Les vaccinés au Covid peuvent-ils "perdre" des protéines de pointe et nuire aux non-vaccinés ?


America's Frontline Doctors affirme que, comme ces vaccins expérimentaux créent des "protéines de pointe", les personnes vaccinées "peuvent transmettre certaines de ces particules à leurs contacts proches", provoquant ainsi des maladies chez eux, y compris chez les enfants.

Vaccins expérimentaux de thérapie génique COVID-19

Dans leur dernière note d'information, les America's Frontline Doctors (AFLDS) ont mis en garde contre la capacité des protéines de pointe issues des vaccins expérimentaux de thérapie génique COVID-19 à 1.) traverser la "barrière hémato-encéphalique" en provoquant des dommages neurologiques, 2.) être "excrétées" par les vaccinés, provoquant des maladies chez les enfants et les adultes non vaccinés, et 3.) provoquer des saignements vaginaux irréguliers chez les femmes.

Publié la semaine dernière et intitulé "Identifying Post-vaccination Complications & Their Causes : an Analysis of Covid-19 Patient Data", l'objectif déclaré du document est de "fournir des informations supplémentaires aux citoyens concernés, aux experts de la santé et aux décideurs politiques sur les événements indésirables et autres problèmes post-vaccination résultant des trois vaccins expérimentaux COVID-19 actuellement administrés sous EUA (autorisation d'utilisation en urgence)" par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis.

 

Événements indésirables des vaccins ARNm

L'organisation à but non lucratif a mis en évidence les milliers d'événements indésirables liés à ces "vaccins" et recensés par le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) des Centers for Disease Control and Prevention (CDC). 1

"Pourtant, ces complications n'ont reçu qu'une fraction de l'attention accordée à la controverse sur la coagulation du sang de J&J", ont-ils déploré avec consternation, en demandant "pourquoi ?".2

En examinant de plus près ces données, l'AFLDS présente "certaines catégories majeures de préoccupations qui n'ont pas encore été abordées publiquement par la FDA ou les CDC", affirmant que le fait que ces organismes de réglementation "ne tiennent pas compte de ces inconnues et d'autres inconnues connues constitue un manquement à la recherche médicale fondamentale".3

Ils se répartissent les catégories générales de préoccupations comme indiqué ci-dessous :

Premièrement, il existe des craintes importantes concernant la distribution à grande échelle de ces nouveaux vaccins, qui font appel à une nouvelle technologie et ne sont encore qu'expérimentaux sans l'approbation complète de la FDA.4

Au lieu d'utiliser une réponse antigénique atténuée, comme c'est le cas avec les vaccins classiques, ces agents expérimentaux introduisent dans l'organisme une protéine appelée "spike".

 

"Il faut des années pour être sûr que quelque chose de nouveau est sûr", confirme le document de l'AFLDS. "Personne ne connaît définitivement les implications à long terme sur la santé du corps et du cerveau, en particulier chez les jeunes, liées à cette protéine de pointe. De plus, si des problèmes documentés liés à cette protéine surviennent, il n'y aura jamais aucun moyen d'inverser les effets indésirables chez les personnes déjà vaccinées."

Deuxièmement, contrairement aux vaccins classiques, ces protéines de pointe, ainsi que les "nanoparticules lipidiques", ont la capacité de traverser la "barrière hémato-encéphalique", qui assure une protection spéciale de ces zones sensibles du corps.5

 

"Il n'y a tout simplement pas eu assez de temps pour savoir quels problèmes cérébraux et à quelle fréquence un problème cérébral se développera à partir de cela", prévient le document.

Les risques d'une telle pénétration comprennent "une inflammation chronique et une thrombose (coagulation) dans le système neurologique, contribuant à des tremblements, une léthargie chronique, un accident vasculaire cérébral, une paralysie de Bell et des symptômes de type SLA. Les nanoparticules lipidiques peuvent potentiellement fusionner avec les cellules du cerveau, entraînant une maladie neurodégénérative retardée. Et la protéine spike induite par l'ARNm peut se lier aux tissus cérébraux 10 à 20 fois plus fortement que les protéines spike qui font (naturellement) partie du virus original." Voir le pdf à la fin du billet.

