Ernst Wolff : Le coup d'État du système financier numérique ?


La gestion désastreuse de la crise de Covid 19 est-elle un signe de la stultification finale des élites dirigeantes du monde, ou correspond-elle à une intention perverse, selon la devise "le pire, le meilleur".

Destruction ciblée de l'économie mondiale

Dans une conférence d'une demi-heure, Ernst Wolff documente les traces d'une destruction délibérée de l'économie mondiale, c'est-à-dire l'accomplissement du "Grand Reset" tel que décrit et voulu par le WEF de Davos. Mais mis en œuvre par une caste mondialisée qui se tient dos au mur et se réfugie dans la radicalisation.

Ernst Wolff tire un espoir de ce constat : le soulèvement du peuple, qui a commencé, peut faire céder un pouvoir inquiet. C'est la suite et la conclusion de la conférence de l'avocat Reiner Fuellmich dans le cadre du procès contre les responsables de la crise de Covidian.

 

En route vers une monnaie programmable

Et nous savons déjà à quoi ce système est censé ressembler. Il implique la disparition complète de l'argent liquide, des banques sous leur forme actuelle et l'introduction de la monnaie numérique de la banque centrale. L'objectif est que chacun d'entre nous dispose d'un seul compte bancaire par lequel toutes les transactions seront traitées. Ce compte ne sera plus détenu par une banque commerciale, mais par la banque centrale.

La raison de ce plan est que la monnaie numérique de la banque centrale est programmable (18:44). Comme une banque centrale peut créer des quantités illimitées de monnaie, des taux d'intérêt négatifs peuvent être introduits sans détruire le système. Cependant, c'est loin d'être la seule caractéristique de la monnaie numérique de banque centrale. Elle permettrait à l'État de surveiller toutes les transactions (19:12), de nous appliquer des taux d'imposition différents et de nous imposer des amendes individuelles.

L'État pourrait lier certaines sommes à une date d'expiration, nous obliger à dépenser certaines sommes dans un certain laps de temps (19:33). Il pourrait aussi rendre l'argent disponible pour un usage spécifique, nous obligeant à n'utiliser certaines sommes que pour acheter certains biens, ou à ne les dépenser que dans certains endroits. Plus important encore, elle serait capable de nous couper de tous les flux de transaction d'un simple clic de souris, nous isolant financièrement (20:04). La monnaie numérique de la banque centrale serait le mécanisme de contrôle social le plus efficace de l'histoire de l'humanité, complétant une dictature universelle par l'argent (20:25).

Les tactiques de subversion

Cependant, tout ceci est soumis à un obstacle majeur : la résistance populaire attendue. Il est très probable qu'une grande partie de la population n'acceptera pas cette forme de paiement et que l'introduction de la monnaie numérique de la banque centrale entraînera de graves troubles sociaux.

Et c'est précisément cette difficulté qui a conduit le complexe financier numérique à penser à inverser le problème de l'introduction de cette monnaie (21:07). Au lieu d'introduire cette monnaie numérique de la banque centrale progressivement et de risquer ainsi beaucoup de résistance, ils ont fait le chemin inverse, à savoir jeter la société dans le chaos, afin de faire apparaître la monnaie numérique de la banque centrale comme la solution à tous les problèmes, notamment sous la forme du revenu de base universel (21:35).

Pour ceux qui pensent aujourd'hui qu'il s'agit d'une énième théorie du complot sortie de nulle part, je recommande de regarder de près ce que nous avons vu au cours des dix-huit derniers mois. Sous prétexte de combattre une maladie, des dommages dévastateurs et irréversibles ont été causés, qu'ils soient sanitaires, économiques ou financiers, dont nous n'avons pas encore vu les effets (22:09).

Dans le même temps, on s'efforce chaque jour d'exacerber ces dommages. Dans le même temps, les divisions de la société se creusent systématiquement et les différences entre les gens s'accentuent. Tout cela nous mène dans une seule direction : vers des troubles sociaux et des guerres civiles dans le monde entier. Et tout cela est exactement ce qui est prévu selon toutes les informations dont je dispose (22:46).

Ce à quoi nous assistons actuellement est une tentative de provoquer le plus grand chaos social par tous les moyens imaginables, d'attendre que le chaos ait atteint son intensité maximale, puis, à l'aide d'une panacée appelée "revenu de base universel", de passer d'une situation de chaos maximal à une situation de contrôle total (23:12). Il y a une deuxième raison pour laquelle un revenu universel est nécessaire du point de vue des puissants.

