Comment procéder à la destruction systématique de la psyché humaine ? La charte de coercition de Biderman


Concept de flux d'informations. Réseau d'épingles et de fils sous la forme d'un flux d'informations traversant un cerveau symbolisant l'esprit hyper connecté de l'ère numérique.

Imaginez qu'il existe des méthodes pour briser la psyché humaine. Des méthodes qui, appliquées systématiquement, détruiraient l'esprit et le respect de soi des gens. De telles méthodes existent réellement : 7 mesures pour briser la volonté humaine, pour programmer l'homme à l'obéissance.

Les techniques

Il s'agit de techniques de coercition, de contrainte et de programmation perceptuelle visant à détruire la pensée et la volonté des gens. Sous le nom de "contrôle mental", elles sont pratiquées depuis de nombreuses années sur des individus et des groupes.

Elles ont été résumées en 1956 par le psychologue Albert Bidermann sous le titre: La charte de coercition de Biderman

Nous aimerions mentionner ici quelques-unes de ces méthodes pour encourager la réflexion sur les actions actuelles dans le monde.

Mesures

Sur le bris de la volonté et la production de l'obéissance selon la charte de coercition de Biderman.

Isolation

L'isolement consiste à priver une personne de tout soutien social de la part de ses semblables afin de briser sa capacité de résistance. Cela se fait en coupant le contact direct avec d'autres personnes. Dans l'isolement, on vit seul ou avec très peu d'autres personnes, sans contact avec le monde extérieur. La forme la plus stricte est l'isolement cellulaire.

L'isolement oblige à un examen intense de soi-même. Comme vous le savez en psychologie, le fait de ruminer constamment sur soi-même vous amène à vous blâmer. Cela favorise la soumission et l'obéissance.

Juste une idée : la distanciation sociale n'en serait-elle pas déjà une étape ?

Monopolisation de la perception

Notre esprit réagit à la répétition. Il suffit qu'un mensonge soit répété suffisamment souvent pour que l'esprit humain l'accepte comme vrai. Les médias ont un pouvoir énorme dans ce domaine. Ceux qui contrôlent les médias déterminent quelles informations sont mises à la disposition du peuple.

Tant qu'ils sont indépendants et neutres et qu'il y a une liberté d'opinion, tout va bien. Cela devient problématique lorsqu'une seule opinion, l'opinion dominante, est acceptée et tolérée et que toute opinion qui s'en écarte est diffamée ou que son accès est bloqué.

Hmm, n'est-ce pas ce que nous vivons en ce moment ?

Épuisement et affaiblissement induits

L'épuisement affaiblit la résilience mentale et physique. En alimentant les peurs, en créant des circonstances d'insécurité constante, par exemple par la menace de perdre son emploi, et le désespoir dans le sens où il détruit toute idée que la vie pourrait redevenir amusante, on est privé de tout sentiment de sécurité et de stabilité.

Ainsi, au départ, les gens se retrouvent dans un état émotionnel de stress constant, qui affecte ensuite le corps.

Si, dans le même temps, tout ce qui est amusant et relaxant est interdit, et que l'on restreint de plus en plus la fréquentation des bars, des restaurants, des cinémas, des concerts, des théâtres, des salles de sport, etc., cela favorise l'épuisement et la débilitation physique et émotionnelle.

L'esprit humain est très adaptable. Même les circonstances les plus défavorables peuvent être acclimatées si elles persistent suffisamment longtemps. Le fait de changer constamment de règles bloque cette adaptabilité et perpétue un état de confusion, qui est également épuisant et débilitant.

Tout cela ne se passe-t-il pas en ce moment même ?

Menaces de conséquences négatives, de punitions et de violence en cas de non-respect des règles.

Les menaces engendrent la peur et le désespoir. La personne individuelle n'a plus aucun pouvoir de décision, mais est dominée par quelqu'un d'autre ou un groupe de personnes. Les règles sont déterminées de l'extérieur, de préférence aussi dénuées de sens que possible et menacées de conséquences négatives en cas de non-respect.

Sommes-nous en train d'assister à la mise en place de règles de plus en plus perverses assorties de sanctions en cas de non-respect ?

Concessions occasionnelles

Parce que nous avons fait un effort au printemps, nous avons été autorisés à avoir un peu plus de liberté en été. Maintenant, si nous nous en tenons tous ensemble consciencieusement aux mesures prescrites, il y a un espoir que nous puissions autoriser un peu plus de socialisation à Noël. Ou bien, une fois que le vaccin aura été administré et que suffisamment de personnes l'auront reçu, nous pourrons revenir à la normale.

Humiliation et dégradation

En menaçant de punitions sévères pour des actions insensées et en diffamant, insultant ou imposant des sanctions sévères à ceux qui ne respectent pas les règles, les gens perdent de plus en plus le courage de résister.

En fin de compte, il ne reste plus qu'à être obéissant, à se soumettre et à être obéissant. Toute résistance sera brisée.

Le mépris ou la menace de la vie privée favorise l'humiliation et la dégradation.

Ne viennent-ils pas de supprimer la protection de la maison ?

Rendre la victime dépendante de l'agresseur

Afin de susciter l'obéissance et la soumission des victimes, il faut les rendre dépendantes de soi-même. Plus la victime est dépendante de l'agresseur, plus elle lui est asservie.

Plus l'économie et les moyens de subsistance matériels sont détruits, plus les citoyens deviennent dépendants de l'aide de l'État.

Mais l'État n'est pas un coupable et nous, citoyens, ne sommes pas non plus des victimes, ou peut-être le sommes-nous... ?

J'ai été inspiré pour écrire cet article par la vidéo de David Icke.

Nous sommes conscients que David Icke polarise par ses opinions parfois extrêmes. Nous ne partageons pas non plus tous ses points de vue. Néanmoins, il nous fait toujours réfléchir.

Des connaissances cruciales pour pouvoir se protéger !

Ce ne sont là que quelques exemples parmi les nombreuses possibilités de la charte de coercition de Biderman. Le message est clair:

  • Rendre les victimes dépendantes de l'agresseur.
  • Éliminer les informations qui sont incompatibles avec le message de l'agresseur.
  • Créer suffisamment de peur et de désespoir, poser des exigences insignifiantes, contradictoires et irréalisables.
  • Fournir une motivation positive pour se conformer aux exigences de l'agresseur.
  • La victime donne tout pour obtenir de petites récompenses, dans un effort pour gagner le respect de soi.
  • Elle se joint maintenant à tous les autres: "Tous pour un. Un pour tous!"
  • L'objectif de ces mesures est de rendre les gens si dociles qu'ils n'ont littéralement aucun esprit, aucune perception ou opinion propre.