entreprises technologiques (et espère bien sûr une coopération).

In-Q-Tel et le Communauté du renseignement américain

In-Q-Tel a été fondée par la CIA en 1999 en tant que société de capital-risque privée à but non lucratif, avec pour mission spécifique de fournir des technologies à la communauté du renseignement américaine. Publiquement, In-Q-Tel se présente comme un moyen innovant d'exploiter la puissance du secteur privé en identifiant les technologies clés et en fournissant aux entreprises les moyens de commercialiser ces technologies.

Mais en réalité, ce qu'In-Q-Tel représente, c'est un amalgame dangereux entre les secteurs public et privé, d'une manière telle qu'il est difficile de dire où finit la communauté du renseignement américain et où commence le secteur informatique. Eh bien, l'ensemble des données accessibles au public via la connexion Facebook / In-Q-Tel est plutôt faible. Facebook a reçu $ 12,7 millions de capital-risque de la part d'Accel, dont le directeur James Breyer fait maintenant partie du conseil d'administration. Auparavant, il était président de la National Venture Capital Association, dont le conseil d'administration était composé de Gilman Louie, alors PDG d'In-Q-Tel. Le lien est indirect, mais l'idée d'une implication de la CIA dans Facebook, aussi tangentielle soit-elle, est gênante compte tenu de l'histoire de Facebook, qui a souvent violé la vie privée de ses utilisateurs.

Mais avez-vous entendu parler de LifeLog ?

LifeLog, un projet de la DARPA

Si le gouvernement commençait à suivre la position actuelle, les habitudes d'achat, les préférences, etc. de ses citoyens, cela serait considéré à juste titre comme une atteinte à notre liberté. C'est exactement ce qu'a tenté de faire l'organisation gouvernementale DARPA (Defense Advanced Reasearch Program Agency), une organisation du ministère américain de la défense qui mène des recherches sur les technologies d'avenir. LifeLog, un projet de la DARPA qui a été annoncé à la fin de l'année 2003, prévoit selon un article de Wired de l'époque :

darpa 2

"LifeLog" était géré par Darpa, l'organisme de recherche du ministère de la Défense, et visait à rassembler en un seul endroit à peu près tout ce qu'un individu dit, voit ou fait : les appels passés, les émissions de télévision regardées, les magazines lus, les billets d'avion achetés, les courriels envoyés et reçus. À partir de cette mer d'informations apparemment sans fin, les informaticiens traceraient des chemins indéniables dans les données, relateraient les relations, les souvenirs, les événements et les expériences. "

En fait, ce LifeLog aurait été un journal intime complet. Une mémoire numérique parfaite, non seulement de ce que vous faites, mais aussi de l'endroit où vous le faites, des personnes avec qui vous le faites et de la manière dont vous le faites. Et il était prévu de diviser ces différents événements en épisodes pour que vous puissiez voir : Ah, c'était ici et puis ceci est venu etc., et tout était automatique. Plutôt effrayant, n'est-ce pas ? Ça n'a pas plu à la population non plus.

Mais ne vous inquiétez pas, le programme a été annulé, selon l'article de Wired du 4 février 2004. Cette date vous semble-t-elle familière ? Exactement : C'est EXACTEMENT la date à laquelle Mark Zuckerberg a mis en ligne sa page Facebook, qui est à peu près exactement la même que LifeLog. Si vous creusez bien, l'annulation n'a été annoncée que le 4 février, mais le programme a été supprimé quelques semaines plus tôt, en janvier. Cette "coïncidence" en dit long, ou connaissez-vous quelque chose qui se rapproche plus de ce programme LifeLog du Pentagone / DARPA que Facebook ? Qu'est-ce que la timeline de Facebook, sinon un "journal numérique avec des événements, divisés en épisodes", entrecoupés de l'ensemble des traits de personnalité et du comportement de l'"utilisateur" ?

La seule différence est qu'au lieu d'y être contraints par l'État, ils ont convaincu les gens de le faire volontairement. NOUS affichons nos vies, NOUS révélons les emplacements, NOUS relions nos amis. Du point de vue du gouvernement, c'était un coup brillant. Car, comme nous le savons tous, ils ont un accès complet à toutes les données, la NSA travaillant avec tous les géants de la technologie (et même si ce n'est pas le cas, ils exploitent les principaux nœuds Internet, de sorte qu'ils peuvent de toute façon accéder à tout). Mais maintenant, nous savons aussi que l'idée même des médias sociaux a été conçue par le gouvernement, ce que sont censés oublier des récits de propagande comme le film "The Social Network".

Les géants de la technologie ne sont en fait que les bras privatisés des services de renseignements américains.

L'essor de Big Tech est en corrélation avec les développements législatifs et technologiques créés pour parvenir à une "connaissance totale de l'information" dans le cadre du Patriot Act de 2001 et du Protect America Act de 2007, qui, à leur tour, ont directement permis le programme de surveillance PRISM de la NSA. Ces plates-formes d'extraction de données et d'ingénierie sociale de la Silicon Valley sont devenues depuis lors les entreprises ayant les plus grandes capitalisations boursières du monde.

La Cour américaine de surveillance du renseignement étranger (FISA) est utilisée pour forcer pratiquement toutes les grandes entreprises de données, des compagnies téléphoniques aux FAI en passant par les plateformes de médias sociaux, à fournir à la NSA les données de leurs utilisateurs. En 2013, le Washington Post a rapporté que " 98% de la production de PRISM est basée sur Yahoo, Google et Microsoft " .

L'Information Awarness Office a été créé en 2002 et a regroupé plusieurs projets DARPA visant à étendre massivement la surveillance de la population après le 11 septembre. Le LifeLog, qui a été lancé à la même époque, était certainement l'un de ces projets. Après que l'ILO ait reçu tant de critiques publiques, son financement a été coupé par le Congrès en 2003 (pas étonnant avec le logo de l'ILO).

À partir de 2004 et des années suivantes, les plateformes de médias sociaux sont devenues énormes et comme nous le savons depuis 2013 grâce à Edward Snowden, non seulement tous les géants de la technologie doivent accorder l'accès à la NSA, non nous savons également que les projets de surveillance de l'OIT ont simplement continué à fonctionner sous un autre nom après avoir été "abandonnés", une tactique que les agences de renseignement aiment utiliser. Comme c'est pratique. LifeLog devient Facebook, Information Awarness Office devient PRISM.

OIT
Sans blague, c'était vraiment le logo officiel. La pyramide des Illuminati avec "la connaissance est le pouvoir".

