Les nanorouteurs ont-ils été identifiés dans les vaccins Covid ?


Graphen 7 e1640863422289

À ce jour, il existe des preuves et des références plus que plausibles de l'existence de nanotubes et de nanopulpes de carbone, de sphères mésoporeuses et de nanorobots/vers colloïdaux qui ne devraient se trouver dans aucun vaccin et ne sont pas déclarés comme ingrédients de vaccins.

Des nano-antennes en graphène cristallisé dans les vaccins

En outre, d'autres types d'objets ont été identifiés et détectés dans des images d'échantillons de sang provenant d'individus vaccinés contre le coronavirus, à savoir des micro-immersions, des nanoantennes de graphène cristallisé et des points quantiques de graphène, également appelés GQD (graphene quantum dots).

À cette occasion, l'analyse d'une image obtenue par le Dr Campra correspondant à un échantillon de vaccin Pfizer (voir figure 1) a très probablement révélé un nano-routeur ou une partie de son circuit.

L'image originale montre une gouttelette bien définie avec des structures cristallines carrées ou cubiques. Si vous regardez de près, vous pouvez voir un motif régulier sur ces cristaux, bien défini dans certains cas, mais limité par l'optique du microscope.

 

Abb.1 1
Fig. 1. Formations cristallines avec des marques qui ressemblent à des circuits. Parmi ces objets, le circuit d'un possible nanorouteur a été découvert. Image d'un échantillon du vaccin de Pfizer obtenue de (Campra, P. 2021).

La découverte a été rendue possible en isolant chaque cristal carré, en utilisant un processus de criblage, de focalisation et de délimitation des bords de l'image pour rendre les marques observées encore plus claires.

Une fois ce processus achevé, un croquis a été réalisé avec les lignes et les motifs inscrits sur le cristal, créant ainsi un contour net de ce qui ressemblait réellement à un circuit.

Il a été très remarqué de trouver des lignes parallèles et perpendiculaires avec une distribution qui était loin des modèles fractals, ce qui a automatiquement suggéré la possibilité qu'il s'agissait d'un produit manufacturé.

Par conséquent, nous avons recherché dans la littérature scientifique des motifs similaires dont le schéma était semblable à celui du circuit que nous venions de dessiner. Le résultat de cette recherche a été presque immédiat, puisque nous avons trouvé le motif d'un nanorouteur à points quantiques, comme le montre la figure 2.

 

Abb.2 1
Fig. 2 : Possible nano-routeur à points quantiques dans un cristal carré pris par le Dr. (Campra, P. 2021). Dans le coin inférieur droit se trouve le circuit du nanorouteur à points quantiques publié par (Sardinha, L.H. ; Costa, A.M. ; Neto, O.P.V. ; Vieira, L.F. ; Vieira, M.A. 2013). Notez la similitude évidente entre le croquis, la forme inscrite dans le cristal et le circuit de points quantiques.

Cette découverte est fondamentale, non seulement pour comprendre le véritable objectif et les composants des vaccins contre les coronavirus, mais aussi pour expliquer le phénomène des adresses MAC visibles via le Bluetooth de nombreux appareils mobiles.

Contexte de la découverte

Avant d'expliquer la découverte, il est important de considérer le contexte dans lequel elle s'inscrit pour en assurer la compréhension et l'élaboration.

Tout d'abord, il faut savoir que le graphène et ses dérivés, l'oxyde de graphène (GO) et les nanotubes de carbone (CNT), font partie des composants des vaccins, comme expliqué précédemment dans ce blog.

Les propriétés du graphène sont exceptionnelles d'un point de vue physique, thermodynamique, électronique, mécanique et magnétique.

Grâce à ses propriétés, il peut être utilisé comme supraconducteur, absorbeur d'ondes électromagnétiques (EM), émetteur, récepteur de signaux et antenne quantique, permettant ainsi le développement d'une électronique avancée à l'échelle nanométrique et microscopique.

À tel point qu'il est le nanomatériau fondamental pour le développement de la nano-biomédecine (Mitragotri, S. ; Anderson, D.G. ; Chen, X. ; Chow, E.K. ; Ho, D. ; Kabanov, A.V. ; Xu, C. 2015), des réseaux de nano-communication (Kumar, M.R. 2019), des nouvelles thérapies d'administration de médicaments (Yu, J. ; Zhang, Y. Yan, Y. Zhang, Y. ; Yan, J. ; Kahkoska, A.R. ; Gu, Z. 2018) et les traitements contre le cancer (Huang, G. ; Huang, H. 2018), ainsi que le traitement neurologique des maladies neurodégénératives (John, A.A. ; Subramanian, A.P. ; Vellayappan, M.V. ; Balaji, A. ; Mohandas, H. ; Jaganathan, S.K. 2015).

Cependant, en dehors de tous ces avantages, la littérature scientifique est très claire quant aux effets sur la santé du corps humain.

Il est connu que le graphène (G), l'oxyde de graphène (GO) et d'autres dérivés tels que les nanotubes de carbone (CNT) sont toxiques sous presque toutes leurs formes, provoquant mutagenèse, mort cellulaire (apoptose), libération de radicaux libres, toxicité pulmonaire, pneumonie bilatérale, génotoxicité ou dommages à l'ADN, une inflammation, une immunosuppression, des dommages au système nerveux, au système circulatoire, au système endocrinien, au système reproducteur et à l'appareil urinaire, et peuvent provoquer une mort anaphylactique et une défaillance de plusieurs organes, voir les pages "Dommages et toxicité de l'oxyde de graphène".

Deuxièmement, le graphène est un nanomatériau radiomodulable capable d'absorber les ondes électromagnétiques et de multiplier le rayonnement en agissant comme une nanoantenne ou un amplificateur de signal (Chen, Y. ; Fu, X. ; Liu, L. ; Zhang, Y. ; Cao, L. ; Yuan, D. ; Liu, P. 2019).

