105

Le 1er mars 2021, un groupe de scientifiques et de médecins a publié une lettre ouverte demandant à l'Agence européenne des médicaments (EMA) de répondre aux questions urgentes concernant la sécurité des vaccins COVID-19, ou de retirer l'autorisation de ces vaccins.

La lettre décrit les graves conséquences potentielles de la technologie du vaccin COVID-19, mettant en garde contre de possibles réactions auto-immunes, des anomalies de la coagulation sanguine, des accidents vasculaires cérébraux et des hémorragies internes, "notamment dans le cerveau, la moelle épinière et le cœur". Les auteurs demandent des preuves que chaque danger médical décrit "a été exclu dans des modèles animaux précliniques avec les trois vaccins avant leur approbation d'utilisation chez l'homme par l'EMA."

"Si toutes ces preuves ne sont pas disponibles", écrivent les auteurs :

"Nous demandons que l'autorisation d'utiliser les vaccins à base de gènes soit retirée jusqu'à ce que toutes les questions susmentionnées aient été correctement traitées par l'exercice de la diligence raisonnable par l'EMA."

La lettre est adressée à Emer Cooke, directeur exécutif de l'EMA, et a été envoyée le lundi 1er mars 2021. Une copie de la lettre a été adressée au président du Conseil de l'Europe et au président de la Commission européenne.

Capture d'écran de doctors4covidethics.medium.com

Elle déclare : "Nous sommes favorables en principe à l'utilisation de nouvelles interventions médicales". Cependant, "il existe de sérieuses inquiétudes, y compris, mais sans s'y limiter, celles décrites ci-dessus, selon lesquelles l'approbation des vaccins COVID-19 par l'EMA était prématurée et imprudente, et que l'administration des vaccins constituait et constitue toujours une 'expérimentation humaine', ce qui était et est toujours en violation du Code de Nuremberg." Lire ici.

Déclaration vidéo du professeur Sucharit Bhakdi, professeur émérite de microbiologie médicale et d'immunologie et ancien président de l'Institut de microbiologie médicale et d'hygiène :

https://lbry.tv/@Doctors4CovidEthics:d/Prof.-Sucharit-Bhakdi-statement-on-EMA-open-letter.ENG:0

Pour tout commentaire, veuillez contacter le professeur Sucharit Bhakdi, MD : sucharit.bhakdi@gmx.de,

ou le professeur associé Michael Palmer MD : mpalmer@uwaterloo.ca

Dans une déclaration publique, le groupe a déclaré :

"À peine avions-nous remis notre lettre que l'Agence norvégienne des médicaments nous avertissait que les vaccins COVID-19 pouvaient être trop risqués pour être utilisés chez les personnes âgées fragiles, le groupe même que ces vaccins sont censés protéger. Nous ajoutons qu'en vertu des mécanismes d'action des vaccins, qui consistent à stimuler la production de la protéine de l'épi, qui a des propriétés physiopathologiques néfastes, il peut aussi y avoir des personnes vulnérables qui ne sont pas âgées et déjà malades.

"De nouvelles données montrent que les effets secondaires des vaccins sont trois fois plus fréquents chez les personnes qui ont déjà été infectées par le coronavirus, par exemple. Aucun des vaccins n'a fait l'objet de tests cliniques pendant plus de quelques mois, ce qui est tout simplement trop court pour établir la sécurité et l'efficacité."

"Par conséquent, comme point de départ, nous pensons qu'il est important de recenser et d'évaluer tous les décès survenus dans les 28 jours suivant la vaccination, et de comparer les tableaux cliniques avec ceux des personnes qui n'ont pas été vaccinées."

"En vertu de la résolution 2361, les États membres doivent également informer les citoyens que la vaccination n'est PAS obligatoire et veiller à ce que personne ne soit soumis à des pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner."

 


Vous aimez ? Partagez avec vos amis !

105

Quelle est votre réaction ?

confused confused
1
confused
fail fail
0
fail
love love
2
love
lol lol
2
lol
omg omg
1
omg
win win
0
win