69

Le docteur Margarite Griesz-Brisson, neurologue allemande, met en garde contre le port du masque facial: "La privation d'oxygène entraîne des lésions neurologiques permanentes". Neurologue et neurophysiologiste consultante, elle est titulaire d'un doctorat en pharmacologie et s'intéresse particulièrement à la neurotoxicologie, à la médecine environnementale, à la neurorégénération et à la neuroplasticité. Voici ce qu'elle a à dire sur les masques faciaux et leurs effets sur notre cerveau:

La privation d'oxygène provoque des dommages neurologiques permanents

"La réinhalation de notre air expiré va sans aucun doute créer un manque d'oxygène et un surplus de dioxyde de carbone. Nous savons que le cerveau humain est très sensible au manque d'oxygène. Il y a des cellules nerveuses, par exemple dans l'hippocampe, qui ne peuvent pas rester plus de 3 minutes sans oxygène - elles ne peuvent pas survivre.

Les symptômes d'alerte aigus sont les suivants : maux de tête, somnolence, vertiges, problèmes de concentration, ralentissement du temps de réaction - réactions du système cognitif.

Cependant, lorsque vous souffrez d'un manque d'oxygène chronique, tous ces symptômes disparaissent, car vous vous y habituez. Mais votre efficacité reste altérée et le sous-approvisionnement en oxygène de votre cerveau continue de progresser.

Nous savons que les maladies neurodégénératives mettent des années, voire des décennies, à se développer. Si vous oubliez aujourd'hui votre numéro de téléphone, la dégradation de votre cerveau aurait déjà commencé il y a 20 ou 30 ans.

Alors que vous pensez vous être habitué à porter votre masque et à respirer votre propre air expiré, les processus dégénératifs de votre cerveau s'amplifient à mesure que votre manque d'oxygène se poursuit.

Ce qui est parti est parti

Le deuxième problème est que les cellules nerveuses de votre cerveau sont incapables de se diviser normalement. Ainsi, même si nos gouvernements nous permettraient généreusement de ne plus devoir porter de masques et de recommencer à respirer librement de l'oxygène dans quelques mois, les cellules nerveuses perdues ne seront plus régénérées. Ce qui est parti est parti.

Je ne porte pas de masque, j'ai besoin de mon cerveau pour penser. Je veux avoir les idées claires lorsque je m'occupe de mes patients, et ne pas être sous l'effet d'une anesthésie provoquée par le dioxyde de carbone.

Il n'y a pas d'exemption médicale sans fondement pour les masques faciaux, car la privation d'oxygène est dangereuse pour chaque cerveau. Chaque être humain doit pouvoir décider librement s'il veut porter un masque qui est absolument inefficace pour se protéger d'un virus.

Le cerveau des enfants et des adolescents a soif d'oxygène

Pour les enfants et les adolescents, les masques sont à proscrire absolument. Les enfants et les adolescents ont un système immunitaire extrêmement actif et adaptatif et ils ont besoin d'une interaction constante avec le microbiome de la Terre. Leur cerveau est également incroyablement actif, car il a tant à apprendre. Le cerveau de l'enfant, ou de l'adolescent, a soif d'oxygène. Plus l'organe est métaboliquement actif, plus il a besoin d'oxygène. Chez les enfants et les adolescents, chaque organe est métaboliquement actif.

Priver d'oxygène le cerveau d'un enfant ou d'un adolescent, ou le restreindre de quelque manière que ce soit, n'est pas seulement dangereux pour sa santé, c'est aussi absolument criminel. Le manque d'oxygène inhibe le développement du cerveau, et les dommages qui en résultent ne peuvent être inversés.

L'enfant a besoin de son cerveau pour apprendre, et le cerveau a besoin d'oxygène pour fonctionner. On n'a pas besoin d'une étude clinique pour ça. C'est de la physiologie simple et indiscutable. Le manque d'oxygène induit consciemment et volontairement est un danger pour la santé absolument délibéré, et une contre-indication médicale absolue.

Une contre-indication médicale absolue en médecine signifie que ce médicament, cette thérapie, cette méthode ou cette mesure ne doit pas être utilisé, et n'est pas autorisé à être utilisé. Pour contraindre une population entière à utiliser une contre-indication médicale absolue par la force, il faut des raisons précises et sérieuses, et ces raisons doivent être présentées à des organismes interdisciplinaires et indépendants compétents pour être vérifiées et autorisées.

Nous n'avons pas besoin des masques

Lorsque, dans dix ans, la démence augmentera de façon exponentielle et que les jeunes générations ne pourront pas atteindre leur potentiel divin, il ne servira à rien de dire "nous n'avions pas besoin de masques".

Comment un vétérinaire, un distributeur de logiciels, un homme d'affaires, un fabricant de voitures électriques et un physicien peuvent-ils décider de questions concernant la santé de l'ensemble de la population ? S'il vous plaît, chers collègues, nous devons tous nous réveiller.

Je sais combien la privation d'oxygène est dommageable pour le cerveau, les cardiologues savent combien elle est dommageable pour le cœur, les pneumologues savent combien elle est dommageable pour les poumons. La privation d'oxygène endommage tous les organes.

Où sont nos services de santé, nos assurances maladie, nos associations médicales ? Il aurait été de leur devoir de s'opposer avec véhémence au confinement, de le stopper et de l'arrêter dès le début.

Pourquoi les commissions médicales sanctionnent-elles les médecins qui accordent des dispenses aux personnes ? La personne ou le médecin doivent-ils sérieusement prouver que la privation d'oxygène nuit aux personnes ? Quel type de médecine nos médecins et nos associations médicales représentent-ils ?

Nous sommes responsables de notre santé

Qui est responsable de ce crime ? Ceux qui veulent l'appliquer ? Ceux qui laissent faire et jouent le jeu, ou ceux qui ne l'empêchent pas ?

Il ne s'agit pas de masques, ni de virus, et certainement pas de votre santé. Il s'agit de beaucoup plus. Je ne participe pas. Je n'ai pas peur.

Vous pouvez donc le remarquer, ils prennent notre air pour respirer. Il est maintenant impératif de reprendre notre responsabilité personnelle. Nous sommes responsables de ce que nous pensons, pas les médias. Nous sommes responsables de ce que nous faisons, pas nos supérieurs. Nous sommes responsables de notre santé, pas l'Organisation Mondiale de la Santé. Et nous sommes responsables de ce qui se passe dans notre pays, pas le gouvernement."

masque facial privation d'oxygène Dr. Margarite Griesz-Brisson
Dr. Margarite Griesz-Brisson MD, PhD


Vous aimez ? Partagez avec vos amis !

69

Quelle est votre réaction ?

confused confused
0
confused
fail fail
3
fail
love love
1
love
lol lol
1
lol
omg omg
0
omg
win win
3
win