Les tests COVID sont-ils un moyen d'infecter ou d'implanter subrepticement des personnes ?


Maintenant que le public commence à se rendre compte que les personnes à l'origine de la réponse COVID sont responsables de millions de décès dus à la censure d'informations vitales provenant de milliers de médecins qui traitent des patients COVID avec un taux de réussite de 100%, il est temps de commencer à remettre en question TOUT ce à quoi ils demandent au public de se conformer.

Les tests COVID

Les tests COVID, qui sont déployés dans le monde entier, plus ou moins conformément au plan 1-3-30 de la Fondation Rockefeller, constituent l'axe principal de cette phase actuelle de l'opération Coronavirus.


Plus le nombre de personnes testées est élevé, plus le nombre de cas positifs enregistrés est important, ce qui alimente le récit officiel et entretient la peur pour justifier encore plus de tyrannie.

Cependant, il se peut que quelque chose d'autre se passe également.

Quelles sont leurs véritables motivations, puisqu'ils n'accordent manifestement PAS de valeur à la vie humaine ?

Makia Freeman, de The Freedom Articles, a publié un article très intéressant la semaine dernière, qui soulève de sérieuses questions sur les tests PCR, dont nous avons déjà signalé qu'ils n'étaient pas fiables, et sur la raison pour laquelle les cotons-tiges doivent être si longs ? Lire ici.

Nous devons nous demander si ces tests COVID ne sont pas en fait un moyen astucieux d'accéder secrètement à l'intérieur de nos corps, et notamment de nos cerveaux.

Les écouvillons nasaux utilisés (appelés nasopharyngés ou oropharyngés) sont incroyablement longs (environ 15 cm), ce qui signifie qu'ils atteignent l'arrière de notre gorge.

Y a-t-il une raison médicale pour laquelle les écouvillons doivent être de cette longueur ? Ces tests COVID particuliers sont des tests PCR ; j'ai expliqué dans d'autres articles à quel point les tests PCR sont défectueux et inadaptés.


Ces tests COVID pourraient-ils être utilisés pour infecter subrepticement des personnes (avec un agent pathogène), administrer le vaccin (qu'ils prétendent être encore en train de développer) ou même implanter des personnes (avec des nanotechnologies telles que des micropuces) ?

Cibler ou accéder à la plaque criblée ?

En anatomie humaine, la plaque criblée est un os de la ligne médiane qui joue un rôle important à la fois dans le crâne et dans le nez qui transmet les nerfs olfactifs porteurs de l'odorat. Lire ici.

Il s'agit d'une partie très délicate et fragile du corps. Pourquoi diable les tests COVID contiennent-ils un écouvillon (un bâtonnet rembourré) qui peut piquer et pousser cet os délicat ?

Serait-ce parce que la plaque criblée permet l'accès au cerveau ? Jim Stone y a récemment fait allusion dans un billet intitulé The Coronavirus test is not credible and likely to be for clandestine brain access reproduit sur ce site. Lire ici.

"Ils prétendent que le virus détruit le système nerveux d'un grand pourcentage de personnes, laissant des problèmes neurologiques durables et des lésions cérébrales. Mais je voudrais demander : est-ce vraiment un virus qui fait ça, ou est-ce les tests qui font ça ?

Les coronavirus se testent eux-mêmes (il en existe différents types), mais dans de nombreux cas, ils sont manifestement à l'origine des lésions cérébrales.

Facile à expliquer :

De nombreux tests (tous ceux qui utilisent un "écouvillon" incroyablement long) prennent leurs échantillons dans la plaque criblée, un os de quelques millimètres d'épaisseur situé au sommet de la cavité nasale et percé de nombreux trous qui vont directement dans la cavité cérébrale.

Ces trous sont ceux par lesquels passent vos nerfs olfactifs, et ils sont nombreux (l'os est semblable à un tamis grossier).

Si vous vouliez saboter quelqu'un en implantant un virus cérébral clandestin, une nanotechnologie ou une puce dans quelqu'un, ce serait l'endroit pour le faire, car un médecin pourrait peut-être extraire une puce, mais les individus ne pourraient certainement jamais le faire sans perforer cet os très fin (qui n'est même pas vraiment un os, mais plutôt la moitié d'un nerf) et quiconque tenterait de faire une extraction à partir de là finirait probablement par se tuer.

Les produits chimiques, les virus, les nanotechnologies ou tout ce qu'ils ont voulu y mettre auront un accès immédiat au cerveau et vous ne pourrez pas les faire sortir, une fois qu'ils y sont, ils y sont.

Il serait littéralement dans le cerveau lorsqu'il serait placé, et entrerait directement.

Les gens se plaignent que les tests sont atrocement douloureux et que la douleur dure plusieurs jours. Pour quelle raison les tests devraient-ils toucher la partie du corps humain la plus accessible au cerveau ?

Ceux qui le font sont-ils vraiment des tests ?

Les tests ADN sont effectués à l'aide d'un simple frottis buccal, et il est ridicule de penser qu'un test de dépistage de virus - alors que l'on est censé pouvoir le propager en toussant - ne serait pas le même.