L'exposition à un rayonnement électromagnétique peut provoquer la dissolution du matériau en particules plus petites (Lu, J. ; Yeo, P.S.E. ; Gan, C.K. ; Wu, P. ; Loh, K.P. 2011), qui sont appelées points quantiques de graphène ou GQD (Graphene Quantum Dots), et leurs propriétés et caractéristiques physiques sont améliorées par l'effet "Hall quantique" en raison de leur taille encore plus petite, car elles agissent en amplifiant les signaux électromagnétiques (Massicotte, M. Yu, V. ; Whiteway, E. ; Vatnik, D. ; Hilke, M. 2013 | Zhang, X. ; Zhou, Q. ; Yuan, M. ; Liao, B. ; Wu, X. ; Ying, M. 2020), et donc la distance d'émission, notamment dans des environnements tels que le corps humain (Chopra, N. ; Phipott, M. ; Alomainy, A. ; Abbasi, Q.H. ; Qaraqe, K. ; Shubair, R.M. 2016). Les GQD peuvent adopter différentes morphologies, telles que hexagonale, triangulaire, circulaire ou polygonale irrégulière (Tian, P. ; Tang, L. ; Teng, K.S. ; Lau, S.P. 2018).

Les capacités de supraconduction et de transduction font du graphène l'un des matériaux les plus adaptés à la création de réseaux de nanocommunication sans fil pour les applications nanotechnologiques dans le corps humain.

Cette approche a été intensivement travaillée par la communauté scientifique après avoir trouvé et analysé les protocoles et les spécifications disponibles, mais aussi les systèmes de routage des paquets de données que les nano-appareils et les nano-nœuds à l'intérieur du corps généreraient, dans un complexe de systèmes appelé CORONA, dont le but est de transmettre efficacement les signaux et les données dans le réseau, d'optimiser la consommation d'énergie (au minimum) et aussi de réduire les défaillances dans la transmission des paquets de données (Bouchedjera, I. A. ; Aliouat, Z. ; Louail, L. 2020 | Bouchedjera, I.A. ; Louail, L. ; Aliouat, Z. ; Harous, S. 2020 | Tsioliaridou, A. ; Liaskos, C. ; Ioannidis, S. ; Pitsillides, A. 2015).

Dans ce réseau de nanocommunication, on utilise un type de signal TS-OOK (time-spread on-off keying), qui permet la transmission de codes binaires de 0 et 1 avec de courtes impulsions dans lesquelles le signal est activé et désactivé dans de très petits intervalles de temps de quelques femtosecondes (Zhang, R. Yang, K. ; Abbasi, Q.H. ; Qaraqe, K.A. ; Alomainy, A. 2017 | Vavouris, A.K. ; Dervisi, F.D. ; Papanikolaou, V.K. ; Karagiannidis, G.K. 2018).

En raison de la complexité de la nanocommunication dans le corps humain, où les nanonœuds du réseau sont répartis dans tout le corps, dans de nombreux cas en mouvement, en raison du flux sanguin, et dans d'autres attachés à l'endothélium des parois artérielles et capillaires ou dans les tissus d'autres organes, les chercheurs ont exigé le développement de logiciels pour simuler de telles conditions afin de vérifier et de valider les protocoles de nanocommunication en cours de développement (Dhoutaut, D. Arrabal, T. ; Dedu, E. 2018).

D'autre part, le réseau de nanocommunication destiné au corps humain (Balghusoon, A.O. ; Mahfoudh, S. 2020) a été soigneusement conçu dans ses aspects topologiques, en concevant des composants spécialisés pour effectuer une telle tâche.

Ainsi, la nanocommunication électromagnétique, dans sa couche la plus fondamentale, est constituée de nano-nœuds, c'est-à-dire de composants (vraisemblablement constitués de graphène, de nanotubes de carbone, de GQD et d'autres objets et matériaux) qui peuvent interagir comme des nanocapteurs, des actionneurs piézoélectriques et, dans tous les cas, des nanoantennes qui relaient les signaux aux autres nano-nœuds.

Les nano-nœuds trouvent leur prochaine étape dans la topologie dans les nano-routeurs (également appelés nanocontrôleurs). Leur tâche consiste à recevoir les signaux émis par les nano-nœuds, à les traiter et à les transmettre aux nano-interfaces, qui les transmettent au monde extérieur avec la fréquence et la portée requises, puisqu'ils doivent traverser la barrière cutanée sans perdre la clarté du signal afin qu'il puisse être reçu par un appareil mobile à une distance suffisante (généralement quelques mètres).

Ce dispositif mobile est un smartphone ou un autre dispositif doté d'une connexion Internet qui peut faire office de passerelle. Cette topologie définit également la possibilité que toute l'infrastructure du nanonode, du nanorouteur et de l'interface à l'échelle nanométrique soit unifiée dans un seul nanodispositif appelé pôle ou métamatériau défini par logiciel SDM (Lee, S.J. ; Jung, C. ; Choi, K. ; Kim, S. 2015).

Ce modèle simplifie la topologie mais augmente la taille du dispositif et la complexité de sa construction, qui est conçue en plusieurs couches de graphes. Quoi qu'il en soit, quelle que soit la topologie, les nanorouteurs sont tenus de relayer et de décoder correctement les signaux non seulement pour la transmission mais aussi pour la réception, car ils peuvent être conçus pour fournir un service bidirectionnel, ce qui implique de facto la capacité de recevoir des signaux de commande, de contrôle et d'exploitation qui interagissent avec les objets du réseau.

Outre la nanocommunication électromagnétique, il existe également une nanocommunication moléculaire, qui est abordée dans l'article consacré aux nanotubes de carbone et aux nouvelles découvertes sur les échantillons de vaccins.

Les deux articles analysent les implications de ces objets pour les neurosciences, la neuromodulation et la neurostimulation. En effet, lorsqu'ils se trouvent dans le tissu neuronal (ce qui est très probable puisqu'ils peuvent traverser la barrière hémato-encéphalique), ils peuvent établir des connexions qui relient les synapses neuronales.

