Le Canada a-t-il interdit des millions de masques contenant des substances dangereuses pour la santé ?


Le ministère canadien de la santé (Santé Canada) a récemment interdit la commercialisation et la livraison gratuite dans les hôpitaux de masques contenant du graphène, qui font l'objet d'une enquête par les autorités sanitaires en raison de conséquences graves présumées sur la santé.

Rapport de Santé Canada

Comme l'indique un rapport officiel de l'agence sanitaire, l'agence conseille aux gens de ne pas porter de masques contenant du graphène ou du graphène de biomasse. Une évaluation préliminaire des recherches en cours suggère que les particules provoquent une toxicité pulmonaire précoce chez les animaux et pourraient faire de même chez les humains.


Santé Canada a déclaré qu'il travaillait avec les fabricants de masques pour évaluer leur impact potentiel sur la santé des gens, et a donc recommandé leur suspension immédiate.

"Tant que le ministère n'aura pas réalisé une évaluation scientifique approfondie et établi la sécurité et l'efficacité des masques faciaux contenant du graphène, il adopte l'approche de précaution consistant à les retirer du marché tout en continuant à recueillir et à évaluer les informations", a déclaré l'agence.

L'agence a demandé aux citoyens canadiens de ne pas utiliser les masques pour le moment et de signaler tout événement indésirable sur une plateforme de signalement en ligne de Santé Canada.

Des adultes ont utilisé des masques contenant du graphène au Canada, notamment des enfants dans des écoles et des garderies. Les masques peuvent également avoir été distribués pour être utilisés dans des établissements de soins de santé, a déclaré l'agence.

Les médias canadiens ont rapporté que le gouvernement du Québec a distribué environ 4,6 millions de masques recouverts de graphène aux écoles. Cependant, on ignore dans quelle mesure les élèves et les enseignants ont utilisé ces masques. Lire ici.

À propos du graphène

Le graphène a été découvert en 2004 par Andre Geim et Konstantin Novoselov à l'Université de Manchester, et ils ont reçu le prix Nobel de physique 2010 pour leur découverte. Il s'agit d'un nouveau nanomatériau d'un atome d'épaisseur qui peut avoir diverses applications, notamment de minuscules antennes, des puces informatiques et des revêtements pour absorber les ondes potentiellement dangereuses, selon Santé Canada.

Il aurait des propriétés antivirales et antibactériennes, et ce serait la raison pour laquelle il a commencé à être utilisé dans les masques faciaux pour prévenir la propagation du virus CCP. Cependant, selon le rapport, dans ce cas, la prévention pourrait être pire que la maladie.

La semaine dernière, des scientifiques allemands ont découvert des substances chimiques dangereuses dans des masques de tous les jours, mettant en garde la communauté contre les dangers liés à leur utilisation quotidienne.

Comme indiqué dans une publication, les scientifiques craignent que l'utilisation continue de ces appareils n'entraîne de graves problèmes de santé chez les utilisateurs, qui respirent sans le savoir des substances cancérigènes, des allergènes et de minuscules microfibres synthétiques déposées dans leurs poumons, rapporte le média alternatif Ecotextile. Lire ici.

Mandats pour les masques faciaux

En plus d'être inquiétant, ce type de nouvelles attire l'attention de nombreux politiciens dans le monde entier qui obligent leurs électeurs à porter constamment des masques comme remède supposé pour prévenir l'augmentation de la contagion du virus CCP.

Aux États-Unis, une vingtaine d'États, majoritairement républicains et conservateurs, ont supprimé ces dernières semaines l'obligation de porter un masque facial, laissant à la discrétion et à la liberté de chacun le choix de l'utiliser ou non.

 


Quelle est votre réaction ?

confused confused
1
confused
fail fail
0
fail
love love
2
love
lol lol
2
lol
omg omg
1
omg
win win
0
win