La variante Omicron est-elle "douce" ?


Omicron1 e1638194710991

Contre l'alarmisme mondial concernant la variante omicron de la souche COVID-19, le médecin qui a été le premier à la découvrir affirme que cette souche est "légère" et n'a pas entraîné une augmentation des hospitalisations.

Interdictions de voyager et autres restrictions liées aux virus

Les gouvernements du monde entier imposent de nouvelles interdictions de voyager et d'autres restrictions concernant le virus en réponse aux affirmations selon lesquelles la nouvelle souche est plus transmissible et pourrait s'avérer plus mortelle que la souche delta.

Cependant, les personnes les plus compétentes sur le terrain en Afrique du Sud disent toutes le contraire.

Barry Schoub, président du Comité consultatif ministériel sur les vaccins, a déclaré à Sky News que la panique était déplacée.

Aucun "symptôme notable"

"Les cas qui se sont produits jusqu'à présent étaient tous des cas légers, des cas légers à modérés, et c'est un bon signe", a déclaré M. Schoub.

Contredisant une nouvelle fois les affirmations selon lesquelles la nouvelle souche est susceptible d'être plus dangereuse que la souche delta, M. Schoub a également souligné que la variante omicron comporte un grand nombre de mutations, ce qui la rend moins "apte" que la souche delta dominante.

"Dans le même temps, on pourrait faire valoir que si Omicron pourrait bientôt devenir la souche dominante en raison de son R-nought (ou rythme de transmission) plus élevé, cela pourrait être une bénédiction déguisée car elle repousse la souche delta, beaucoup plus dangereuse (et plus stable)."

Angelique Coetzee, présidente de l'Association médicale sud-africaine, s'est fait l'écho des sentiments de M. Schoub, notant que les patients infectés par l'omicron présentaient "des symptômes (qui) étaient si différents et si légers de ceux que j'avais traités auparavant".

Mme Coetzee a affirmé qu'elle n'avait pas observé de "symptômes importants" et que la variante ne semble pas exercer de pression sur les hôpitaux.

"Ce que nous constatons cliniquement en Afrique du Sud, et n'oubliez pas que je suis à l'épicentre, c'est là que je pratique, est extrêmement bénin", a-t-elle souligné.

Répondant par l'affirmative à la question de savoir si les autorités paniquaient inutilement, M. Coetzee a tenté de dissiper les craintes alarmistes.

"Nous n'avons admis personne" à l'hôpital avec la nouvelle variante, a-t-elle dit. "J'ai parlé à d'autres de mes collègues, même tableau".

Covid 5