Cela signifie qu'ils relient les neurones par des voies différentes et plus courtes que les axones naturels (Fabbro, A. ; Cellot, G. ; Prato, M. ; Ballerini, L. 2011). Cela peut être utilisé dans des traitements expérimentaux pour atténuer les effets des maladies neurodégénératives, mais aussi pour interférer directement avec les neurones, la sécrétion de neurotransmetteurs tels que la dopamine, l'activation involontaire de régions cérébrales spécifiques, leur neurostimulation ou leur modulation par des impulsions électriques générées par les nanotubes de carbone (Suzuki, J. ; Budiman, H. ; Carr, Carr, L. 2011). Budiman, H. ; Carr, T.A. ; DeBlois, J.H. 2013 ; Balasubramaniam, S. ; Boyle, N.T. ; Della-Chiesa, A. ; Walsh, F. ; Mardinoglu, A. ; Botvich, D. ; Prina-Mello, A. 2011), comme conséquence de la réception de signaux et d'impulsions électromagnétiques provenant du réseau de nanocommunication (Akyildiz, I.F. ; Jornet, J.M. 2010).

Ce que signifie le fait qu'un signal externe, qui n'est pas contrôlé par la personne vaccinée, contrôle la libération de neurotransmetteurs est évident.

Ainsi, les nanotubes de carbone qui s'incrustent dans le tissu neuronal pourraient altérer la fonction naturelle de sécrétion de neurotransmetteurs tels que la dopamine, qui sont responsables des processus cognitifs, de la socialisation, du système de récompense, du désir, du plaisir, de l'apprentissage conditionné ou de l'inhibition, entre autres (Beyene, A.G. ; Delevich, K. ; Del Bonis-O'Donnell, J. T. ; Piekarski, D.J. ; Lin, W.C. ; Thomas, A. W. ; Landry, M.P. 2019 | Sun, F. ; Zhou, J. ; Dai, B. ; Qian, T. ; Zeng, J. ; Li, X. ; Li, Y. 2020 | Sun, F. ; Zeng, J. ; Jing, M. ; Zhou, J. ; Feng, J. ; Owen, S. F. ; Li, Y. 2018 | Patriarchi, T. ; Mohebi, A. ; Sun, J. ; Marley, A. ; Liang, R. ; Dong, C. ; Tian, L. 2020 | Patriarchi, T. ; Cho, J.R. ; Merten, K. ; Howe, M.W. ; Marley, A. ; Xiong, W.H. ; Tian, L. 2018).

Cela signifie qu'il peut interférer avec les schémas comportementaux, les émotions et les pensées normales des gens, et même imposer de manière subliminale un apprentissage conditionné sans que les individus en soient conscients.

En plus des propriétés susmentionnées, les nanotubes de carbone n'ouvrent pas seulement la porte à l'interaction sans fil dans le cerveau humain, ils peuvent également recevoir des signaux électriques des neurones et les relayer vers des nanorouters, ayant les mêmes propriétés que les nanoantennes GQD en graphène et les points quantiques en graphène, comme expliqué dans (Demoustier, S. ; Minoux, E. ; Leoux, E. ; Leoux, E. ; Demoustier, S.). Minoux, E. ; Le Baillif, M. ; Charles, M. ; Ziaei, A. 2008 | Wang, Y. ; Wu, Q. ; Shi, W. ; He, X. ; Sun, X. ; Gui, T. 2008 | Da-Costa, M.R. ; Kibis, O.V. ; Portnoi, M.E. 2009). Cela signifie qu'ils peuvent transmettre et surveiller l'activité neuronale des individus.

Pour que les paquets de données envoyés et reçus par le réseau de nanocommunication atteignent leur destination, le protocole de communication doit d'une manière ou d'une autre mettre en œuvre l'identification unique des nanodispositifs (par exemple, par MAC) et transmettre les informations à une adresse IP prédéterminée.

En ce sens, le corps humain devient un serveur IoNT (Internet of NanoThings) auquel le modèle de communication client/serveur peut être appliqué.

Les mécanismes, les commandes ou les types de demandes, ainsi que la fréquence et le type de signal exacts utilisés pour alimenter le réseau de nanocommunication sans fil qui serait installé avec chaque vaccin restent à déterminer, même si ces informations doivent évidemment être très gardées compte tenu des conséquences potentielles du biohacking (Vassiliou, V. 2011) qui pourraient survenir.

En fait, le travail de (Al-Turjman, F. 2020) relie les problèmes et les circonstances de la sécurité des réseaux de nanocommunication associés à la 5G (confidentialité, authentification, vie privée, confiance, intrusion, rejet) et présente en outre un résumé du fonctionnement de la communication électromagnétique entre les nanonodes, les nanocapteurs et les nano-routeurs utilisant des antennes et des émetteurs-récepteurs en graphène pour leur connexion avec des serveurs de données afin de développer des projets Big Data.

Il convient de noter que les risques d'une attaque de piratage du réseau sont très similaires à ceux qui peuvent se produire dans n'importe quel réseau connecté à Internet (attaque par mascarade, localisation, pièges à informations, déni de service, détournement de nano-appareils, trou de ver, attaque intermédiaire MITM, malware, spam, sybil, spoofing, attaque par tromperie par neurostimulation), ce qui constitue un risque potentiel et supplémentaire très grave pour les individus inoculés par le matériel du réseau de nanocommunication.

Dans ce contexte, la découverte des circuits d'un nanorouteur dans les échantillons du vaccin de Pfizer, qui est un élément clé de toutes les recherches en cours, confirme l'installation dans le corps des personnes vaccinées, sans leur consentement éclairé, d'un matériel qui effectue des processus de détection et d'interaction qui échappent totalement à leur contrôle.

Nanorouteur QCA

Le circuit découvert (voir figure 3) appartient au domaine des automates cellulaires à points quantiques, également appelés QCA (Quantum Cellular Automata), qui se caractérisent par leur taille nanométrique et leur très faible consommation d'énergie et représentent une alternative pour remplacer la technologie des transistors.