UPTDATE 07/05/19 : Comme je viens de l'apprendre, une lettre rendue publique a récemment confirmé que le Life-Log est en fait devenu Facebook ! Une lettre de l'ancienne amoureuse universitaire de Mark Zuckerberg, classée authentique par les sources officielles, confirme que Facebook a été conçu dès le départ comme une cyberarme de la CIA et que Mark était préparé dès sa naissance à jouer le rôle d'inventeur. Voici un extrait de cette longue lettre :

"A tous les utilisateurs de Facebook,

Mark Zuckerberg et tous ceux qui sont avec nous depuis le début vous mentent et utilisent votre vie privée comme une expérience de lavage de cerveau et de contrôle mental contrôlée par l'État - en gros, un système militaire de qualité militaire (surtout la CIA) qui a échappé à tout contrôle. À ce moment-là, Mark Zuckerberg avait perdu le contrôle d'une entreprise qu'il n'a jamais vraiment possédée ou exploitée. En vérité, quiconque a déjà travaillé avec Mark sait que son esprit est un vide et qu'il n'est rien d'autre qu'un perroquet pour les fonctionnaires du gouvernement qui l'ont créé. Mark est incapable de diriger un McDonald's, et encore moins l'une des entreprises les plus puissantes du monde. Même son nom n'est pas réel et son identité a toujours été voilée.

La lettre explique comment Larry Summers, président de l'université de Harvard, a lancé une sorte de compétition entre des équipes de programmation pour développer un site web de médias sociaux qui a finalement été ce que la DARPA a développé pour Lifelog - "une cyberarme qui a l'esprit de tous ceux qui pourraient y être attirés".

De nombreux programmeurs de DARPAS LifeLog travailleraient encore aujourd'hui sur Facebook. En savoir plus sur la lettre : Ici.

La reprogrammation sociale de votre psyché

Facebook compte désormais deux milliards d'utilisateurs. En moyenne, ils utilisent le site 50 minutes par jour. Six heures par semaine. Tant le nombre d'utilisateurs que le temps d'utilisation sont en augmentation. C'est une pièce remarquable de toutes les personnes sur cette planète qui passent leur temps ainsi. Ils sont si nombreux que cela affecte même la vie des personnes qui ont tourné le dos au site, simplement parce que beaucoup de gens le font et que beaucoup de choses ne se passent que sur Facebook. Mais qu'arrive-t-il au nombre incroyable de personnes que Facebook touche chaque jour ? S'agit-il simplement d'un moyen inoffensif et amusant de rester en contact avec les gens ? Comment Facebook a-t-il été inventé et quels sont ses effets sur notre société ?

Sean Parker
Sean Parker, qui a inventé Facebook avec Mark Zuckerberg, prend la parole lors de la conférence.

Voyons ce que Sean Parker, co-inventeur de Facebook, a à dire sur la création du réseau social :

"Et ils ont dit à l'époque : Je ne suis pas sur les réseaux sociaux. Et j'ai dit : OK, mais vous le ferez. Et ils m'ont dit : non, non, je valorise la rencontre dans la vie réelle, je valorise le moment, je valorise la présence et je valorise l'intimité. Ok, c'est votre affaire, mais peut-être que nous vous aurons aussi..... - Je ne pense pas avoir pu évaluer les conséquences de ce que je disais. Les conséquences involontaires de la croissance d'un tel réseau à un milliard ou deux milliards de personnes sont : Cela change littéralement votre relation avec la société et les autres, cela affecte probablement la productivité de manière étrange, Dieu seul sait ce que cela fait au cerveau de nos enfants... Les processus de pensée qui ont présidé au développement de ces applications, Facebook a été le premier, ce processus était : Comment pouvons-nous faire en sorte que vous passiez le plus d'attention consciente possible sur le site ? Cela signifie que nous devions vous donner un petit coup de dopamine de temps en temps parce que quelqu'un a aimé ou commenté votre message, votre photo, etc. Cela vous fournira du nouveau contenu, qui générera plus de likes et de commentaires, etc. Il s'agit d'une boucle de rétroaction de reconnaissance sociale. C'est exactement ce qu'un pirate comme moi aurait imaginé, car vous exploitez une faiblesse de la psyché humaine. Je pense que les inventeurs l'ont compris, ils en étaient déjà conscients à l'époque, et nous l'avons fait quand même. "

Des boucles de rétroaction de reconnaissance sociale dirigées par la dopamine qui contrôlent les interactions humaines. Et ils l'ont fait exprès.

médias sociaux 2
La dépendance à la reconnaissance induite par la dopamine

Quelques semaines plus tard, un autre gros bonnet de Facebook, Chamath Palihapitiya, a fait acte de contrition. Il a travaillé chez Facebook de 2005 à 2011 et s'est retrouvé avec le titre de "vice-président de la croissance des utilisateurs", déclarant lors d'un entretien à l'université d'élite de Stanford : Voir ici.

"Je me sens incroyablement coupable. Je pense que nous savions tous au fond de nous, même si nous avons tous prétendu qu'il n'y aurait probablement pas de mauvaises conséquences indésirables, je pense qu'au fond de nous, nous savions que quelque chose de mauvais pourrait arriver. Nous sommes vraiment à un point aujourd'hui où je dois dire : Je pense que nous avons créé des outils qui déchirent le tissu social sur lequel la société est construite. C'est vraiment là où nous en sommes aujourd'hui. Les boucles de rétroaction éphémères alimentées par la dopamine que nous avons créées détruisent le fonctionnement de la société ! Pas de discours civil, pas de coopération, désinformation, contre-vérités. Et ce n'est pas seulement un problème américain, il ne s'agit pas de la publicité russe. C'est un problème mondial. "

Les gens pensent que ces pages ne sont qu'un passe-temps, ce n'est pas le cas et il le dit en face des gens, poursuit-il :

"Nous sommes dans une très mauvaise position en ce moment, à mon avis. Elle érode les fondements mêmes du comportement humain. Et je n'ai pas de bonne solution pour cela. Ma solution est la suivante : je n'utilise plus les applications, j'ai posté quelque chose 2 à 5 fois au cours des sept dernières années. Et c'est bizarre, je pense que je ne voulais plus être programmé. Je pense que chacun devrait aller plus loin et réfléchir à ce qu'il est prêt à révéler, vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais vous serez programmé ! Vous devez décider combien vous voulez abandonner, quelle part de votre indépendance intellectuelle. Et ne croyez pas que, oh oui, je suis un génie de Stanford, vous êtes probablement le plus susceptible d'être kidnappé par lui ! Parce que vous avez " vérifié vos messages " toute votre vie. "

Et il a raison. Il y aura une génération qui n'a jamais connu un monde sans Facebook, Twitter et Instagram. Ceux qui ne savent même plus, ne peuvent même pas reconnaître comment il contrôle la psyché collective par le biais d'algorithmes, parce que ça a été comme ça toute leur vie !

C'est pourquoi Palihapitiya dit très clairement : "Mes enfants ne sont pas autorisés à utiliser cette merde !" Et ce sont les mots de celui qui a fait de l'entreprise une grande entreprise, qui était assis au premier rang lorsque la technologie des médias sociaux est née. Et qui regrette aujourd'hui ce qu'il a fait (en connaissance de cause) jusqu'ici.

Alors que les gens comprennent que Spybook est une pieuvre de données et qu'ils veulent juste vos informations (ce qui est vrai, bien sûr), il y a une chose que la plupart des gens ne semblent pas comprendre. Que voulait dire Parker, qu'est-ce qu'il pirate quand il "profite d'une faiblesse de la psyché humaine" ?

