55
Le passeport vaccinal promet d'éclipser ce dont nous avons été témoins l'année dernière en raison des conséquences involontaires et des dommages collatéraux liés à nos réponses mal informées au SRAS-CoV-2 !

Le rejet du totalitarisme et de la dictature rampants est la raison d'être de tous les individus épris de liberté dans le monde. Les personnes soumises à un contrôle despotique aspirent à la liberté. Il suffit de regarder l'état en déliquescence de Hong Kong, où régnait autrefois la liberté et où le commerce jouissait d'une expansion sans précédent de la richesse et d'une qualité de vie enviable, et qui voit aujourd'hui ses efforts démocratiques contrariés alors qu'elle se soumet aux diktats du communisme chinois. Lire ici.

Passeport vaccinal

CS Lewis (un écrivain britannique) a dit :

"De toutes les tyrannies, une tyrannie exercée sincèrement pour le bien de ses victimes peut être la plus oppressive. Il vaudrait mieux vivre sous des barons voleurs que sous des busybodies moraux omnipotents."

Et c'est dans cet esprit que nous sommes à la fois stupéfaits et horrifiés par le fait que nos gouvernements envisagent même de délivrer ce que l'on appelle le "passeport-vaccin" Covid-19. L'idée même est un anathème pour nos principes et droits démocratiques qui sont inscrits dans la Constitution. Les passeports vaccinaux sont envisagés et/ou introduits par divers organismes gouvernementaux qui limiteront les droits des citoyens sous le couvert douteux de la sécurité !

L'ère de la pandémie de Covid-19 à laquelle nous sommes confrontés aujourd'hui a mis en évidence la nature manifeste d'un gouvernement de bureaucrates et de technocrates, qui invoquent la sûreté et la sécurité du public de manière sournoise et discrète pour promouvoir leur programme de surveillance et de contrôle. Nous avons été confrontés à des lockdowns sociétaux non fondés, non scientifiques, illogiques, irrationnels et spécieux, à des édits de mise à l'abri, à des mandats de masques et à des fermetures d'écoles. Voir les articles à la fin de ce billet.

Des entreprises ont été fermées pour de bon, des maisons ont été perdues, et de nombreux enfants et adultes se sont mis à consommer de la drogue pour s'en sortir, à s'automutiler, voire à se suicider. Les morts de désespoir sont en augmentation, tandis que les blessures économiques et sanitaires (dont beaucoup mettent la vie en danger), les coûts écrasants des lockdowns ont été considérables et certains affirment que les impacts ne se feront pas sentir avant des mois ou des années, mais pour le reste du 21ème siècle. Même à ce stade, si les lockdowns étaient stoppés instantanément, nous nous sommes engagés dans des décennies de souffrance.

Les passeports vaccinaux Covid-19, dernière insulte en date dans le flot ininterrompu d'actions scientifiquement inaptes décrites ci-dessus, suscitent déjà beaucoup d'angoisse et de débats.


Ces passeports numériques liés à l'ensemble de l'expérience de vie d'une personne, avec des données géolocalisées et des informations médicales personnelles, représentent la dernière intrusion et la dernière attaque contre nos libertés qui ont été proposées à une population facilement distraite. Ces passeports sont tout simplement injustifiables pour quelque raison que ce soit, notamment parce que le SRAS CoV-2 n'est pas plus mortel que la grippe au niveau de la population. En apparence, les passeports sont conçus pour permettre aux individus de prendre part au commerce quotidien et à la "vie" en toute liberté.

Les mêmes libertés auxquelles chaque individu a droit en vertu de la Constitution et d'autres déclarations des droits et libertés dans les sociétés démocratiques par définition. Et pourtant, nous avons maintenant besoin d'un passeport pour exercer notre droit "inaliénable"? C'est absurde. Si le carnet de vaccination était et est toujours exigé pour les voyages internationaux où les maladies infectieuses sont courantes, il s'agit d'une garantie pour le voyageur. Mais pour les citoyens des États-Unis, et d'ailleurs, l'exigence d'un passeport numérique pour l'injection du SRAS CoV-2 a pris une signification plus sombre et sinistre. Ces passeports sont maintenant présentés comme une exigence pour vivre à l'intérieur du pays, notre propre pays. Cette idée est tout simplement bouleversante. Il existe déjà un discours public suggérant que la vie d'une personne pourrait être essentiellement "fermée" si elle n'accepte pas de se faire vacciner afin d'obtenir un passeport de vaccination. Ces passeports constitueront-ils désormais, comme ils l'ont fait dans le passé sous la gouvernance de régimes totalitaires, la devise même de la libre existence?