Celle-ci est définie par le travail de (Sardinha, L.H. ; Costa, A.M. ; Neto, O.P.V. ; Vieira, L.F. ; Vieira, M.A. 2013), d'où provient le schéma d'un tel circuit.

Le nanorouteur auquel les chercheurs font référence se caractérise par une consommation d'énergie extrêmement faible et une vitesse de traitement élevée (son horloge fonctionne dans la gamme des 1 à 2 THz), ce qui correspond aux conditions de performance et aux exigences de transmission de données dans le contexte des réseaux de nanocommunication pour le corps humain décrits par (Pierobon, M. ; Jornet, J.M. ; Akkari, N. ; Almasri, S. ; Akyildiz, I.F. 2014).

 

Abb.3 1
Fig. 3. Circuit de points quantiques de graphène dans des cellules QCA. Représentation schématique du circuit (Sardinha, L.H. ; Costa, A.M. ; Neto, O.P.V. ; Vieira, L.F. ; Vieira, M.A. 2013) observé dans un échantillon de vaccin Pfizer.

Selon les explications données dans les travaux de (Sardinha, L.H. ; Costa, A.M. ; Neto, O.P.V. ; Vieira, L.F. ; Vieira, M.A. 2013), une distinction est faite entre le concept de point quantique et de cellule à point quantique, voir la figure 4.

La cellule QCA est constituée de quatre points quantiques dont la polarisation est variable. Il est ainsi possible de distinguer le code binaire de 0 et de 1 en fonction de la charge positive ou négative des points quantiques.

Dans les mots des auteurs :

"Les unités de base des circuits QCA sont des cellules de points quantiques. Dans ce contexte, un point est simplement une zone où il peut y avoir ou non une charge électrique. Une cellule QCA comporte quatre points quantiques dans les coins.

Chaque cellule possède deux électrons libres et mobiles qui peuvent passer par effet tunnel entre les points quantiques. Le passage par tunnel vers l'extérieur de la cellule n'est pas possible en raison d'une barrière de potentiel élevée."

En extrapolant à partir des points quantiques de graphène (GQD) identifiés dans les échantillons de sang (sur la base de la fluorescence émise), une cellule QCA nécessiterait quatre GQD pour s'assembler, ce qui correspond parfaitement à la description des chercheurs.

Ceci est également confirmé par (Wang, Z.F. ; Liu, F. 2011) dans leur article intitulé "Graphene quantum dots as building blocks for quantum cellular automata", qui confirme l'utilisation du graphène pour créer de tels circuits.

 

Abb.4
Fig. 4. Schéma d'une cellule QCA constituée de quatre points quantiques (qui peuvent être constitués de graphène, entre autres matériaux). Notez la forte ressemblance avec les memristors, en fait les QCA et les memristors sont des transistors (Sardinha, L.H. ; Costa, A.M. ; Neto, O.P.V. ; Vieira, L.F. ; Vieira, M.A. 2013 ; Strukov, D.B. ; Snider, G.S. ; Stewart, D.R. ; Williams, R.S. 2009).

 

Lorsque les cellules QCA sont combinées, des fils et des circuits aux formes, schémas et applications très variés sont créés, comme le montre la figure 5, où l'on peut voir des inverseurs, des jonctions et des portes logiques, également traités par d'autres auteurs comme (Xia, Y. ; Qiu, K. 2008).

Cela conduit à des structures plus complexes qui permettent de reproduire les schémas électroniques des transistors, processeurs, émetteurs-récepteurs, multiplexeurs, démultiplexeurs et donc de n'importe quel routeur.

 

Abb.5
Fig. 5. Les QCA peuvent former différents types de circuits, tels que des portes logiques, des jonctions, des inverseurs ou des fils. (Sardinha, L.H. ; Costa, A.M. ; Neto, O.P.V. ; Vieira, L.F. ; Vieira, M.A. 2013).

Il est important d'expliquer que les circuits composés de cellules QCA peuvent fonctionner en plusieurs couches superposées, ce qui permet d'obtenir une structure tridimensionnelle (3D) pour créer une électronique beaucoup plus complexe et compressée, voir la figure 6.

 

Abb.6
Fig. 6 : Selon (Sardinha, L.H. ; Costa, A.M. ; Neto, O.P.V. ; Vieira, L.F. ; Vieira, M.A. 2013), des circuits plus complexes peuvent être construits en ajoutant plusieurs couches superposées. Le symbole d'un cercle dans le dessin en est la preuve. Trois illustrations artistiques représentant différentes couches de circuits sont également présentées (élaboration propre).

Selon les chercheurs (Sardinha, L.H. ; Costa, A.M. ; Neto, O.P.V. ; Vieira, L.F. ; Vieira, M.A. 2013), pour développer un nanorouteur, plusieurs structures de circuit sont nécessaires, à savoir des croisements de fils (qui forment des portes logiques), des démultiplexeurs (demux) et des convertisseurs parallèle-série, voir figure X.

Les démultiplicateurs sont des dispositifs électroniques capables de recevoir un signal à l'entrée QCA et de l'envoyer à l'une des nombreuses lignes de sortie disponibles afin que le signal puisse être acheminé pour un traitement ultérieur.

Le convertisseur parallèle-série est un circuit qui peut prendre plusieurs ensembles de données à l'entrée, les transporter sur différentes lignes QCA et les transmettre aux lignes de sortie à différents moments.

Il s'agirait exactement du composant observé dans les échantillons de vaccins (voir figure 7).

 

Abb.7
Fig. 7. Détails du circuit utilisé pour convertir les signaux TS-OOK en série en une sortie parallèle, confirmant l'une des tâches typiques d'un routeur. (Sardinha, L.H. ; Costa, A.M. ; Neto, O.P.V. ; Vieira, L.F. ; Vieira, M.A. 2013)

Un autre aspect important du travail de (Sardinha, L.H. ; Costa, A.M. ; Neto, O.P.V. ; Vieira, L.F. ; Vieira, M.A. 2013) est la démonstration du fonctionnement du circuit, où l'on observe la réception d'un signal TS-OOK et sa conversion en un code binaire, voir Figure 8. Une fois le code binaire obtenu, le circuit "Demux" est chargé de générer les paquets de données selon la structure du protocole de communication correspondant.