Il vous pirate ! Vous nous avez piraté !

Les gens ne comprennent pas que non seulement vous donnez quelque chose à Facebook (des informations, de l'attention, votre personnalité) mais que vous obtenez aussi quelque chose en retour (la reprogrammation sociale de votre psyché).

C'est ainsi que la boucle de rétroaction fonctionne.

Herbert Krugmann, alors directeur de la recherche publique chez General Electric, a mené des études sur l'observation de la télévision à la fin des années 1970. Il s'est intéressé aux effets de la télévision sur le cerveau. Dans "The Impact of Television Advertisment : Learning without Involvment", il explique que les personnes exposées à des images télévisées ne les oublieront jamais :

"Il existe un mythe dans le monde de la publicité, à savoir que les téléspectateurs oublient le message s'il n'est pas répété assez souvent. Ce mythe est à la base de nombreuses et importantes dépenses publicitaires ... Mais je dirais que le public est plus proche de RIEN pour oublier ce qu'il a vu à la télévision. On le " met de côté " jusqu'à ce que ce soit utile ... Et puis la réponse à la publicité continue. "

Six heures de programmation sociale par semaine

Ainsi, dès que vous avez perçu quelque chose, que ce soit sur un écran de télévision, de PC, de tablette ou smartphone, votre cerveau n'est pas désensibilisé par l'information, mais votre cerveau a maintenant appris l'information. Peut-être pas consciemment, mais votre cerveau se souvient de l'information pour toujours. Non seulement votre cerveau traite toutes les informations que vous percevez par vos sens, puis utilise la somme de celles-ci et décide de la manière dont il réagit à votre environnement, mais lorsqu'il prend ces décisions, il filtre tout ce que vous avez vu à la télévision, au cinéma ou aux informations et l'effet que cela a eu consciemment ou inconsciemment sur vous.

C'est probablement la raison pour laquelle les gens ont de si mauvaises relations interpersonnelles car ils croient inconsciemment qu'ils doivent être comme dans les films ou les posts Instagram / Facebook qu'ils ont vus. La plupart des disputes n'ont rien à voir avec leur vie réelle mais sont basées sur leurs filtres de perception programmés à travers les comédies romantiques, les sitcoms et les "filles Instagram" qui ne partagent que le meilleur de leur vie. Mais ce n'est qu'une fausse réalité qui, selon Palihapitiya, ne peut que vous rendre malheureux :

"... Et à la place ce qu'elle est vraiment : une réalité fausse et prudente. C'est du court terme et cela vous laisse, et admettez-le, encore plus épuisé et vide pour revenir à ce que vous étiez avant de le faire et cela vous force dans ce cercle visqueux : 'quelle est la prochaine chose que je dois faire maintenant ?'. Pensez à ce que 2 milliards de personnes se réunissent et pensez à la réaction des gens, aux perceptions des autres.... c'est juste vraiment mauvais. "

Sean Parker en a parlé, cela change notre cerveau et notre perception du monde. C'est ce qui rend la propagande technologique si dangereuse, car nous nous la faisons à nous-mêmes. Et soyons honnêtes, la majorité de la société s'informe à la télévision ou sur Internet.

En outre, Facebook a même admis avoir mené une expérience psychologique sur 70 000 de ses utilisateurs (ce qu'ils ont appelé "recherche sociale"). Le message indiquant que vous avez pris part à cette expérience était caché quelque part dans les conditions d'utilisation et vous avez automatiquement accepté lorsque vous vous êtes connecté. Dès que vous êtes un utilisateur de Facebook, vous pouvez participer à cette expérience, que vous le vouliez ou non, et vous n'en serez pas informé. Ce faisant, ils ont "découvert" qu'ils pouvaient faire monter ou descendre l'humeur des gens en remplissant leur fil d'actualité de bonnes ou de mauvaises nouvelles. Les informations positives entraînaient une réaction positive correspondante et les nouvelles négatives entraînaient de plus en plus de messages négatifs.

Cela ne vous semble-t-il pas mauvais ? Rappelez-vous que 2 milliards ( !) de personnes dans le monde utilisent les 6 heures par semaine et que leur psychisme peut être manipulé sans s'en rendre compte, car l'humeur reste correspondante, pire ou meilleure, même après la déconnexion.

Bienvenue dans la matrice

Facebook

En soi, c'est déjà assez grave à mon avis. Mais Facebook ne restera pas éternellement dans sa forme actuelle. Il pense à l'avenir.

En 2013, Facebook a engagé l'ancienne employée de Google et de la DARPA ( hello again ) Regina Dugan pour son projet top secret " Building-8 ". Entre-temps, Facebook a révélé de quoi il s'agit : Un dispositif permettant de lire dans les esprits afin que les utilisateurs n'aient plus qu'à penser leurs posts et non plus à taper. Ce n'est pas une blague.

Mais ne vous inquiétez pas, nous assure Dugan lors de la conférence d'introduction :

"Eh bien, nous ne parlons pas ici de déchiffrer vos pensées aléatoires, cela pourrait être plus que ce qui nous intéresse dans la mesure du possible, nous parlons des mots que vous avez déjà décidé de partager parce que vous les avez déjà envoyés à votre centre de langues . [...] Dans quelques années, nous nous réjouissons de pouvoir vous présenter un système de 'Silence-Parler' en temps réel, capable de délivrer 100 mots par minute. "

Ainsi, tout ce que le "penseur intérieur" dit (discours intérieur, monologues) est lu et envoyé à un centre de données de la Silicon Valley, car cela passe aussi par le centre linguistique. Et on nous le vend à nouveau d'une manière super cool et branchée avec des slogans comme "Oh, mais c'est si pratique" . Et tout est entre les mains d'une société indigne de confiance qui a des liens avec les services secrets.

Un nouveau monde magnifique. George Orwell et Aldous Huxley n'auraient pas pu imaginer cela dans leurs rêves les plus dystopiques.

Suppression de la vérité : la censure sur Facebook, Google et Youtube

Lorsque l'internet s'est répandu, quelque chose de magnifique est né. Soudain, tous les habitants du monde pouvaient échanger des idées librement et en temps réel. Sans aucun contrôle, censure ou autre. Cela n'était pas possible auparavant dans l'histoire de l'humanité et offrait pour la première fois un aperçu non filtré de toutes les facettes belles et laides des événements mondiaux tels qu'ils sont. En outre, le plus grand trésor de connaissances qui puisse être présenté a été rendu accessible à la grande masse de l'humanité en quelques clics seulement. Pendant des centaines d'années, le savoir n'était accessible qu'à l'élite académique et fortunée, ce qui a radicalement changé en l'espace de quelques décennies. Bien sûr, cela a également signifié une perte massive de pouvoir pour cette même élite, car comme nous l'avons dit au début : la connaissance est le pouvoir. L'ignorance est une faiblesse.

Censure de l'ADL

Ligue anti-diffamation

Si vous lisez ceci, cela signifie que les articles qui s'expriment contre les activités de l'Anti-Defamation League ne seront pas automatiquement supprimés de l'internet.

Pas encore.