Passeports d'immunité

Que sommes-nous sur le point de faire? On parle même de passeports d'immunité, également appelés "passeports d'anticorps", avec le concept d'anticorps comme "déclaration d'immunité" ou "passeport doré" permettant de reprendre le travail et les voyages habituels. Pourtant, il est bien connu qu'en ce qui concerne les passeports d'immunité, les niveaux d'anticorps chez les personnes qui ont eu le Covid-19, ou qui ont été vaccinées, diminuent après des semaines ou des mois.


Par conséquent, même une personne qui devrait être totalement éligible non seulement pour un passeport de vaccination, mais aussi pour un passeport d'immunité, échouerait facilement aux tests requis pour obtenir un tel passeport. Nous, et d'autres, affirmons que cela conduira au développement d'un système de castes inédit entre les nantis et les démunis. Liew a déclaré :

"L'introduction des passeports d'immunité est assaillie de défis, dont le moindre n'est pas l'érosion potentielle des libertés civiles, puisque les voyageurs sont stratifiés entre les "immunoprivilégiés" et les "immunodéprimés"."


Les experts ont fait valoir que l'introduction de passeports de vaccination et/ou d'immunisation (anticorps) doit faire l'objet d'un débat approfondi qui tienne compte de toutes les questions morales, éthiques et constitutionnelles, y compris "une évaluation complète des avantages et des inconvénients, et ce qui limiterait le moins les libertés individuelles sans augmenter de manière significative la menace de Covid-19".

Les méfaits des passeports vaccinaux

L'ACLU est intervenue, en lançant des avertissements sur les nombreux préjudices que peut entraîner l'introduction des passeports vaccinaux, en particulier la numérisation des informations pertinentes liées à l'octroi de ces passeports. L'ACLU a déclaré : "Compte tenu de l'énorme difficulté que représente la création d'un système de passeport numérique, ainsi que des compromis et des échecs qui sont susceptibles de se produire en cours de route, nous nous méfions des effets secondaires et des conséquences à long terme qu'il pourrait avoir."


Kofler a peut-être exposé les principales questions troublantes, notamment la nature peu fiable des tests sérologiques, l'ampleur de l'érosion de la vie privée avec la surveillance, les groupes marginalisés qui font l'objet d'un examen beaucoup plus inégal, l'accès inéquitable et l'inévitable stratification sociétale. Lire ici.

Le gouvernement américain a déclaré qu'il n'invoquera pas une telle exigence en tant que norme fédérale, mais il est clair que le gouvernement n'est pas loin de donner son approbation tacite concernant les utilisations pratiques de ces passeports par les entreprises et toutes les formes de commerce, y compris les voyages. Voir les articles à la fin du post.

Capture d'écran de www.eeoc.gov

Le gouvernement semble encourager le secteur privé à imposer l'exigence de passeports vaccinaux comme un mandat avant qu'un individu puisse utiliser ces services d'entité corporative. Même le Dr Scott Gottlieb, ancien chef de la FDA (2017-2019), a plaidé en faveur de ces passeports en laissant entendre que "la preuve numérique permettrait aux Américains de rendre visite à leur famille à l'hôpital, et non d'empêcher les gens d'aller au restaurant." Lire ici.

Nous considérons la récente tribune libre du Dr Gottlieb dans le Wall Street Journal comme un commentaire extrêmement préjudiciable qui conduira à contraindre le public à rechercher et à recevoir des vaccins à l'efficacité douteuse et encore expérimentaux, afin d'obtenir des passeports vaccinaux. Ce n'est rien moins qu'imprudent. A cet égard, Gottlieb a suggéré que "les passeports donneraient plus de pouvoir aux consommateurs en leur donnant plus de contrôle sur leurs propres informations de santé". Ne comprend-il pas que nous avons déjà le contrôle de nos propres informations de santé et que nous n'avons pas besoin de la surveillance de "Big Brother"? En fait, nous pensons que même George Orwell serait abasourdi par une telle opinion.

De nombreuses questions restent sans réponse, de nombreux problèmes éthiques et de confidentialité sont troublants, d'autant plus que ce type de surveillance gouvernementale numérisée de notre santé n'a pas de précédent (et d'ailleurs, cela ne s'arrêtera pas là ; pensez au système de crédit social de la Chine!) Le passeport vaccinal n'est pas nécessaire, il est inacceptablement invasif et représente, à notre avis, une grave dérive. Nous avons déjà été soumis à des vaccins qui provoquent des effets indésirables et, dans certains cas, des décès, comme l'indique le système de notification VAERS du CDC. Ces événements indésirables et ces décès doivent faire l'objet d'une enquête approfondie, et ce très rapidement, afin que le public puisse obtenir des éclaircissements sur les risques (la validité de ces rapports), car les informations sur les risques ont été cachées au public.