 

Abb.8
Fig. 8. Les tests du circuit Demux, déjà vus sur la figure 7, fournissent la preuve de la façon dont les signaux TS-OOK sont interprétés et convertis en code binaire pour finalement générer les paquets de données du protocole de nanocommunication correspondant. (Sardinha, L.H. ; Costa, A.M. ; Neto, O.P.V. ; Vieira, L.F. ; Vieira, M.A. 2013)

Tout ce qui est expliqué par (Sardinha, L.H. ; Costa, A.M. ; Neto, O.P.V. ; Vieira, L.F. ; Vieira, M.A. 2013), est également observé par (Das, B. ; Das, J.C. ; De, D. ; Paul, A.K. 2017), dans la recherche duquel on observe des conceptions de circuits QCA pour des démux et des nanorouters avec des schémas très similaires à ceux déjà présentés, confirmant la recherche de solutions au problème de la transmission et du traitement facile des signaux et des données à l'échelle nanométrique pour rendre efficaces les réseaux de nanocommunication.

Enfin, il convient de souligner la notion de vitesse d'horloge, même si elle peut déjà être déduite de la nature, des caractéristiques et des propriétés des circuits cellulaires QCA.

En effet, la capacité de ces composants électroniques à fonctionner de manière quasi autonome sans avoir besoin d'un processeur dédié est intéressante. Cela est dû au fait que les fils des cellules QCA peuvent mesurer le temps de transmission des signaux entre les différentes cellules dans ce qu'on appelle les "zones d'horloge", voir la figure 9 et les articles de recherche suivants (Sadeghi, M. ; Navi, K. ; Dolatshahi, M. 2020 | Laajimi, R. ; Niu, M. 2018 | Reis, D.A. ; Torres, F.S. 2016 | Mohammadyan, S. ; Angizi, S. ; Navi, K. (2015).

Cet effet permet la transmission de signaux à travers le circuit, mais aussi la génération d'une fréquence d'horloge, qui est sa propre vitesse de traitement. Lorsque ce concept est associé à l'utilisation de matériaux supraconducteurs tels que le graphène et, en particulier, les points quantiques de graphène, il est possible d'atteindre des vitesses de traitement très élevées.

Abb.9
Fig. 9. Le nanorouteur ne nécessite pas de processeur séparé car les cellules QCA organisées dans les fils du circuit remplissent déjà cette fonction grâce aux propriétés de supraconductivité et de polarisation des points quantiques, ce qui permet de dériver une fréquence d'horloge à travers des phases ou des zones physiques du circuit. (Sardinha, L.H. ; Costa, A.M. ; Neto, O.P.V. ; Vieira, L.F. ; Vieira, M.A. 2013 | Sadeghi, M. ; Navi, K. ; Dolatshahi, M. 2020).

 

Auto-assemblage de circuits

Bien que cela puisse sembler impossible, l'auto-assemblage des circuits est une possibilité qui doit être envisagée dans le contexte de l'hypothèse expliquée ci-dessus.

Selon (Huang, J. ; Momenzadeh, M. ; Lombardi, F. 2007), "les développements récents dans la fabrication de QCA (avec des implémentations moléculaires) ont considérablement changé la nature du traitement.

Pour les très petites caractéristiques, on utilisera probablement l'auto-assemblage ou le dépôt à grande échelle de cellules sur des substrats isolés. Dans ces implémentations, les cellules QCA (chacune composée de deux dipôles) sont disposées sur des pistes parallèles en forme de V.

Les cellules QCA sont disposées selon un modèle dense et les calculs s'effectuent entre les cellules adjacentes. Ces méthodes de fabrication sont bien adaptées à la traduction moléculaire."

Cependant, il existe d'autres méthodes, comme les nanopatrons d'ADN (Hu, W. ; Sarveswaran, K. ; Lieberman, M. ; Bernstein, G.H. 2005), qui créent un modèle pour aligner les points quantiques de graphène qui forment les cellules QCA, créant ainsi les circuits mentionnés ci-dessus, voir la figure 10.

 

Abb.10
Fig.10. Auto-assemblage d'un circuit avec des points quantiques à partir d'un modèle d'ADN. Les lignes des fils du circuit sont très similaires à celles de l'échantillon de vaccin (voir figures 2 et 3). (Hu, W. ; Sarveswaran, K. ; Lieberman, M. ; Bernstein, G.H. 2005).

 

Selon (Hu, W. ; Sarveswaran, K. ; Lieberman, M. ; Bernstein, G.H. 2005), "dans nos travaux précédents, des radeaux d'ADN à quatre ailettes ont été synthétisés avec succès et caractérisés par la méthode d'électrophorèse sur gel", en accord avec les travaux de (Sarveswaran, K. 2004).

Cela concorde avec l'existence très probable d'un gel/hydrogel dans la composition du vaccin, selon l'analyse micro-Raman du Dr (Campra, P. 2021), où l'on a obtenu des pics avec des valeurs proches de 1450 qui pourraient correspondre à du PVA, du PQT-12, de la polyoléfine, du polyacrylamide ou du polypyrrole, tous des composants reconnus dans la littérature scientifique comme des gels et des dérivés.

En revanche, il est fait explicitement référence à la méthode d'électrophorèse ou, ce qui revient au même, au processus de polarisation électrique qui provoque la Teslaphorèse, dans les nanotubes de carbone, le graphène, les points quantiques et autres semi-conducteurs, comme décrit dans la recherche (Bornhoeft, L.R. ; Castillo, A.C. ; Smalley, P.R. ; Kittrell, C. ; James, D.K. ; Brinson, B.E. ; Cherukuri, P. 2016).