Dans un signe avant-coureur que la liberté d'expression en ligne constitue une trop grande menace pour l'élite puissante de notre société, l'Anti-Defamation League mène la charge en transformant ses propres opinions subjectives sur le "discours de haine" en règle absolue de la loi sur Internet . Comme cet article de Cnet

" Facebook, Twitter, Google et Microsoft, entre autres, s'associent à l'ADL pour former un Cyberhate Problem-Solving Lab, ont annoncé mardi les entreprises et le groupe de défense des droits civils. Il s'agira d'échanger des idées et d'élaborer des stratégies pour endiguer les discours haineux et les abus sur les différentes plateformes des entreprises et sur Internet. "

"Ces entreprises ont une responsabilité supplémentaire de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher la haine de prospérer sous leur supervision", a déclaré le PDG de l'ADL, Jonathan Greenblatt, dans un communiqué. "Nous sommes impatients de nous attaquer ensemble à ce défi urgent".

Wow. Un laboratoire de résolution de problèmes cybernétique. Quels héros au service désintéressé de l'humanité.

Comme Monika Bickert, responsable de la politique mondiale chez Facebook, qui a déclaré dans un communiqué que "certains des meilleurs esprits de l'ingénierie travailleront avec l'ADL pour nous aider à faire face à la situation." Quelle situation ? La menace du pouvoir que la prolifération de la liberté d'expression sur Internet fait peser sur les individus qui luttent pour la vérité et la justice.
Je m'inquiète de voir que nous entrons dans une période où un Internet autrefois libre et neutre est soudainement de plus en plus sous le contrôle de puissantes forces dictatoriales. Oui, dictatoriales. L'ADL s'avance dans le cyber-paysage de l'Internet avec le sentiment d'avoir le droit de DÉTERMINER ce qui doit et ne doit pas être dit par le reste d'entre nous. Cela ne représente-t-il pas les actions d'un dictateur particulier du passé que l'ADL prétend avoir combattu avec zèle ? (Je ne donnerai pas de noms de peur de déclencher un mécanisme sophistiqué de cybercensure par mots-clés de l'ADL sur Google).

Toute l'histoire d'un groupe qui s'autorise à "freiner les discours de haine et les abus sur Internet" est profondément viciée, voire hypocrite. Ce ne sont rien d'autre que des tactiques de dissimulation de ce qui se passe réellement.

Le mal : loin des yeux, loin du cœur.

L'avancement de l'humanité n'est pas favorisé par les tentatives d'étouffer, de détruire ou d'éradiquer l'obscurité. Nous n'évoluons pas en empêchant les gens d'exprimer la haine ou d'autres émotions négatives qui les habitent, mais nous évoluons en permettant aux gens de s'exprimer librement et de s'immuniser contre leurs remarques "offensantes" en apprenant à ne pas les prendre personnellement. Comme le dit le proverbe : votre haine n'est qu'un cri silencieux d'amour, ou quelque chose comme ça.

Le "discours de haine" en lui-même ne peut pas dégrader l'objet de la haine, il ne fait que révéler les émotions non guéries de sa source. Et plus nous donnons à ces émotions non guéries une chance de s'exprimer, plus nous créons d'espace pour la guérison personnelle et collective.

La haine a besoin de résistance pour survivre. Sans résistance, elle se dissout rapidement.

Cette déclaration vous met-elle mal à l'aise ? De la tension ou de la colère ? Ou vous pouvez séparer ce que vous avez lu / dit et votre réaction à cela . Sommes-nous prêts à quitter la roue de hamster insensée qui consiste à être déclenché et à devoir absolument réagir ?

Posez-vous les questions suivantes : La haine dans le monde cessera-t-elle si nous la censurons et l'interdisons sur Internet ? Si nous avalons des analgésiques, est-ce que la cause de la douleur disparaît, ou est-ce que nous ne faisons que la masquer pour ne plus avoir à la percevoir ?

Dans ce contexte, essayer de faire quelque chose de positif contre la haine par le biais de la censure est au mieux naïf, et dans ce cas, elle s'avère être un véhicule pour ceux qui cherchent à maintenir et à étendre le contrôle sur l'information et le style d'expression personnel.

empathie

Seule une communication accrue, et pas moins, l'empathie, le soutien mutuel, le courage et l'amour aident à lutter contre la haine des gens. Espérer une solution simple ne sert à rien, je suis sûr que l'ADL se moque de l'agitation et de l'intimidation. Je suis sûr que nous pouvons faire ce qu'il faut par nous-mêmes et travailler ensemble sans une autorité supérieure condescendante.

Google Gate of Perception

Bienvenue dans le livre 1984 de George Orwell. Ce livre, l'un des classiques de la science-fiction les plus lus, raconte l'histoire d'un futur dystopique dans lequel l'État contrôle non seulement l'ensemble du flux d'informations, mais réécrit également le passé dans les livres d'histoire. Cela se fait par le biais de ce que l'on appelle le "Newspeak", dans lequel certains mots sont remplacés par d'autres.

"Tout s'est effacé dans le brouillard. Le passé a été effacé, l'effacement a été oublié, le mensonge est devenu la vérité. Une fois dans sa vie - après coup : C'est ce qui comptait - il avait la preuve concrète, indubitable, d'un acte de falsification. "

Google a récemment modifié sa politique, les sites de théorie du complot sont désormais ouvertement attaqués. Lire ici. De plus, toute partie qui tente de contredire les "faits historiques et scientifiques bien fondés" est attaquée. Les directives déterminent le classement des pages dans les résultats de recherche. Les sites web qui "présentent des théories du complot indéfendables comme des informations factuelles" sont les moins bien classés. Ils citent à titre d'exemple Les connaissances du Vatican sur la planète Nibiru. Il s'agit bien sûr d'une théorie farfelue pour beaucoup et qui ne peut être prouvée, mais uniquement parce que personne, à l'exception du cercle restreint du Vatican, n'est autorisé à pénétrer dans sa gigantesque bibliothèque et sa collection d'artefacts vieille de plusieurs siècles, mais bon. Mais ce n'est pas le sujet (ici et maintenant). Il s'agit du fait que Google peut choisir librement ce que nous devons voir comme une réalité factuelle et ce qui ne l'est pas.

google

Incidemment, Eric Schmidt, PDG de Google et de sa société mère Alphabet de 2001 à 2017, participe régulièrement aux conférences Bilderberg. Il a déclaré un jour dans une interview :

"Si vous utilisez Google, obtenez-vous plus d'une réponse ? Oui. Et bien c'est un bug. Nous avons plus de bugs par seconde que de secondes dans le monde, nous ne devrions leur donner la bonne réponse qu'une seule fois. "

Vous déterminez ce qui est "juste". Il ne s'agit pas seulement de "théories de conspiration farfelues". Oh non, il y a bien plus que cela ! D'ailleurs, c'est la raison pour laquelle certaines d'entre elles sont poussées si fort en ce moment, par exemple la théorie de la Terre plate, qui, à mon avis, est une opération psychologique bien pensée et coordonnée que beaucoup de gens prennent pour argent comptant (mais une autre fois plus). Ils veulent amener les masses à accepter la censure comme un mal nécessaire et que tous ceux qui posent des questions critiques soient mis dans le même sac que les personnes aux oreilles plates. Pensez à leur plus vieux truc pour faire passer leurs agendas : problème-réaction-solution.

