Un groupe gauchiste a-t-il envoyé une lettre au régime de Biden appelant à tuer les républicains ?


Le milliardaire George Soros s'est activement engagé dans des activités séditieuses, de trahison et de trahison contre les États-Unis pendant des décennies, mais parce qu'il distribue son argent à tous les bons dirigeants politiques, il s'en est tiré avec des comportements qui auraient déjà conduit une personne ordinaire en prison ou dans le couloir de la mort.

N'élisez pas plus d'anti-Américains aux plus hautes fonctions.

Ce qui prouve à quel point les électeurs ont été négligents pendant des années, permettant à des valets politiques et à des élites partisanes de détruire complètement le système de gouvernement pour lequel nos fondateurs se sont battus et sont morts.

Ce qu'il faut faire à ce sujet est évident - cesser d'élire les mêmes individus marxistes, élitistes et hostiles à l'Amérique à des postes plus élevés. Et lorsque nous les remplacerons par les dirigeants que nos fondateurs ont imaginés, nous serons en mesure de demander des comptes aux groupes de gauche financés par Soros lorsqu'ils appellent au meurtre de législateurs avec lesquels ils sont en désaccord politique.

 

Le Washington Free Beacon en sait plus :

Un groupe de gauche financé par le Center for American Progress et l'Open Society Foundations de George Soros a soumis une lettre au gouvernement qui préconise le meurtre de républicains.

Free Press, un groupe libéral bien financé qui vise à "remodeler les médias" aux États-Unis, a envoyé une lettre à la Commission fédérale des communications dans laquelle figure la question suivante : "Devrons-nous tirer sur des Républicains pour reconquérir notre démocratie ?"

La lettre de Free Press, qui demande à la FCC "d'enquêter sur sa propre histoire de racisme et d'examiner comment ses choix politiques et ses actions ont nui aux Noirs et aux autres communautés de couleur", a été signée par un peu moins de 5 000 membres du groupe, qui ont eu la possibilité de fournir des commentaires en même temps que leur signature. L'appel à "tirer" sur les républicains a été lancé par un membre californien du nom de David Lyons, qui s'est en outre plaint que "des chevaux**t racistes comme FOX et les autres médias ultraconservateurs et chrétiens" possédaient "la plupart de nos médias". (Voir pièce jointe à la fin.)

 

Il s'agit de l'autoritarisme

Et encore une fois, n'oublions pas quelle organisation finance ces fous.

Et pendant que nous y sommes, c'est aussi le bon moment pour souligner, une fois de plus, que la gauche utilise toujours un langage qui signifie le contraire de ce qu'elle croit ; "Free Press" ne signifie pas vraiment "liberté de la presse", à la manière du Premier amendement, comme vous pouvez le voir. Ils veulent que les médias conservateurs et de droite soient retirés des ondes, mais pas les médias de gauche, parce qu'il ne s'agit pas vraiment de "liberté de la presse", mais d'autoritarisme, ce qui est typique de la gauche.

Selon The Free Beacon, l'organisation a officiellement retiré sa pétition après que l'un des commissaires de la FCC, Brendan Carr, a déclaré que la rhétorique meurtrière et violente qu'elle contenait était disqualifiante.

"La seule action que la FCC devrait prendre sur une demande comme celle-ci - une basée sur un commentaire demandant si les républicains devraient être abattus - est de la rejeter avec préjudice", a déclaré Carr au média. "La FCC ne devrait pas approuver ce type d'appel à la violence en ouvrant une procédure de la FCC à ce sujet".

Free Press dit "regretter profondément que cet incident se soit produit" et s'engage à "prendre des mesures à l'avenir pour examiner de près les commentaires du public afin de s'assurer que cela ne se reproduise jamais".

Quel mensonge ! Ces gens sont fous de haine envers les conservateurs et surtout les partisans du président Donald Trump, comme ils l'ont démontré à maintes reprises pendant son mandat.

Comment le savons-nous ? Parce que, comme le rapporte le Free Beacon, ce n'est pas la première fois que la "Free Press" utilise un langage vil et dégoûtant pour s'exprimer :

La lettre n'est pas le premier cas de rhétorique politiquement chargée de Free Press, qui compte le Center for American Progress, la Tides Foundation et l'Open Society Foundations de George Soros parmi ses principaux donateurs. Sa PDG Jessica González a une longue expérience de la diabolisation des opposants politiques, écrivant en 2018 que la civilité est "bulls**t".

"Si la 'civilité' exige que nous fassions la sourde oreille et accueillions poliment les suprémacistes blancs de cette administration qui commettent des atrocités et des violences contre nos communautés, alors F**K la civilité", a déclaré Gonzalez. "Vous ne nous distrairez pas avec ces conneries."

Elle a également comparé Fox News à l'Allemagne nazie et a attaqué les médias pour avoir soi-disant "légitimé le génocide des Amérindiens" en faisant la promotion de Thanksgiving - une fête au cours de laquelle nous honorons et remercions nos ancêtres d'avoir persévéré dans le Nouveau Monde avec l'aide des Amérindiens.

Gonzales et les fous de gauche comme elle ne peuvent même pas haïr avec précision.

Pièce jointe

Pétition pour la presse libre