Cela confirmerait que la teslaphorèse joue un rôle clé dans l'assemblage des circuits, parallèlement au modelage de l'ADN. Si cela est confirmé, cela impliquerait que les circuits pourraient s'auto-assembler en présence de champs électriques ou même à la réception d'ondes électromagnétiques (micro-ondes EM).

L'étude de (Pillers, M. ; Goss, V. ; Lieberman, M. 2014) confirme également l'assemblage de nanostructures et de CQA, dans ce cas en utilisant le graphène, l'oxyde de graphène (GO), l'électrophorèse et le gel, qui provoquent un dépôt contrôlé dans les zones indiquées par le motif ADN et reproduisent des résultats similaires à l'étude de Hu et Sarveswaran, permettant la création des circuits électroniques mentionnés précédemment, voir Figure 11.

 

Abb.11
Fig.11. Des avancées dans le domaine de l'auto-assemblage de points quantiques et de cellules QCA ont été observées dans la littérature scientifique en utilisant la méthode des gabarits d'ADN pour marquer la séquence de construction et l'électrophorèse pour initier ou déclencher le processus dans les matériaux solutés. (Pillers, M. ; Goss, V. ; Lieberman, M. 2014)

 

Nanoémetteur plasmonique

Un autre point à expliquer dans la découverte d'un circuit de nanorouter dans l'échantillon de vaccin est son emplacement dans ce qui semble être un cristal carré.

On pourrait penser qu'il s'agit d'une forme générée au hasard, mais la revue de la littérature montre et justifie que de telles formes servent de cadre à ce type de circuit.

En réalité, il s'agit d'un "nanoémetteur plasmonique", c'est-à-dire d'une nanoantenne cubique (monocristal) de taille variable, de l'ordre du nanomicromètre, qui peut émettre, recevoir ou répéter des signaux.

Ceci est rendu possible par la propriété d'activation plasmonique de sa surface (celle du cube nanoémetteur), qui est excitée localement pour générer un signal oscillant, comme expliqué dans (Ge, D. ; Marguet, S. ; Issa, A. ; Jradi, S. ; Nguyen, T.H. ; Nahra, M. ; Bachelot, R. 2020), voir Figure 12.

Cela correspond à la nature des signaux TS-OOK transmis par le réseau de nanocommunication du corps, ce qui est une condition préalable pour qu'un nano-routeur dispose d'une méthode pour les détecter.

En d'autres termes, le cube cristallin agit comme un émetteur-récepteur pour le nanorouteur grâce à ses propriétés particulières issues de la physique des plasmons.

Ceci est confirmé par l'examen de la littérature scientifique sur les nanoréseaux électromagnétiques pour le corps humain (Balghusoon, A.O. ; Mahfoudh, p. 2020), les protocoles MAC appliqués dans ce cas (Jornet, J. M. ; Pujol, J.C. ; Pareta, J.S. 2012), les méthodes utilisées pour corriger les erreurs dans les signaux (Jornet, J.M. ; Pierobon, M. ; Akyildiz, I.F. 2008), et la modulation des signaux (Jornet, J. M.; Pierobon, M. ; Akyildiz, I.F. 2008), ou encore la modulation des impulsions femtosecondes dans le bain térahertz pour les nanoréseaux de communication (Jornet, J.M. ; Akyildiz, I.F. 2014), le paramétrage des nano-réseaux pour leur fonctionnement permanent (Yao, X. W. ; Wang, W.L. ; Yang, S.H. 2015), les performances en modulation de signaux sans fil pour les nano-réseaux (Zarepour, E. ; Hassan, M. ; Chou, C.T. ; Bayat, S. 2015).

Dans tous les cas, les nano-émetteurs sont indispensables pour recevoir ou transmettre un signal TS-OOK.

 

Abb.12
Fig. 12 : Les cristaux à l'échelle nanomicrométrique peuvent jouer le rôle d'une antenne ou d'un émetteur-récepteur, ce qui suggère que le fait de trouver le circuit dans une structure quadrangulaire n'est pas une coïncidence (Ge, D. ; Marguet, S. ; Issa, A. ; Jradi, S. ; Nguyen, T.H. ; Nahra, M. ; Bachelot, R. 2020).

Les nano-émetteurs plasmoniques peuvent être de forme cubique, comme c'était le cas de l'échantillon de vaccin, mais ils peuvent aussi être sphériques et en forme de disque, et ils peuvent s'auto-assembler en nanomicrostructures plus grandes (Devaraj, V. ; Lee, J.M. ; Kim, Y.J. ; Jeong, H. ; Oh, J.W. 2021).

Les matériaux à partir desquels ce nano-émetteur plasmonique pourrait être fabriqué comprennent l'or, l'argent, les pérovskites et le graphène, voir (Oh, D.K. ; Jeong, H. ; Kim, J. ; Kim, Y. ; Kim, I. ; Ok, J.G. ; Rho, J. 2021 | Hamedi, H. R. ; Paspalakis, E. ; Yannopapas, V. 2021 | Gritsienko, A.V. ; Kurochkin, N.S. ; Lega, P.V. ; Orlov, A.P. ; Ilin, A.S. ; Eliseev, S.P. ; Vitukhnovsky, A.G. 2021 | Pierini, S. 2021), bien que de nombreux autres pourraient probablement être utilisés.

Mémoire CAM et TCAM pour MAC et IP

Si l'on considère la présence de nano-routeurs dans les vaccins, l'hypothèse de la présence d'une ou plusieurs adresses MAC (fixes ou dynamiques) qui pourraient être envoyées par les personnes vaccinées ou via un autre dispositif intermédiaire (par exemple, un téléphone portable) pourrait être confirmée.

Cette approche est cohérente avec ce qui a déjà été expliqué et démontré dans cet article, mais aussi avec les publications scientifiques sur les réseaux de nanocommunication pour le corps humain.