"Des faits historiques bien fondés" - je pense que cela inclut également la "théorie de la balle magique" de la Commission Warren sur l'assassinat de JFK, dont même un enfant de 5 ans reconnaît immédiatement l'illogisme. Mais ce sera bientôt la seule chose que l'on trouvera en ligne à ce sujet. Tout le reste est enterré.

C'est exactement le but de toutes les discussions sur les fake news. Une censure orwelienne, rien d'autre. Pourquoi ? Le World Wide Web a toujours été une boucle de rétroaction cybernétique de communication et de contrôle. Vous contrôlez ce que les gens pensent. Ou pour reprendre les mots d'Eric Schmidt :

"Ce que nous pensions : Nous essayons de rendre les gens 'meilleurs' - de meilleures idées... d'augmenter leurs expériences. Voir ça comme 'l'humanité augmentée'. "

Oui et ? Vous pourriez penser que vous ne supprimez rien (encore). Non, ce qui apparaît dans les résultats de recherche est important car, comme le montrent les recherches, ces résultats influencent l'opinion des gens. Voir le pdf à la fin du billet.

La plupart des gens ne creusent pas davantage, ils vont sur Google, choisissent l'un des premiers résultats et stockent cette information dans leur esprit comme la vérité. Celui qui a le pouvoir sur l'algorithme du moteur de recherche a le pouvoir sur la façon dont les gens pensent et agissent.

"L'ordre dans le classement est tout. Donc la grande prise de conscience est de savoir à quel point nous pouvons manipuler les décisions des gens en matière de soins de santé, même lorsque ces questions sont vraiment, vraiment importantes, et nous pouvons le faire en changeant simplement l'ordre des résultats de recherche. "

Vessie confortable - Vision restreinte

Les résultats et les suggestions de recherche façonnent le monde. Depuis que Google, en modifiant son algorithme depuis 2011, tente de prédire de manière algorithmique les informations que l'utilisateur souhaite trouver - sur la base des informations disponibles sur l'utilisateur (par exemple, sa localisation, son historique de recherche et son comportement en matière de clics), il existe des bulles dites de filtrage. Il en résulte un isolement des informations qui ne correspondent pas au point de vue de l'utilisateur, ce qui restreint fortement la vision du monde et a un effet destructeur sur le discours entre les personnes. Depuis lors, vous pouvez voir comment la société devient de plus en plus divisée et je suis presque sûr qu'Eric Schmidt était conscient des conséquences qui en découleraient. La droite contre la gauche, les femmes contre les hommes et vice versa, les démocrates contre les républicains, les pauvres contre les pauvres, les noirs contre les blancs, l'Occident contre l'islam et vice versa, etc. La division se renforce, chacun s'assoit sur son île de perception et crie sur les autres, les plus sérieux Il n'y a presque plus de communication, chacun insiste sur son propre point de vue. Il est trop facile d'attribuer à Google la seule responsabilité de cette situation. Cependant, ils y sont pour beaucoup, l'humanité perçoit désormais le monde à travers le filtre d'Internet et le manipuler a des conséquences importantes. J'ai du mal à imaginer que Schmidt, qui abrite certainement des personnes très intelligentes dans son entreprise, ait agi ici par négligence. Schmidt (ou les Rockerfeller) a pris cette décision consciemment. L'une des principales devises de l'élite est oui : Divide et Conquere (Diviser et régner), Ordo ab Chao (De l'ordre au chaos) en est une autre.

Facebook - Nous déconnectons les gens

Par exemple, si vous publiez quelque chose contre le contrôle des armes à feu sur FB, vous voyez soudainement beaucoup de messages/liens en faveur du contrôle des armes à feu, ou si vous publiez quelque chose de critique à propos de certains vaccins, par exemple, plus d'articles et de messages arrivent dans le flux en se moquant des anti-vaccins. Les "opinions politiquement incorrectes" des utilisateurs doivent être corrigées. Et d'après Sean Parker, cela s'accompagne d'une réaction de type Palowscher-dog, alimentée par la dopamine. La portée des pages gênantes est restreinte sans justification, ce que l'on appelle le shadow cencoring, et sert à assécher financièrement ces pages. Facebook a également modifié ses directives et lutte activement contre l'"influence" depuis octobre 2018. En quelques jours, plus de 150 pages de médias alternatifs ont été supprimées (le nombre augmente de jour en jour), la raison étant que ces pages sont gérées par le gouvernement russe & chinois pour influencer les élections de mi-mandat. Twitter suit également le mouvement. La CIA-book n'a fourni aucune preuve pour cette affirmation complètement confuse. Dehors, méchant Poutine !

Ici et là, vous trouverez des listes de pages dont les thèmes sont très éloignés les uns des autres, et qui traitent souvent aussi de la médecine alternative. Comment la Russie et la Chine peuvent être bénéfiques est un mystère pour moi. Cependant, il est plus logique de protéger ainsi les intérêts financiers de Big Pharma. Mais qui détermine quelles pages de Facebook sont supprimées ? Voir ici. Et ici.

The Atlantik-Council- Transatlantisches Internet

conseil atlantique
Hillary Clinton et Henry Kissinger recevant un prix du Conseil de l'Atlantique.

Qui aurait cru qu'un groupe de réflexion était également impliqué dans cette affaire ? Le Conseil Atlantique. Un think tank politique comme le CFR et l'Atlantik-Brücke.

"Le TAC est un groupe de réflexion américain dans le domaine des affaires internationales. Il a été fondé en 1961 et offre un forum aux leaders internationaux de la politique, des affaires et de la science. Il administre dix centres régionaux et des programmes fonctionnels liés à la sécurité internationale et à la prospérité économique mondiale. "

Cela semble bien, mais c'est aussi le cas de nombreuses autres choses qui ont des intentions lucratives et contrôlées. Prenez Monsanto par exemple, voici une explication de ce qu'un représentant de Monsanto a dit qu'ils font.

"Monsanto est une entreprise agricole mondiale et moderne. Nous développons des produits et des outils qui aident les agriculteurs du monde entier à faire pousser des cultures tout en utilisant plus efficacement l'énergie, l'eau et la terre. Nous croyons que l'innovation a le potentiel d'équilibrer les besoins humains avec les ressources de notre planète. "

Un regard sur ce que fait réellement Monsanto pourrait révéler des choses comme endommager et détruire la nature en masse (mort des abeilles). Empoisonner les masses (glyphosphate) et leur donner des aliments génétiquement modifiés qui, selon de nombreuses études, sont dangereux.

Le fait est que nous devons toujours examiner de plus près les entreprises.

Qui est donc exactement l'Atlantic Council ? Et aident-ils réellement Facebook à décider qui censurer ? Bonne question. Commençons par voir qui finance le CTA.