Il y a quelque chose qui cloche avec ces tests. Ils DOIVENT être faux, (ou du moins ceux qui prélèvent littéralement la zone du cerveau). Il n'est pas étonnant qu'ils fassent mal pendant des jours et que le fait d'avoir les nerfs olfactifs cloués par ce qui se trouve dans l'écouvillon soit probablement à l'origine de la perte permanente de l'odorat.

BON sens : Je parie que vous ne saviez pas à quel point ce test est vraiment désagréable. Évitez ce test à tout prix.

D'accord, j'ai lu cet article il y a quelques jours, et je l'avais rejeté à l'époque... Je ne pouvais pas imaginer que ces monstres utilisaient leurs méthodes barbares de "test PCR" pour endommager nos cerveaux...... L'éthique mise à part, je ne voyais pas ces créatures immondes s'abaisser à un tel niveau d'horreur.....

Mais encore une fois, nous avons affaire à des monstres sans conscience humaine ici, n'est-ce pas ?"

Voici une autre citation du même site web (mais celle-ci n'est pas de Jim Stone) :

"... ils ont effectué les "tests" en insérant un fichu écouvillon de 15 cm de long dans CHAQUE narine jusqu'à ce qu'il atteigne l'arrière de leurs voies nasales.

Les testeurs ont ensuite fait tourner les écouvillons pendant environ 10 à 15 secondes dans chaque narine..... Puis ils ont retiré les écouvillons et les ont insérés dans des tubes à essai qui ont été envoyés aux laboratoires pour être "analysés" ....

Honnêtement, j'ai dû m'arrêter et réfléchir pendant un moment... POURQUOI diable ont-ils besoin d'insérer un si long écouvillon jusqu'à l'arrière des voies nasales en premier lieu ?

Et ensuite, tordre les écouvillons sur ce palais à l'arrière du passage nasal contre les tissus mous me semble également très barbare !

Ce mouvement à lui seul n'endommagerait-il pas le palais et ne créerait-il pas un scénario bien pire que celui que ferait ce "virus" ?

Et toutes les personnes à qui j'ai parlé m'ont raconté la même histoire : elles avaient des " maux de tête " et, dans certains cas, une sensation de nausée et de fortes douleurs aux sinus qui suivaient.....

Comme j'ai toujours souffert de maux de tête dus aux sinus et que j'ai ressenti une telle douleur à l'arrière de mes propres fosses nasales pendant des années, je sais ce qu'ils traversent.......

Et tout cela juste pour obtenir un "échantillon" de l'ARN de ce supposé virus afin de vérifier que quelqu'un est positif ?

Encore une fois, cela semble assez barbare, et à mon avis, il y aurait des moyens beaucoup plus simples pour obtenir des échantillons de tissus plutôt que d'endommager éventuellement l'arrière de nos cavités nasales !"

Il y a quelque chose de très suspect dans ces tests COVID. Pour le moins, nous devons nous rappeler qu'il a été prouvé que des lots de tests COVID étaient contaminés, parfois par le coronavirus lui-même (par exemple aux États-Unis et au Royaume-Uni) - bien que les vérificateurs de faits affirment que le "virus" ne pourrait pas se propager ou infecter les gens, mais rendrait simplement les résultats des tests inefficaces. Lire ici. Et ici.

Population microchipée

Compte tenu de l'objectif du NWO (Nouvel Ordre Mondial) d'avoir une population entièrement équipée de puces électroniques, je ne vois pas comment les conspirateurs du NWO pourraient mener une méthode aussi horrible et clandestine pour implanter des personnes à leur insu sous prétexte de les aider.

J'ai demandé à un médecin retraité bien connu ce que Makia disait ici concernant la nécessité de longs cotons-tiges pénétrant si loin dans le corps, et ce médecin m'a répondu :

Il n'y a aucune raison valable d'écouvillonner le naso-pharynx si profondément que cela provoque des douleurs et des lésions à l'extrême arrière et au toit du nez. Les micro-organismes présents sont répartis dans l'ensemble du nez et de la gorge.

Ils sont censés être facilement transmis par un éternuement, d'où le "besoin" de masques... Vous n'avez pas besoin de creuser pour les trouver. Vous pourriez même vous moucher dans un mouchoir en papier et cela constituerait un échantillon suffisant pour la culture.

Il y a quelque chose de très suspect dans ces tests COVID.

Réflexions finales

Le but de cet article est de sensibiliser et de poser des questions.

Cet article ne répond pas à la question de savoir ce que contiennent réellement ces tests COVID et s'ils sont conçus avec une arrière-pensée.

Il faut espérer que ces questions initiales inciteront les gens à approfondir leurs recherches ou, à tout le moins, les encourageront à faire preuve d'un grand scepticisme avant de se soumettre à ces tests sans réfléchir.

Il doit être clair maintenant que rien dans l'opération Coronavirus n'est bénin, pas même les tests. Chaque aspect de ce programme doit être soigneusement examiné.

Se soumettre au test lui-même revient à accepter tacitement que le test fonctionne et qu'il est nécessaire pour la santé et la sécurité publiques - deux choses manifestement fausses.