Selon (Abadal, S. ; Liaskos, C. ; Tsioliaridou, A. ; Ioannidis, S. ; Pitsillides, A. ; Solé-Pareta, J. ; Cabellos-Aparicio, A. 2017), ces adresses MAC permettent au nano-réseau d'envoyer et de recevoir des données, puisque l'individu possède un identifiant unique qui permet d'accéder au support, c'est-à-dire à l'Internet.

De cette manière, le nano-routeur peut recevoir les signaux correspondant aux données des nanocapteurs et des nano-nœuds du nano-réseau pour les transmettre à l'extérieur du corps, à condition qu'il y ait à proximité un appareil mobile servant de passerelle vers Internet.

Il est donc concevable que les adresses MAC des personnes inoculées puissent être observées (à l'aide d'applications de suivi des signaux Bluetooth) lorsqu'il y a interaction avec le support mobile faisant office de passerelle.

Cela ne signifie pas qu'une communication constante a lieu, car l'énergie doit être conservée et la consommation électrique optimisée (Mohrehkesh, S. ; Weigle, M.C. 2014 | Mohrehkesh, S. ; Weigle, M.C. ; Das, S.K. 2015), ce qui pourrait expliquer les interruptions de communication, les temps de connexion et l'inactivité.

La nouveauté de l'adressage MAC couplé aux circuits QCA qui peuvent être utilisés pour concevoir des nanorouteurs est que des circuits de mémoire peuvent également être créés.

Les mêmes chercheurs (Sardinha, L.H. ; Silva, D.S. ; Vieira, M.A. ; Vieira, L.F. ; Neto, O.P.V. 2015) ont développé un nouveau type de mémoire CAM qui.

"Contrairement à la mémoire vive (RAM), qui renvoie les données stockées à l'adresse donnée, la CAM reçoit les données stockées à l'adresse donnée.

Le CAM, quant à lui, reçoit des données en entrée et renvoie l'endroit où ces données peuvent être trouvées. Le CAM est utile pour de nombreuses applications qui nécessitent une recherche rapide, comme les transformations de Hought, le codage de Huffman, la compression de Lempel-Ziv et les commutateurs réseau pour faire correspondre les adresses MAC aux adresses IP et vice versa. Le CAM est plus utile pour créer des tables qui recherchent des correspondances exactes, comme les tables d'adresses MAC."

Cette déclaration a été extraite et copiée mot pour mot afin de souligner que les circuits QCA sont la réponse au stockage et à la gestion des adresses MAC pour la transmission de données dans les nanoréseaux, ce qui confirmerait que les vaccins sont, entre autres, un moyen d'installer du matériel pour contrôler, moduler et surveiller les humains.

 

Abb.13
Fig.13. Circuits de mémoire pour le stockage des adresses MAC et IP fabriqués avec la même technologie QCA que le nanorouter observé dans les échantillons de vaccins Pfizer. (Sardinha, L.H. ; Silva, D.S. ; Vieira, M.A. ; Vieira, L.F. ; Neto, O.P.V. 2015).

En outre, (Sardinha, L.H. ; Silva, D.S. ; Vieira, M.A. ; Vieira, L.F. ; Neto, O.P.V. 2015) a également développé la mémoire TCAM, un type spécial de mémoire CAM utile pour "créer des tables pour rechercher des correspondances plus longues, comme les tables de routage IP organisées par préfixes IP".

Pour réduire la latence et accélérer les communications, les routeurs utilisent la TCAM." Cette déclaration indique clairement son utilisation dans les nano-routeurs pour transmettre les données collectées dans le nano-réseau à un serveur de destination spécifique accessible sur Internet.

En d'autres termes, les données recueillies par le nanoréseau doivent être stockées/enregistrées dans une base de données dont le destinataire du vaccin ignore l'existence, dont il n'a pas été informé et dont il ne sait pas quelles informations sont utilisées.

Bibliographie

1. Akyildiz, I.F. ; Jornet, J.M. (2010). Redes de nanosensores inalámbricos electromagnéticos = Réseaux de nanocapteurs sans fil électromagnétiques. Nano Communication Networks, 1(1), pp. 3-19. https://doi.org/10.1016/j.nancom.2010.04.001

2. Al-Turjman, F. (2020). Inteligencia y seguridad en un gran IoNT orientado a 5G : descripción general = Intelligence et sécurité dans un grand IoNT orienté 5G : An overview. Future Generation Computer Systems, 102, pp. 357-368. https://doi.org/10.1016/j.future.2019.08.009

3. Balasubramaniam, S. ; Boyle, N.T. ; Della-Chiesa, A. ; Walsh, F. ; Mardinoglu, A. ; Botvich, D. ; Prina-Mello, A. (2011). Desarrollo de redes neuronales artificiales para la comunicación molecular = Développement de réseaux neuronaux artificiels pour la communication moléculaire. Nano Communication Networks, 2(2-3), pp. 150-160. https://doi.org/10.1016/j.nancom.2011.05.004

4. Balghusoon, A.O. ; Mahfoudh, S. (2020). Protocolos de enrutamiento para redes inalámbricas de nanosensores e Internet de las nano cosas : una revisión completa = Protocoles de routage pour les réseaux de nanocapteurs sans fil et l'Internet des nano-objets : A Comprehensive Survey. IEEE Access, 8, pp. 200724-200748. https://doi.org/10.1109/ACCESS.2020.3035646

5. Beyene, A.G. ; Delevich, K. ; Del Bonis-O'Donnell, J.T. ; Piekarski, D.J. ; Lin, W.C. ; Thomas, A.W. ; Landry, M.P. (2019). Obtención de imágenes de la liberación de dopamina estriatal utilizando un nanosensor de catecolamina fluorescente de infrarrojo cercano no codificado genéticamente = Imagerie de la libération de dopamine striatale à l'aide d'un nanocapteur de catécholamine fluorescente de proche infrarouge non codé génétiquement. Science advances, 5(7), eaaw3108. https://doi.org/10.1126/sciadv.aaw3108

