La plupart des décès du Covid 19 auraient-ils été dus à une autre cause ?


ZVXQXJIIWJEGFANWJZZ5I2G6CQ e1634256590493

Une étude démographique indique qu'une partie des décès du Covid 19 aurait "certainement" été due à des maladies "telles que le diabète, les maladies cardiovasculaires et l'insuffisance respiratoire chronique."

Autres causes publiées Étude démographique

La nouvelle ne changera pas le chagrin des familles, mais elle est révélatrice d'un point de vue démographique. En 2020, environ 68 000 personnes sont décédées de covid-19 en France, mais le nombre total de décès n'a augmenté "que" de 55 000.

En fait, certains des décès liés au Covid seraient morts "de toute façon" d'une autre cause, analyse une étude démographique publiée mercredi.

Sur les 55 000 décès supplémentaires (toutes causes confondues) enregistrés par les registres d'état civil en 2020 (par rapport à 2019), 13 000 sont statistiquement dus au vieillissement de la population observé chaque année alors que l'espérance de vie n'augmente pas."

 

Cela conduit mécaniquement à une augmentation annuelle du nombre de décès, indépendamment d'un contexte épidémique.

"Cela signifie 42 000 décès supplémentaires en 2020 liés à la pandémie de Covid 19", précisent les auteurs de l'étude, Gilles Pison et France Meslé, de l'Institut national d'études démographiques (INED). Santé Publique France, quant à elle, prévoit environ 65 000 victimes du virus en 2020, mais les auteurs de l'étude préfèrent réestimer ce nombre à "un peu plus de 68 000", en comptant les décès nationaux, ou "environ 5% des décès si l'on se fie aux taux observés à l'étranger."

Moins de grippe et d'accidents de la route

Les deux démographes ont plusieurs explications pour la différence entre les 68 000 décès causés par le virus et les 42 000 décès supplémentaires observés lorsque l'on soustrait les 13 000 décès dus au vieillissement de la population.

D'une part, la grippe saisonnière a été beaucoup moins meurtrière début 2020 que début 2019, et les accidents de la circulation ont également fait beaucoup moins de victimes en raison des restrictions de circulation pendant les périodes de fermeture.

D'autre part, "d'autres causes de décès, comme le diabète, les maladies cardiovasculaires et les maladies respiratoires chroniques, sont également susceptibles d'avoir diminué", précisent les auteurs. "Certaines des personnes fragiles souffrant de ces maladies sont en fait mortes de Covid-19", alors que sans la pandémie, elles seraient de toute façon mortes d'une de ces maladies "en 2020".