La censure des pensées

Même si les vaccins finissent par se révéler totalement inoffensifs, sûrs et efficaces, ce que nous espérons tous, il est totalement contraire à l'éthique d'exiger une preuve de vaccination en tant que principe général, d'autant plus qu'à l'heure où nous écrivons ces lignes, toutes les vaccinations contre le SRAS-CoV-2 sont encore considérées comme expérimentales!

Ce qui est encore plus choquant pour notre sens de la liberté, c'est l'imposition supplémentaire de la censure des pensées exprimées sur papier ou sur les médias sociaux, en particulier bien sûr celles qui remettent en cause les récits actuels. Il semble que les géants de l'entreprise, qui tirent des milliards de dollars de revenus du partage des données personnelles des utilisateurs, travaillent d'arrache-pied pour rassembler toute la société sous leur égide, y compris les données de santé personnelles! Même si une entreprise privée est en fait libre de limiter l'utilisation de ses installations à quiconque, nous estimons que les gouvernements des États peuvent toujours, et sont obligés de promulguer des lois pour empêcher de tels excès de l'entreprise privée qui équivalent à une discrimination de masse, rendant ainsi les passeports vaccinaux discriminatoires par leur nature même. Comme on peut l'imaginer, les objections aux passeports vaccinaux se multiplient également au Royaume-Uni, où des individus épris de liberté expriment leur indignation via des podcasts.

Mandats privés

Les compagnies aériennes, telles que United Airlines, sont enthousiastes à l'idée d'exiger un passeport vaccinal avant d'accéder à un vol. Le secteur des croisières, y compris des gouvernements comme ceux de l'Australie, du Danemark et d'autres pays européens, cherche activement à obtenir de tels mandats afin de garantir la sécurité. Mais en réalité, il s'agit d'un pur théâtre et la sécurité n'a aucune importance dans leurs jugements.

La folie de ces exigences devient très frappante quand on sait que nous n'exigeons pas de passeports de vaccination contre la variole, la grippe ou la tuberculose. Entre-temps, Microsoft a mis au point à New York un passeport Excelsior qui serait ostensiblement utilisé sur une base volontaire, mais qui a rencontré des difficultés en termes de fiabilité et de mise en œuvre. Lire ici.

Son utilisation laisse présager un degré extrême de surveillance de la liberté d'un individu par une entreprise privée et permet simultanément au gouvernement d'accumuler des données pour ses propres objectifs "potentiellement" douteux. Lire ici.

On peut se demander si les restaurants, les magasins de détail ou les installations sportives vont demander un tel passeport à leurs clients. Lire ici.

Si de tels mandats privés sont autorisés, il y aura nécessairement deux catégories de citoyens, ceux qui ont un tel passeport et ceux qui n'en ont pas. Ces derniers feront l'objet d'une surveillance accrue pour toutes les transactions de leur vie et pourraient même être considérés comme des "dissidents", une classification sociétale généralement appliquée aux personnes qui s'opposent à un régime totalitaire. Imaginez cela! Quelqu'un peut être accusé d'être un dissident, ou même peut-être un insurgé, s'il n'a pas de passeport pour les vaccins! La lutte des classes comprendra alors également les personnes vaccinées contre les personnes non vaccinées et s'ajoutera au répertoire des riches et des pauvres, des Blancs et des Noirs, des privilégiés contre les non-privilégiés et autres absurdités visant à détruire une société et à opposer les frères aux frères, les amis aux amis, les voisins aux voisins.

L'industrie de l'éducation et d'autres sociétés préparent des défenses juridiques contre toute résistance au lancement des passeports vaccinaux. Le défi pourrait venir des tribunaux, pour autant que les juges aient le libre arbitre et utilisent la Constitution, document fondateur de la liberté aux États-Unis, pour éclairer et étayer leurs décisions.

Nous pensons que ce sont les pays en développement qui souffriront le plus, économiquement, de ces mandats, car les pays à faible revenu qui n'ont pas le vaccin en réserve seront ciblés par les nations développées et se verront interdire de visiter les pays riches qui ont les vaccins. Les tests d'immunité, avant et après le voyage, créeront une autre demande onéreuse pour les voyageurs et auront un impact dévastateur sur l'industrie du voyage, avec un effet tout aussi dévastateur sur les entreprises qui prospèrent grâce à une industrie du voyage robuste.


D'un côté, il semble que de nombreux gouvernements et entreprises mondiales soient en faveur des passeports vaccinaux et pourtant, l'Organisation mondiale de la santé ne soutient pas les passeports vaccinaux pour... l'instant. "En tant qu'OMS, nous disons qu'à ce stade, nous ne voudrions pas que le passeport vaccinal soit une condition d'entrée ou de sortie parce que nous ne sommes pas certains à ce stade que le vaccin empêche la transmission..." Malheureusement, ce n'est qu'une question de temps avant que la pression internationale des gouvernements totalitaires ne fasse changer d'avis l'OMS. Lire ici.