6. Bornhoeft, L.R. ; Castillo, A.C. ; Smalley, P.R. ; Kittrell, C. ; James, D.K. ; Brinson, B.E. ; Cherukuri, P. (2016). Teslaforesis de nanotubos de carbono = Teslaphorèse des nanotubes de carbone. ACS nano, 10(4), pp. 4873-4881. https://doi.org/10.1021/acsnano.6b02313

7. Bouchedjera, I.A. ; Aliouat, Z. ; Louail, L. (2020). EECORONA : Sistema de Coordinación y Enrutamiento de Eficiencia Energética para Nanoredes = EECORONA : Energy Efficiency Coordinate and Routing System for Nanonetworks. En : International Symposium on Modelling and Implementation of Complex Systems. Cham. pp. 18-32. https://doi.org/10.1007/978-3-030-58861-8_2

8. Bouchedjera, I.A. ; Louail, L. ; Aliouat, Z. ; Harous, S. (2020). DCCORONA : Sistema distribuido de enrutamiento y coordenadas basado en clústeres para nanorredes = DCCORONA : Distributed Cluster-based Coordinate and Routing System for Nanonetworks. En : 2020 11th IEEE Annual Ubiquitous Computing, Electronics & Mobile Communication Conference (UEMCON). IEEE. pp. 0939-0945. https://doi.org/10.1109/UEMCON51285.2020.9298084

9. Campra, P. (2021a). Observaciones de posible microbiótica en vacunas COVID RNAm Version 1. http://dx.doi.org/10.13140/RG.2.2.13875.55840

10. Campra, P. (2021b). Detección de grafeno en vacunas COVID19 por espectroscopía Micro-RAMAN. https://www.researchgate.net/publication/355684360_Deteccion_de_grafeno_en_vacunas_COVID19_por_espectroscopia_Micro-RAMAN

11. Campra, P. (2021c). MICROSTRUCTURES DANS LES VACCINS COVID : cristaux inorganiques ou réseau de nanocapteurs sans fil ?https://www.researchgate.net/publication/356507702_MICROSTRUCTURES_IN_COVID_VACCINES_inorganic_crystals_or_Wireless_Nanosensors_Network

12. Chopra, N. ; Phipott, M. ; Alomainy, A. ; Abbasi, Q.H. ; Qaraqe, K. ; Shubair, R.M. (2016). Caractérisation dans le domaine temporel THz du tissu cutané humain pour la communication nano-électromagnétique. En : 2016 16th Mediterranean Microwave Symposium (MMS) (pp. 1-3). IEEE. https://doi.org/10.1109/MMS.2016.7803787

13. Da-Costa, M.R. ; Kibis, O.V. ; Portnoi, M.E. (2009). Nanotubos de carbono como base para emisores y detectores de terahercios = Nanotubes de carbone comme base pour les émetteurs et les détecteurs de térahertz. Microelectronics Journal, 40(4-5), p. 776-778. https://doi.org/10.1016/j.mejo.2008.11.016

14. Das, B. ; Das, J.C. ; De, D. ; Paul, A.K. (2017). Diseño de nanoenrutador para nanocomunicación en autómatas celulares cuánticos de una sola capa =Nano-Router Design for Nano-Communication in Single Layer Quantum Cellular Automata. En : International Conference on Computational Intelligence, Communications, and Business Analytics (pp. 121-133). Springer, Singapour. https://doi.org/10.1007/978-981-10-6430-2_11

15. Demoustier, S. ; Minoux, E. ; Le Baillif, M. ; Charles, M. ; Ziaei, A. (2008). Revisión de dos aplicaciones de microondas de nanotubos de carbono : nano antenas y nanointerruptores = Revue d'applications des nanotubes de carbone aux micro-ondes : nano-antennes et nano-commutateurs = Review of two microwave applications of carbon nanotubes : nano-antennas and nano-switches. Comptes Rendus Physique, 9(1), pp. 53-66. https://doi.org/10.1016/j.crhy.2008.01.001

16. Devaraj, V. ; Lee, J.M. ; Kim, Y.J. ; Jeong, H. ; Oh, J.W. (2021). [Pré-impression]. Diseño de nanoestructuras plasmónicas autoensambladas eficientes a partir de nanopartículas de forma esférica = Conception de nanostructures plasmoniques auto-assemblées efficaces à partir de nanoparticules de forme sphérique. International Journal of Molecular Science.  https://www.preprints.org/manuscript/202109.0225/v1

17. Dhoutaut, D. ; Arrabal, T. ; Dedu, E. (2018). Bit Simulator, un simulador de nanorredes electromagnéticas = Bit simulator, un simulateur de nanoréseaux électromagnétiques. En : Proceedings of the 5th ACM International Conference on Nanoscale Computing and Communication (pp. 1-6). https://doi.org/10.1145/3233188.3233205

18. Fabbro, A. ; Cellot, G. ; Prato, M. ; Ballerini, L. (2011). Interconexión de neuronas con nanotubos de carbono : (re) ingeniería de la señalización neuronal = Interfacing neurons with carbon nanotubes : (re) engineering de la signalisation neuronale. Progress in brain research, 194, pp. 241-252. https://doi.org/10.1016/B978-0-444-53815-4.00003-0

19. Ferjani, H. ; Touati, H. (2019). Comunicación de datos en nano-redes electromagnéticas para aplicaciones sanitarias = Communication de données dans les nano-réseaux électromagnétiques pour les applications de santé. En : International Conference on Mobile, Secure, and Programmable Networking (pp. 140-152). Springer, Cham. https://doi.org/10.1007/978-3-030-22885-9_13

20. Ge, D. ; Marguet, S. ; Issa, A. ; Jradi, S. ; Nguyen, T.H. ; Nahra, M. ; Bachelot, R. (2020). Nanoemisores plasmónicos híbridos con posicionamiento controlado de un único emisor cuántico en el campo de excitación local = Nano-émetteurs plasmoniques hybrides avec positionnement contrôlé d'un émetteur quantique unique sur le champ d'excitation local. Nature communications, 11(1), pp1-11. https://doi.org/10.1038/s41467-020-17248-8