Nous sommes au milieu de la quatrième révolution universelle, et dans la période à venir, nous verrons des millions et des millions d'emplois disparaître au profit de l'intelligence artificielle. En d'autres termes, des millions de consommateurs seront perdus, et la demande de biens de consommation diminuera de plus en plus. Le modèle économique actuel étant basé sur la consommation, il est nécessaire d'empêcher la descente sur ce chemin fatal afin de le maintenir en vie. Et cela ne peut fonctionner que si l'argent est distribué aux consommateurs sans emploi, même s'ils sont au chômage (24:09).

Une apocalypse préparée et planifiée

Nous voyons donc que ce dont nous avons été témoins au cours des dix-huit derniers mois et ce dont nous sommes témoins maintenant suit clairement un plan ; et ce plan peut être formulé comme suit : Démanteler le système actuel au profit de l'élite, provoquer un chaos économique et social maximal, et établir un nouveau système au profit de l'élite sous le prétexte de fournir une aide humanitaire (24:42).

Ce plan se trouve dans deux livres, The Fourth Industrial Revolution et The Great Reset, de Klaus Schwab, dans lesquels le Forum économique mondial joue un rôle clé dans l'élaboration et la mise en œuvre de cet agenda. Le WEF a réussi à devenir l'une des plus importantes plateformes du complexe financier numérique au cours des 50 dernières années, en réunissant d'abord des chefs d'entreprise, puis des politiciens, puis des représentants des médias, et plus tard encore la haute aristocratie et le monde du spectacle, et en les soumettant à une formation ciblée à partir des années 1990 (25:33).

Nous savons aujourd'hui que depuis 1992, les "Global Leaders of Tomorrow" et depuis 2005 les "Young Global Leaders" sont systématiquement et de plus en plus formés et que ce sont précisément ces personnes qui sont désormais aux commandes. Qu'il s'agisse de Bill Gates, Jeff Bezos ou Jack Ma dans le secteur numérique, de Larry Fink, PDG de BlackRock, de Kristalina Georgieva, directrice du FMI, ou de Mark Carney, ancien directeur de la Banque d'Angleterre, dans le secteur financier, ou d'Emmanuel Macron, Sebastian Kurz ou Angela Merkel dans le secteur politique, tous ont été formés par le WEF ou siègent dans ses organes directeurs (26:38).

Et ce ne sont pas seulement les 1 300 membres de cette petite élite dirigeante, étroitement mise en réseau, qui tirent les ficelles dans le monde entier. Depuis 1992, le WEF a rassemblé et mis en réseau 10 000 autres façonneurs mondiaux âgés de moins de 30 ans qui s'efforcent désormais d'influencer le monde dans la bonne direction (27:08). Quiconque veut savoir à quoi ce monde devrait ressembler devrait lire les travaux du fondateur du WEF, Klaus Schwab.

Et si vous n'êtes toujours pas convaincu que ce que nous avons vécu et que nous vivons encore a un plan, vous devriez jeter un coup d'œil à la date de publication du "Great Reset" de Schwab." Publié le 9 juillet 2020, soit à peine quatre mois après le lockdown mondial, le livre contient déjà des instructions détaillées sur la façon dont le COVID-19 peut être utilisé pour, selon les propres termes de Schwab, " détruire le monde de façon créative et en construire un nouveau ", exposant une vision de l'homme qui rappelle les jours les plus sombres du nazisme (28:02).

Je sais, tout cela est terrifiant, comme une apocalypse méticuleusement préparée. Et en fait, l'agenda qui est poursuivi ici est non seulement manifestement planifié, mais peut difficilement être surpassé en malice et en sournoiserie. Qui aurait jamais imaginé que l'économie mondiale s'effondrerait sous le prétexte de protéger les gens des effets d'une maladie, que les gens seraient privés de la liberté de voyager, de se réunir, de parler et d'exprimer librement leurs opinions, et que plus de 100 millions d'entre eux seraient condamnés à la famine, tout cela soi-disant pour protéger leur propre santé.

Et qui aurait pensé qu'un eugéniste déclaré du nom de Klaus Schwab pourrait se trouver en position non seulement de diffuser sa vision infernale de la fusion entre l'homme et l'intelligence artificielle dans le monde entier, mais aussi de trouver 10 000 aides pour la faire avancer (29:18). Ce sont tous des événements extrêmement inquiétants avec lesquels nous devons vivre et souffrir, dont les détails devraient glacer le sang de tout être humain normal pensant et ressentant.