Quel est le sens du vaccin ?

Il existe plusieurs raisons scientifiques de s'opposer à l'utilisation de passeports vaccinaux qui vont au-delà de l'impact que de telles actions auront sur nos droits humains. Nous mettons en avant certaines réflexions concernant les vaccins. Les vaccins, tels qu'ils ont été conçus jusqu'à présent, ne protègent pas un individu en lui procurant une "immunité stérilisante". Par immunité stérilisante, nous entendons qu'il n'y a plus aucune chance d'être infecté par le virus du SRAS-CoV-2 après une vaccination ou de transmettre le virus à d'autres personnes. Il a été suggéré que les vaccins limiteront la possibilité d'une surinfection qui pourrait entraîner une hospitalisation, voire la mort. Mais pour ceux qui insistent pour "suivre la science", il n'a été démontré qu'aucun des vaccins ne réduit les hospitalisations ou les décès.

Dans le même ordre d'idées, nous soulignons que dans certains cas, la preuve de la vaccination est la norme. Cela pourrait s'appliquer aux personnes qui doivent prouver qu'elles ont été vaccinées contre la polio avant de se rendre dans un pays où le virus de la polio est endémique, pour la sécurité de la personne et du pays d'accueil. On considère que l'individu est capable d'entrer dans le pays en toute sécurité. Ce qui n'est absolument pas le cas en pleine pandémie où le monde entier a un virus en circulation !

À cet égard, quelle est l'utilité d'un passeport vaccinal si le vaccin est impuissant à protéger un individu d'une infection et de sa propagation par la transmission, en particulier lorsqu'il y a de plus en plus de formes mutantes, dans notre cas, du SRAS-CoV-2, ce qui signifie que certains vaccins se révèlent déjà inefficaces contre certaines variantes/mutations? De tels concepts ne sont pas irréfléchis, mais mettent simplement en évidence la nécessité de comprendre les concepts de base de la transmission virale, de concert avec les libertés et les droits humains importants, voire sacro-saints. Ces résultats n'ont tout simplement pas été évalués!

Est-ce vraiment pour le bien public?

Outre les limitations évoquées ci-dessus, il existe d'autres séquelles de la vaccination auxquelles nous avons fait allusion par le passé et qui doivent être prises en considération. Utiliser ensuite ces informations pour imposer une politique à l'industrie aérienne et à d'autres entités commerciales privées est au mieux une duplicité et au pire une discrimination. Un tel augure, assorti de l'expression "pour le bien public", nécessite une sorte de réconciliation. L'avenir envisagé semble davantage destiné à profiter aux sociétés privées et à leurs dirigeants ainsi qu'au gouvernement, et moins à protéger l'individu. Le terme "bien public" qui est actuellement utilisé équivaut à un simple signal de vertu provenant de diverses disciplines et, à notre avis, n'a pas grand-chose à voir avec le bien public.

Plusieurs Etats des Etats-Unis se sont montrés résolus à s'opposer à la mise en place des passeports vaccinaux. Il s'agit actuellement du Texas, du Tennessee, de la Floride et du Mississippi. Mais il est certain que d'autres suivront leur exemple au fur et à mesure que les informations et la résistance de la population se feront sentir. Le public doit être résolu et se lever pour dire NON. Nous ne devons en aucun cas accepter un tel niveau de contrôle de nos vies par le gouvernement ou les entreprises, en particulier à la lumière des dommages et de l'absence de bénéfices !

Nous soulevons cette question par souci des libertés fondamentales auxquelles nous tenons tant et de la destruction potentielle qui nous attend si cela devait se produire. Nous demandons instamment un débat fort et urgent sur cette question, mais les populations doivent agir dès maintenant, en se dressant contre toute intrusion plus draconienne de leurs gouvernements. La réponse dévastatrice à la pandémie par les gouvernements et leurs conseillers médicaux experts (Task Forces) et experts médicaux de la télévision, souvent illogiques, non scientifiques, non fondés et souvent absurdes, ont laissé des vies et des sociétés en ruine. Des enfants ont subi des pertes qui, selon certains, ne seront jamais récupérées de leur vivant. Les passeports vaccinaux promettent d'éclipser ce dont nous avons été témoins l'année dernière en raison des conséquences involontaires et des dommages collatéraux liés à nos réponses mal informées au SRAS-CoV-2!

Voir aussi

Lockdowns, enfants masqués et fermeture de l'école :

 

Impacts de Lockdown :

 

Le gouvernement américain et les passeports vaccinaux :

 

Les États contre les passeports vaccinaux :

 


, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Vous aimez ? Partagez avec vos amis !

55

Quelle est votre réaction ?

confused confused
1
confused
fail fail
1
fail
love love
2
love
lol lol
2
lol
omg omg
1
omg
win win
1
win