Voici quelques donateurs, selon le site web de la TAC. Il s'agit notamment d'agences gouvernementales américaines et étrangères, d'entreprises de défense et de sociétés et personnalités éminentes associées aux opérations de l'État profond.

HSBC Holdings plc
Rockefeller Brothers Fund ( hello again ! )
Google Inc.
Ministère des affaires étrangères et du Commonwealth du Royaume-Uni
Lockheed Martin Corporation
La société Coca-Cola
Chevron
Bahaa Hariri (éminent milliardaire libanais)
Armée des États-Unis
Chambre de commerce des États-Unis
Corps des Marines des États-Unis
Marine des États-Unis

Après six ans de recherche dans ce domaine, j'ai le sentiment que ces groupes sont chargés de contrôler les récits dans le monde entier. Déguiser les guerres, engendrer la haine entre les nations au niveau public, et promouvoir des récits qui mènent aux guerres et aux conflits. Après tout, ce groupe est financé par des fabricants d'armes comme Raytheon, Lockheed Martin et Boeing.

En d'autres termes, le TAC pourrait très bien être un organe de propagande pour des agences comme l'OTAN, le gouvernement américain, etc. Cela signifierait qu'ils s'efforcent de contrôler les récits qui sortent des médias grand public afin de contrôler ce que le public pense et discute. Cela conduit à ce que le public va finalement soutenir.

Selon la salle de presse de Facebook, le 17 mai 2018, Facebook a annoncé son partenariat avec le Conseil atlantique pour lutter contre les fake news.

"Aujourd'hui, nous sommes ravis de nous associer au Conseil atlantique, qui jouit d'une excellente réputation pour trouver des solutions innovantes à des problèmes difficiles."

Comment les médias grand public ont-ils considéré ce partenariat avec un tel conseil ? Un conseil qui, comme le montrent des sources d'information indépendantes, est soutenu par les milliardaires et les sociétés qui financent la guerre et le terrorisme et trompent le public ?

"Le petit laboratoire d'un groupe de réflexion américain aide Facebook à lutter contre les faux médias sociaux" - Reuters

"Facebook s'associe au Conseil atlantique pour améliorer la sécurité des élections" - The Hill

"Facebook s'associe au Conseil atlantique pour lutter contre la propagande électorale" - Fortune

Tout pointe vers les "fake news" et la "propagande". Le récit qui a commencé au moment où Hillary Clinton, la dernière présidente élue de l'État profond, a perdu l'élection de 2016.

En tant que public, nous devons nous demander qui surveille les observateurs ? Si les grands médias affirment qu'ils ne font jamais de propagande, comment savoir qui les tient réellement responsables s'ils en font ? Eh bien, je suppose que c'est l'Atlantic Group qui contribue à créer des récits qui ciblent les voix médiatiques dissidentes indépendantes et les qualifient de propagande.

Il s'agit peut-être de (l'un des) groupes à l'origine des "conneries sur l'influence électorale de la Russie et des États-Unis". Il s'agit peut-être du groupe qui essaie encore de faire grandir les Clinton, hautement corrompus.

Comment savons-nous que le Conseil atlantique fait lui-même de la propagande ? Revenons en arrière, lorsque Ben Nimmo, ancien porte-parole de l'OTAN et membre du conseil d'administration de l'Atlantic Council, a déclaré que les erreurs grammaticales étaient la "preuve" que des journalistes ou des utilisateurs de médias sociaux étaient payés comme trolls du Kremlin.

Ben Nimmo a ensuite créé une fausse nouvelle mondiale qui a été largement diffusée par les médias grand public, qualifiant un citoyen britannique à la retraite de robot russe. Ian56789, citoyen britannique et utilisateur de Twitter, s'est ensuite exprimé sur Sky News et a montré son vrai visage et son identité. Il a prouvé que Ben Nimmo avait tort et qu'il était un robot russe. Bien sûr, les médias grand public n'ont plus présenté cette histoire au journal de 20 heures, mais seulement l'histoire de propagande inventée. Tactique classique : Pousser des affirmations sauvages, balayer la rectification sous le tapis. Voir ici.

WikiLeaks a critiqué Nimmo et le Conseil Atlantique pour cette propagande sale

"Ils ont littéralement utilisé l'argent des entreprises d'armement et des dictatures pour produire une fausse nouvelle qui s'est répandue dans le monde entier et a diffamé un retraité britannique qui veut réduire les profits des entreprises de défense comme un bot du Kremlin". Alors qui est le troll engagé ? "

Le fait est que Facebook, en choisissant de travailler avec ce groupe, déclare essentiellement que Facebook ne sera rien de plus qu'un créateur de récits, tout comme les médias traditionnels. La TAC a produit à plusieurs reprises de fausses nouvelles politiques qui ont été diffusées et dont les médias très indépendants ont prouvé qu'elles étaient des falsifications accusées de propagande. Alors, qui crée vraiment la propagande ?

" L'organisme qui, comme annoncé publiquement, prend les décisions de censure pour Facebook est l'Atlantic Council, un organisme partiellement financé par le gouvernement américain. Quand les liens extrêmement étroits entre ces entreprises et le gouvernement américain mettront-ils fin à l'argument "ils sont privés" ? " - Daniel Adams

Youtube - Veuillez patienter

youtube

On peut observer la même chose sur YouTube, qui appartient à Google et est donc également concerné par les nouvelles directives. Si vous recherchez des sujets tels que les fusillades de masse, les chemtrails, les acteurs de crise, le 11 septembre, etc., les 50 premiers résultats sont UNIQUEMENT des chaînes comme CBS, NBC, MSBC, CNN, Washington Post, New York Times, etc. qui, bien entendu, s'efforcent de tourner le sujet en dérision ou d'éduquer le spectateur sur la "bonne" perspective de ces sujets. Pourquoi ? Parce que Youtube a récemment modifié son algorithme de suggestion. Après l'attentat sous faux drapeau de Las Vegas, le Guardian et Gizmondo se sont fait l'écho du fait que YouTube favorise les "vidéos conspirationnistes" dans son algorithme et a donc présenté des propositions aussi souvent (non pas parce que tant de personnes qui étaient là ont entendu des coups de feu provenant de toutes les directions et sont ensuite allées chercher des informations, mais parce que les MSM ont une fois de plus raconté des histoires qui contredisaient l'expérience de centaines de personnes). Voir ici.

Google travaillait sur cet algorithme depuis des mois, le tournage était juste " le bon moment " pour le mettre en œuvre. Dans certains cas, même des listes de lecture privées ont été supprimées. Selon l'article du Gurdian, toute personne qui " doute du récit du gouvernement " est un théoricien du complot et devrait pouvoir être censurée. Bonjour !? Un gouvernement qui ne peut plus être mis en doute est fasciste. Il contredit tout ce qui définit une société libre : le droit de remettre en question les choses, la liberté d'expression, si l'on ne peut pas remettre en question l'autorité, comment peut-on contrôler les puissants, comment peut-on limiter la corruption d'une société si l'on ne connaît même pas les variables de la sienne ? Si le gouvernement disait la vérité et rien que la vérité sur ces événements, elle ne craindrait aucune question et il n'y en aurait pas tant à venir. Il n'y aurait pas d'inexactitudes, pas de doutes, car la vérité résiste à toute plainte.

