Une étude a-t-elle montré que l'extrait d'artemisia est efficace contre les agents pathogènes du SRAS-CoV-2 ?


Comme l'a découvert une équipe internationale de chercheurs, des extraits de la plante médicinale Artemisia annua sont efficaces contre le SRAS-CoV-2 dans des conditions de laboratoire et inhibent les infections. Des moyens similaires sont déjà utilisés dans certains pays africains - contre l'avis de l'OMS.

Jusqu'à présent, la plupart des pays du monde se sont appuyés sur les vaccins pendant la crise du corona, qui sont destinés à prévenir la maladie du COVID-19. Cependant, certains projets de recherche se concentrent également sur les médicaments destinés aux personnes qui ont été infectées par l'agent pathogène SRAS-CoV-2. Jusqu'à présent, il existe peu d'options de traitement contre le COVID-19 dont l'efficacité a également été prouvée par des études. La recherche se concentre donc sur les médicaments antiviraux et les médicaments utilisés contre la malaria.

Artemisia annua - Alternative au vaccin

Les traitements à base de plantes utilisés dans la médecine traditionnelle chinoise et en Afrique font également l'objet de recherches. Une équipe de scientifiques du Danemark, d'Allemagne et de Hong Kong vient de découvrir que plusieurs extraits d'armoise annuelle (Artemisia annua) sont actifs contre les agents pathogènes du SRAS-CoV-2 dans des conditions de laboratoire. Le matériel végétal nécessaire est fourni par ArtmiLife Inc, une société basée aux États-Unis et spécialisée dans la commercialisation de produits à base d'Artemisia annua.

L'Artemisia annua est une plante médicinale présente dans certaines régions d'Asie et d'Europe. Les principes actifs des extraits de la plante sont également utilisés pour traiter le paludisme, les traitements les plus courants étant basés sur le principe actif artémisinine. Le traitement avec les dérivés de l'artémisia fait désormais partie du traitement standard du paludisme dans le monde entier et est même utilisé chez les nouveau-nés. Mais les dérivés de l'artémisinine, l'artésunate et l'artéméther, sont également utilisés pour traiter les patients atteints de paludisme et sont très sûrs. Dans l'étude actuelle publiée dans la revue Scientific Reports et à laquelle a également participé l'Institut Max Planck pour les colloïdes et les interfaces de Potsdam, les chercheurs ont voulu savoir si l'artémisinine ou ses dérivés pouvaient être efficaces pour le traitement des patients COVID-19.


Pour ce faire, ils ont infecté les tissus de primates et d'humains avec l'agent pathogène SRAS-CoV-2, puis ont ajouté les extraits de plantes aux cultures cellulaires. Les scientifiques ont d'abord testé les extraits sur les cellules rénales du singe vert d'Éthiopie. Ils ont constaté que les extraits étaient efficaces contre différentes variantes de l'agent pathogène SRAS-CoV-2. De même, lorsqu'ils ont testé l'extrait et ses dérivés sur des cellules pulmonaires humaines, ils ont constaté que les trois méthodes de traitement étaient actives contre le coronavirus et inhibaient les infections. Les chercheurs souhaitent approfondir ces résultats dans le cadre d'études cliniques.

Dans certains pays d'Afrique, la plante médicinale Artemisia annua est utilisée contre la Corona depuis longtemps, depuis le début de la crise de la Corona - sous la forme de la préparation "Covid-Organics" développée à Madagascar à la mi-2020. Dix pour cent de la production annuelle mondiale d'armoise pousse à Madagascar. Administré sous forme de tisane, le médicament aurait aidé de nombreux patients atteints de COVID-19. Toutefois, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) met en garde contre l'utilisation de l'agent contre le COVID-19, car son efficacité n'a pas été prouvée par des études cliniques.

Pièce jointe

Efficacité in vitro des traitements à base d'artémisinine contre le SRAS-CoV-2