La Chine oblige-t-elle les enfants à se faire vacciner dès l'âge de trois ans ?


L'idée - souvent répétée dans les médias occidentaux - que la Chine a réussi à mettre au pas le COVID en utilisant les outils propres à un État autoritaire ne pourrait être plus éloignée de la vérité.

La Chine commence à vacciner les enfants à l'âge de trois ans

Au début du mois, des documents du PCC ayant fait l'objet d'une fuite ont révélé que les dirigeants chinois avaient ordonné aux responsables locaux d'être en état d'alerte en cas de nouvelle épidémie de COVID à grande échelle, avant de leur ordonner d'accomplir deux tâches :

  • L'une d'entre elles consiste à construire des sites d'isolement centraux, les autorités locales étant tenues, d'ici à la fin octobre, de créer des installations comptant au moins 20 chambres pour 10 000 personnes.
  • La seconde : l'échelle de chaque site d'isolement doit être supérieure à 100 chambres.

Mais ce n'est pas tout. Alors que des épidémies continuent de se déclarer dans le pays le plus peuplé du monde, Pékin a prévenu les responsables locaux qu'ils devaient se préparer à ce que les épidémies COVID qui se déclarent dans certaines régions s'aggravent dans les jours à venir, et que le virus pourrait se propager et toucher davantage de villes en Chine.

Dans une tentative de prendre de l'avance sur la prochaine grande vague de COVID (potentiellement alimentée par la variante delta ou sa "sous-variante" delta-plus), des rapports de médias locaux cités par Bloomberg attestent que la Chine a commencé à administrer des vaccins COVID aux enfants dès l'âge de trois ans, alors que la Chine a l'un des taux de vaccination les plus élevés au monde, avec 75% de ses 1,4 milliard d'habitants déjà vaccinés.

 

Selon les médias locaux, de nombreux endroits en Chine déploient des vaccins pour les enfants âgés de 3 à 11 ans. Les vaccins, mis au point par les fabricants de médicaments chinois Sinovac Biotech Ltd et l'entreprise publique Sinopharm, ont déjà été administrés aux personnes âgées de 12 ans et plus, le pays ayant donné son feu vert à leur utilisation chez les enfants de plus de trois ans en juin.

Comparez cela aux États-Unis, où le président Biden (guidé par son principal conseiller, le Dr Anthony Fauci) fait pression pour que la FDA approuve les vaccins pour les enfants dès l'âge de 5 ans (des données récentes ont montré que les vaccins sont "sûrs" pour les enfants âgés de 5 à 11 ans) d'ici la fin de l'année (malgré le fait que les infections graves impliquant de jeunes enfants en bonne santé sont extrêmement rares).

Pékin adhère à sa stratégie de "tolérance zéro".

Mais la décision de la Chine d'étendre son programme de vaccination (avec ses propres vaccins de fabrication locale qui ne sont pas aussi efficaces que leurs homologues étrangers) intervient alors que le PCC se prépare à une nouvelle série d'infections COVID encore plus mortelles.

Ces mesures interviennent alors que la Chine tente d'enrayer ce qui est devenu une série de flambées épidémiques sur son vaste territoire, les flambées du virus étant plus fréquentes qu'avant l'arrivée du delta. Pékin reste fidèle à sa stratégie de "tolérance zéro" à l'égard du COVID, qui a permis de maintenir ses frontières fermées et de mettre en place des quarantaines sévères, alors même que ses pairs ont supprimé la plupart de leurs restrictions en matière de COVID.

En d'autres termes, que cela serve d'avertissement : La Chine a toujours eu une longueur d'avance lorsqu'il s'agit de gérer le virus qu'elle a lâché sur le monde. S'ils prennent ce genre de précautions, il est plus que probable qu'ils le fassent pour une raison.