Que voit-on à la place ? Des dizaines de vidéos qui disparaissent.

Cette promotion est bien sûr totalement absurde, Youtube n'a jamais fait la promotion des "médias alternatifs", au contraire, et tous ceux qui s'occupent de ce type de contenu depuis longtemps le savent. YouTube pratique depuis longtemps le "shadow cencoring" pour ce type de contenu, c'est-à-dire qu'il limite la portée en faisant en sorte, par exemple, que seuls 5-10% des abonnés voient les vidéos dans le flux ou que certaines vidéos ne puissent plus être trouvées via la barre de recherche mais uniquement lorsque vous allez directement sur la chaîne. Aucune chaîne n'est activement supprimée (pour l'instant), mais elle est lentement asséchée à mesure que le nombre de vues s'effondre.

Au lieu de cela, les chaînes MSM sont maintenant promues en ligne. J'ai montré en détail dans la première partie que l'on ne peut pas faire confiance à ces médias, mais le fait que le gouvernement (ou la structure de pouvoir qui le chapeaute) restreigne la portée de certaines informations et que le téléspectateur soit également dispensé de juger le contenu de l'information est effrayant.

Vous en souvenez-vous ? Le citoyen doit être traité avec condescendance comme un petit enfant, il ne doit en aucun cas décider par lui-même s'il est d'accord ou non avec le contenu de l'information, si c'est la vérité ou non. Il s'insinue ensuite jusqu'à ce qu'il n'y ait plus qu'un seul point de vue. La version "officielle" de la réalité, mandatée par le gouvernement, sera la seule qui sera autorisée. L'État (profond) doit éduquer le citoyen à la "seule vraie vérité". La propagande une fois pour toutes.

Wikipédia - Lexique ou lobby ?

Même si Wikipédia peut être une source solide dans de nombreux domaines, il ne faut pas oublier que les articles peuvent également être manipulés. Il a été prouvé que les pages ont été modifiées par plusieurs entreprises et partis et que des choses disgracieuses ont été supprimées. Lire ici.

Par exemple, qu'une entreprise pharmaceutique a produit l'agent orange, ou quelques déclarations peu flatteuses de certains politiciens du FDP, etc. Des agences entières de relations publiques se sont spécialisées dans le lobbying via Wikipédia.

Qui a vérifié les faits du vérificateur de faits ? - Snopes et Cie.

Ensuite, il y a eu pendant un certain temps tous les sites de vérification des faits et de démystification comme FactChecking.org et surtout Snopes.com. Ce dernier a vu le jour au début d'Internet, à l'époque pour démystifier les mythes urbains. Aujourd'hui, il s'agit bien plus d'un site à forte coloration politique qui a déclaré la guerre aux fake news. Snopes a travaillé avec Facebook pendant un certain temps et a reçu $ 100 000 de leur part et a gagné des cagnottes allant jusqu'à $ 70 000. J'ai les problèmes suivants avec ces vérificateurs de faits :

-Bien qu'il y ait, bien sûr, des fausses nouvelles sur Internet, cela ouvre la possibilité que les éditoriaux et le journalisme indépendant soient qualifiés de "fausses nouvelles" lorsque Snopes n'est pas d'accord avec une opinion.

-Les articles peuvent être considérés comme "faux" si Snopes vérifie les faits de manière bâclée. En ce qui concerne la question de l'alimentation, il est impératif que chacun comprenne que le domaine est truffé de scientifiques corrompus et rémunérés et de groupes de pression qui travaillent pour protéger les profits des entreprises au détriment de notre santé. Les informations provenant d'experts indépendants autoproclamés ne sont pas toujours fiables et les sources doivent être soigneusement vérifiées.

-Nous sommes tous capables de faire preuve d'esprit critique lorsque nous lisons des informations sur Facebook ou sur toute autre plateforme en ligne, et nous devrions déterminer par nous-mêmes ce qui est faux et ce qui est vrai, plutôt que de compter sur le travail de sites comme Snopes pour le faire à notre place.

Tout le monde devrait se sentir capable de rechercher la vérité pour lui-même. Surtout quand il s'agit de notre santé, nous devons être nos propres avocats et examiner les aliments que nous mangeons.

-C'est un pas de trop vers la censure et cela peut étouffer nos libertés d'exprimer nos idées.

Le chef et fondateur de Snopes, David Mikkelson, est marié à une députée démocrate d'Hawaï, ce qui représente bien sûr un conflit d'intérêts. Tout comme le fait que le site est financé par la publicité, et en partie par celle de Bayer/Monsanto. En conséquence, ils ont dû adapter leur article sur la nocivité du glyphosphate au discours de Monsanto dans les 24 heures. Par exemple, l'évaluation de l'allégation selon laquelle "la nourriture de l'Américain moyen contient des niveaux élevés de glyphosphate et Monsanto, l'EPA et la DEA veulent en dissimuler la nocivité" est passée de partiellement fausse à fausse. En outre, les articles satiriques sont souvent déboulonnés, ce qui est bien sûr ridicule. Lire ici.

En outre, ce site déboulonne principalement des vidéos/articles absurdes qui deviennent viraux afin de profiter du trafic viral, ce qui, bien sûr, augmente temporairement le nombre de clics de Snopes (et donc ses revenus). En outre, il est apparu clairement lors d'une interview que Mikkelson n'a pas de réelles procédures de sélection dans le recrutement de ses employés, ce qui explique pourquoi théoriquement n'importe quelle entreprise, organisation gouvernementale ou autre partie peut s'y infiltrer. Aucun de ses employés n'a de formation journalistique (lui non plus), et encore moins d'autres compétences qui les rendraient plus qualifiés que les personnes qu'ils "déboulonnent". Il est amusant de constater que l'absence de formation journalistique est souvent utilisée comme une accusation de leur part. L'article dont le lien figure ci-dessus traite également de conflits d'argent dans le passé. Lire ici.

Le problème est qu'à l'heure des allégations et des histoires sans fin sur Internet, beaucoup s'accrochent à ces sites comme à l'ultime incantation de vérité. Toutefois, il convient de faire preuve de prudence et de toujours se demander : à qui profite ce récit ?

EDIT : Je viens de découvrir quelque chose : lorsque je faisais des recherches sur les 55 000 indices scellés, j'ai trouvé la page Daily Pot, qui tentait de "démystifier" les indices scellés avec des arguments étonnamment faibles. Lorsque j'ai vu qui avait écrit cela à la fin de l'article, j'ai dû beaucoup rire. Sans blague, le nom de l'auteur est Mike Rothschild. Bien sûr, il est spécialisé dans le démystification des théories du complot.

Un Rothschild qui nous explique ce qui se passe réellement dans le monde, on ne peut vraiment pas penser à quelque chose comme ça ... Voici son profil sur le Daily Pot. Lire ici.

New Guard - Ne vous inquiétez pas, nous vous disons ce qui est vrai pour que vous n'ayez pas à réfléchir.

