France : Bruno Le Maire est-il en train de cracher le morceau sur le passeport santé ?


Bruno Le Maire s'est présenté devant le MEDEF fin août pour la session inaugurale du "REF", les anciennes universités d'été désormais affublées d'un acronyme incompréhensible.

Discours de Bruno Le Maire à la conférence du MEDEF

Son discours de 15 minutes, qui suivait une longue intervention de Geoffroy Roux de Bézieux, était fait de toutes les platitudes à la mode dans la caste, de la caverne de Platon aux bienfaits du progrès scientifique, en passant par la transition énergétique, la vérité scientifique et la nécessaire conciliation de la liberté et du bien commun, et nous a permis d'obtenir de précieuses informations sur le pass santé... La vérité sort toujours de la bouche de Bruno Le Maire.

Il faut absolument écouter le discours de Bruno Le Maire à la conférence du MEDEF pour comprendre la réalité des craintes qui saisissent aujourd'hui le gouvernement. En 15 minutes, le ministre de l'économie a en effet énoncé, au milieu de ses platitudes habituelles, des vérités savamment cachées jusqu'à présent par le gouvernement. Et ces vérités méritent vraiment d'être considérées.

Le battage publicitaire de la reprise économique

Comme d'habitude, Bruno Le Maire s'est gargarisé de la reprise économique en cours, avec une orientation très encourageante de la consommation, une perspective de croissance de 6% et un retour à l'activité économique de 2019 (qui fut une année tellement médiocre que l'Allemagne y était presque en récession, rappelez-vous) dès la fin 2021, comme si tout allait bien.

Si l'on se souvient que la perte de PIB en 2020 a été de plus de 8% et que Bruno Le Maire prévoit une croissance de 6% pour 2021, on se demande comment il se peut que l'activité de 2019 soit récupérée avec un différentiel d'au moins 2 points de PIB entre les deux années. Mais on suppose que, pour Geoffroy Roux de Bézieux, ami autoproclamé de la vérité scientifique et de la responsabilité, et ses sbires du MEDEF, ce genre de rappel des mensonges officiels est mesquin. Ce sont des gens sérieux et crédibles, comparés aux irresponsables qui critiquent la communication gouvernementale. L'arithmétique de haut vol qui consiste à se demander comment 8 - 6 peut faire 0 ne les atteint pas.

Reconnaissance de la durée de la crise

Alors que ni Geoffroy Roux de Bézieux ni Bruno Le Maire n'ont jugé utile d'expliquer leurs idées sur la façon dont l'énorme dette de COVID allait être remboursée (encore une fois, un point de détail qui ne devrait pas occuper les gens sérieux et crédibles), le ministre a clairement expliqué que la crise de la santé allait durer encore plusieurs années et qu'il fallait mener une longue guerre.

Vraiment ? mais nous pensions que la vaccination de 80% de la population était "LA" solution magique pour résoudre le problème. Nous a-t-on menti ? Les dizaines de milliards dépensés pour l'achat de vaccins n'auraient-ils pas résolu le problème du virus une fois pour toutes ?

Nous comprenons surtout que, dans cette crise sanitaire, la caste au pouvoir et la bureaucratie qui l'entoure ont pris leurs aises. L'urgence permanente est un mode de gouvernement bien plus confortable que la démocratie. Terroriser les gens avec des virus doit procurer une remarquable jouissance du pouvoir.

Nous comprenons aussi que le passeport santé est fait pour durer ! Même si Geoffroy Roux de Bézieux a appelé à son retrait rapide, les propos de Bruno Le Maire révèlent les véritables intentions d'une stratégie radicalement opposée à la liberté : exploiter la situation virale pendant plusieurs années, pour rendre l'identité numérique indispensable dans tous les actes de la vie sociale. Lire ici.

La prolongation du pass santé au-delà du 15 novembre, et son maintien en vigueur " pendant plusieurs années " est déjà décidée, et Bruno Le Maire ne le cache pas. On se demande juste comment le public participant au rassemblement du MEDEF peut être aussi apathique face à des élucubrations officielles où le prétexte de la santé devient de moins en moins crédible.

Le coût du passeport santé au centre du débat

Alors qu'il y a quelques jours, Bruno Le Maire affirmait que le chèque santé avait augmenté le chiffre d'affaires des restaurants de 5%, il a tenu un tout autre discours devant le MEDEF. Il faut dire que Geoffroy Roux de Bézieux a fait un excellent travail en expliquant tout le bien qu'il pensait du ticket modérateur, mais en déplorant la forte perte de chiffre d'affaires que ce système de discrimination a provoqué dans certains secteurs.

Là encore, on se demande par quelle hypnose les patrons peuvent accepter d'être représentés par un champion des dispositifs liberticides qui torpillent leur activité et leur prospérité.

Bruno Le Maire a annoncé la tenue d'une réunion ce lundi avec les représentants des secteurs torpillés par le pass santé. Tiens, tiens, tiens, cet outil d'identification numérique à l'entrée des restaurants ne serait pas le grand succès que prétend le gouvernement ? Il mettrait même les entreprises en difficulté ?

L'apathie face à l'incohérence gouvernementale

Récapitulons ! Bruno Le Maire est venu expliquer au MEDEF que la croissance serait de 6% en France en 2021 après une chute de plus de 8% en 2020, et que l'on pouvait donc parler d'un retour à la normale pour la fin de l'année. Mais il a prévenu que la crise sanitaire allait encore durer plusieurs années. Il a reconnu que le pass santé faisait perdre des clients aux commerçants, mais il a annoncé sa prolongation, pour ne pas dire son installation définitive. Et les patrons applaudissent, car avaler les sornettes du gouvernement est la marque de l'intelligence : douter de la propagande officielle est la marque des esprits complotistes et obscurantistes.

C'est ce qu'on appelle zombifier l'opinion publique.