La folie mène à l'échec

Mais - et j'en viens au message le plus important que je veux délivrer ce soir - il y a un autre côté à tout cela, un côté très différent, un côté qui devrait nous donner un énorme élan et une force abondante pour les tâches à venir. Les plans de l'élite, et la vision de Klaus Schwab, sont en effet voués à l'échec, pour plusieurs raisons (30:11). La raison principale est que le récit d'un virus mortel, qui menacerait l'existence même de l'humanité, ne sera pas durable. Nous voyons déjà comment l'échafaudage de mensonges s'effrite sous nos yeux, et comment, pour le justifier, des arguments toujours plus absurdes et des calomnies toujours plus furieuses sont utilisés (30:39).

À ce stade, il est important de comprendre que la véhémence que les médias mettent en œuvre n'est pas un signe de force mais de faiblesse. Celui qui, avec de plus en plus d'insistance, répand des mensonges de plus en plus grotesques comme la "pandémie de non-vaccination", qui déclare que les personnes en bonne santé sont le facteur de risque numéro un dans la société, qui paralyse tout un pays à cause d'une poignée de malades ou de personnes testées positives, le fait uniquement parce qu'il est au bout du rouleau et que, dans son désespoir, il s'en prend aveuglément à ceux qui l'entourent (31:21).

Abraham Lincoln a dit : "Vous pouvez mentir à une partie du peuple tout le temps ; vous pouvez mentir à tout le peuple de temps en temps ; mais vous ne pouvez pas mentir à tout le peuple tout le temps". C'est exactement ce qui se passe à notre époque. Et cela a, bien sûr, une immense signification pour nous. Car cela ouvre, ironiquement, ce que Klaus Schwab appelle "une fenêtre d'opportunité" - sauf qu'elle s'ouvre sur une dynamique exactement opposée (32:07).

En effet, grâce à la désintégration de la narration, la crédibilité de ceux qui nous ont amenés à cette situation est sapée plus profondément chaque jour, ouvrant une fenêtre de temps pour une campagne d'illumination puissante et de grande envergure pour nous tous. Les conditions objectives pour éclairer les gens sur les faits réels qui se cachent derrière la soi-disant pandémie, sur les véritables relations de pouvoir dans le monde et sur les véritables menaces auxquelles nous sommes confrontés n'ont jamais été aussi bonnes qu'aujourd'hui (32:51). Et elles s'améliorent de jour en jour, car l'autre partie doit s'empêtrer de plus en plus dans des mensonges de moins en moins crédibles.

Et même si le complexe financier numérique parvenait à introduire la nouvelle monnaie, ce ne serait pas pour autant la fin du monde. En effet, la monnaie numérique de la banque centrale ne peut fonctionner qu'en conjonction avec un système complet de contraintes. De nouveaux contrôles des prix devront être constamment introduits, le revenu de base universel devra être constamment augmenté, et une inflation permanente devra être vigoureusement générée, ce qui conduira à un appauvrissement continu de la population et à un conflit permanent avec l'État et les autorités (33:49).

Ce qu'il faut savoir, c'est que nous sommes définitivement au seuil d'une période de turbulences et de dangers. Mais nous avons un avantage historique : il réside dans le fait que ceux d'en face n'agissent pas selon les lois de la raison, mais sont mus par des motifs tels que l'avidité et la soif de pouvoir, et pour cette raison ne peuvent rien faire d'autre que de s'attirer de plus en plus de problèmes (34:21).

Nous devons en profiter et garder ceci à l'esprit : l'autre camp peut avoir plus d'argent, plus de biens et toutes les armes du monde, mais son pouvoir ne réside pas dans son argent, ses biens ou même ses armes, mais dans un seul et unique facteur : l'ignorance de la majorité des gens, ou, pour le dire autrement, le fait que la majorité ne voit pas le jeu que la minorité joue avec elle (35:01).

Quelle que soit l'atrocité que le complexe financier numérique a commise au cours des dix-huit derniers mois et continue de commettre avec ses sous-fifres, il s'est enfermé dans une situation dont il ne pourra pas s'extraire et dans laquelle il doit, dans son désespoir, franchir de plus en plus de lignes rouges (35:25). Pour nous tous, cela signifie que nous devons, dans cette situation exceptionnelle, simplement : garder le calme, démasquer résolument les mensonges, et ainsi montrer aux gens, pièce par pièce, pourquoi et par qui ils sont trompés.

Si nous faisons cela, et si nous nous souvenons de la force de nos arguments, alors nous pourrons non seulement résoudre les problèmes actuels, mais peut-être réaliser quelque chose de bien plus grand, à savoir : utiliser l'une des crises les plus profondes auxquelles l'humanité ait jamais été confrontée pour renverser le cours de l'histoire mondiale, et ainsi ouvrir la porte à une nouvelle ère d'un seul coup. Je vous en remercie.