La censure, la mise sous tutelle et la reconquête d'Internet passent à la vitesse supérieure. News Guard, une nouvelle application de navigateur web pour Chrome et Firefox, promet de montrer à ses utilisateurs, lorsqu'ils surfent sur Internet, si la page dont ils sont en train de s'informer est fiable et fournit un contenu véridique. Une sorte de "filtre à fake news", où rien n'est bloqué, mais où des bandeaux verts, jaunes et rouges indiquent clairement si le site est faux ou digne de confiance. En outre, des informations sont affichées sur chaque page pour expliquer pourquoi cette évaluation a été faite. Dans le cas d'un faux ... *toux* ... mon site naturellement digne de confiance comme CNN.com ressemble à ceci.

garde-barrière

C'est à nous de décider

Alors, supposons que vous soyez d'accord à 100% sur TOUTES les facettes de l'histoire officielle de chaque événement. JFK . La fusillade de Las Vegas. L'attentat d'Oklahoma. 9/11. Tout simplement tout le monde. Même là : Pourquoi aimeriez-vous que d'autres personnes n'aient pas le droit de voir les choses différemment ? Qu'est-ce qui n'appelle pas 1984 de George Orwels ?

Si ce n'était pas si triste, on pourrait presque en rire. Le cliché de toutes les conspirations selon lequel le gouvernement réintroduit la censure, qui était ridiculisé il y a seulement quelques années, est devenu réalité. Quand on disait que l'État surveillait chaque citoyen, on passait pour un paranoïaque fumeur de crack, jusqu'à ce que Snowden nous prouve que cela se pratique à grande échelle depuis de nombreuses années, et que même le plus naïf des idiots le sait aujourd'hui (et en a encore quelque chose à foutre). Devons-nous attendre un Snowden à nouveau à la censure ou devons-nous reconnaître les signes tant que nous le pouvons, même si la vérité implicite est gênante ? Faire confiance à des menteurs chroniques ne va certainement pas aider.

Il est triste de constater que la principale source d'information et la "vérité" sur notre monde et ce qui s'y passe est un écran de mariage en forme de talon avec les divers agendas des sociétés qui font la politique des gouvernements. Dans certains cas, ce que disent les médias occidentaux est l'exact opposé de ce que rapportent d'autres pays.

Les journalistes d'investigation indépendants et les médias alternatifs sont ce vers quoi les gens semblent être attirés aujourd'hui. Les chiffres le prouvent, puisque les médias alternatifs reçoivent désormais des centaines de millions de visiteurs sur leur site web. Nous sommes tous naturellement curieux de notre planète, et il est bon de voir que de plus en plus de gens réalisent qu'il est temps d'éteindre la télévision et de faire des recherches par eux-mêmes.

Dès que la censure est en selle, la dernière chance de liberté a été enlevée. Nous pouvons encore l'empêcher, téléchargez autant que vous le pouvez, diffusez le message sur d'autres plateformes, devenez actifs, soutenez les médias alternatifs, sans la communauté ils périront ! Outre l'ADL, les sociétés Internet comme Facebook, qui continuent de s'enfoncer dans la censure, jouent un jeu quelque peu risqué. Peut-être que beaucoup d'entre elles ont le sentiment d'être "trop grosses pour échouer", en ce sens qu'elles pensent être trop importantes dans la vie de la plupart des gens pour être soudainement abandonnées en masse. C'est peut-être vrai en ce moment. Mais je ne suis pas sûr qu'ils doivent vraiment s'en prendre à une communauté éveillée qui ne cesse de s'agrandir à chaque battement de cœur. Rendez la tâche aussi difficile que possible à la police de la pensée, utilisez des alternatives. A un moment donné, ils vont manquer d'air, les mensonges ont des jambes courtes !

Voici quelques alternatives :

Les alternatives au MSM sont nombreuses et il y a chaque jour de nouveaux blogs, sites web, chaînes, magazines, podcasts et il y en a pour tous les goûts, il suffit de les chercher. Je vais peut-être en partager quelques-uns ici que je suis. Et bien sûr, il y a toujours mon blog

Si vous voulez contourner les géants de la technologie, qui sont tous légalement obligés de travailler avec le gouvernement américain, voici quelques alternatives (mais il y en a d'autres) :

Dtube : une plateforme vidéo basée sur la blockchain, structurée comme YouTube.

BitTube : plateforme vidéo basée sur la blockchain qui combine des éléments de Youtube, Reddit et Twitter et présente des caractéristiques très intéressantes, de nombreux "Truthers" s'y installent déjà.

Gaia.com et du Explorateur d'évolution collective : des portails de streaming payants, avec de la documentation sur la conscience, les OVNI, les anciens mystères, les médias alternatifs, etc., quasi Netflix pour les éveillés.

Startpage.com : moteur de recherche qui fonctionne avec les résultats de recherche de Google, mais celui-ci est complètement anonyme, ni l'adresse IP ni le comportement de navigation ne sont enregistrés, donc PAS DE BULLES DE FILTRE !

Ecosia.com : également anonyme, chaque recherche permet de promouvoir des projets qui plantent des arbres.

Tutanota : service de messagerie à cryptage multiple basé en Allemagne.

Diaspora : un réseau social décentralisé.

Signal : un messager gratuit comme Whatsapp qui est crypté de bout en bout, la NSA ne peut pas lire.

Le plus utile, cependant, est de limiter le temps passé devant l'écran, de sortir davantage et de rechercher un contact réel avec les gens. Vous ne pouvez pas nous enlever ça (encore).

Pour l'instant, il suffit de ne pas abandonner notre prémisse initiale : la connaissance est en effet le pouvoir. Cela implique également une autre conclusion : l'ignorance est une faiblesse. Dans ce cas, c'est le public qui sombre à nouveau par manque de connaissances, et ceux qui tentent de contrôler leurs esprits, qu'il s'agisse de gouvernements nationaux ou étrangers, ou d'acteurs non étatiques comme les entreprises et les médias, qui se battent pour les cœurs et les esprits, peuvent gagner les esprits du public en leur fournissant constamment de fausses informations.

Centralisation. Selon le secteur d'activité. Corruption. Infiltration par les services secrets. Fausses nouvelles. Mensonges de guerre. Contrôle par les algorithmes. La censure de la vérité. Et une élite au pouvoir qui tient les ficelles au niveau mondial.

Si le public peut avoir un quelconque espoir en ces temps sombres, il ne peut résulter que de l'obligation d'autocontrôler et de vérifier toutes les informations qu'il reçoit. Les guerriers psychologiques ne peuvent s'entendre qu'avec un public qui refuse de remettre en question ses sources d'information fiables et d'exiger des preuves réelles pour les affirmations de ses sources d'information supposées neutres. En fin de compte, c'est à vous de décider.

Pièce jointe

L'effet de manipulation des moteurs de recherche (SEME) et son impact possible sur les résultats des élections

E4512.full

Quelle est votre réaction ?

confused confused
1
confused
fail fail
3
fail
love love
1
love
lol lol
2
lol
omg omg
1
omg
win win
3
win