 

Troisièmement, étant donné que ces vaccins expérimentaux produisent plusieurs trillions de protéines de pointe chez les personnes vaccinées, celles-ci "peuvent excréter certaines de ces particules (de protéines de pointe) à leurs contacts proches", provoquant ainsi une maladie chez eux.

 

Dans une correspondance électronique avec LifeSiteNews, le Dr Simone Gold, fondatrice de l'AFLDS, a dirigé cet auteur vers un tweet du 29 avril où elle a posté un document issu des essais expérimentaux de Pfizer dans lequel le géant pharmaceutique "reconnaît ce mécanisme" d'excrétion potentielle, a-t-elle écrit.

Capture d'écran de twitter.com

 

Comme l'indique le document, on peut être "exposé à l'intervention de l'étude en raison d'une exposition environnementale", notamment "par inhalation ou contact cutané" avec une personne participant à l'étude, ou avec une autre personne ayant été exposée de la même manière.

Et cela, selon l'AFLDS, peut être dangereux. Comme le précise la note d'information, "les protéines de pointe sont pathogènes ('causant des maladies') tout comme le virus complet". En outre, ces "protéines de pointe se lient plus étroitement que le virus entièrement intact" et, par conséquent, des cas dans le monde entier de "péricardite, de zona, de pneumonie, de caillots sanguins dans les extrémités et le cerveau, de paralysie de Bell, de saignements vaginaux et de fausses couches ont été signalés chez des personnes se trouvant à proximité de personnes vaccinées". Cette excrétion "semble également être à l'origine d'une grande variété de maladies auto-immunes (où le corps attaque ses propres tissus) chez certaines personnes".

En outre, d'autres dangers plus graves sont possibles, même pour les personnes non vaccinées, du fait que ces "protéines de pointe peuvent traverser la barrière hémato-encéphalique, contrairement aux vaccins traditionnels."

Quatrièmement, cette excrétion rend les enfants vulnérables s'ils se trouvent à proximité de parents et d'enseignants qui ont reçu ces vaccins expérimentaux. Bien que la menace du COVID-19 pour les jeunes soit à juste titre décrite comme "non pertinente", avec notamment un taux de survie de 99,997% pour les moins de 20 ans, l'AFLDS craint que certains enfants ne deviennent symptomatiques en raison de cette proximité avec les vaccinés. À ce stade, il existe un danger que les "bureaucrates de la santé publique" utilisent ces cas pour "spéculer que la maladie d'un enfant est liée à une "variante" du SRAS-CoV-2", alors qu'elle résulte d'un contact avec des adultes vaccinés.

"Notre autre préoccupation est que les enfants pourraient développer une maladie auto-immune chronique à long terme, y compris des problèmes neurologiques, en raison du fait que les enfants ont des décennies devant eux et des billions de protéines de pointe mentionnées ci-dessus."

Cinquièmement, "l'AFLDS a connaissance de milliers de rapports faisant état de saignements vaginaux, de saignements vaginaux post-ménopausiques et de fausses couches après la vaccination par le COVID-19, ainsi que de rapports anecdotiques faisant état d'effets indésirables similaires chez les personnes en contact étroit avec les vaccinés."6

Bien qu'à ce stade, l'organisation de médecins indépendants "ne puisse pas se prononcer définitivement sur les contacts étroits", si ce n'est pour mentionner qu'elle "a entendu des rapports à ce sujet dans le monde entier", les nombreux incidents signalés de saignements vaginaux post-vaccination établissent un "lien clair entre le vaccin et les saignements irréguliers".

"Malgré cette preuve évidente, les modifications du cycle menstruel ne figuraient pas sur la liste des effets secondaires courants établie par la FDA pour les participants aux essais cliniques de la phase 3. La santé génésique des femmes doit être prise au sérieux plutôt que d'être balayée d'un revers de main par des responsables de la santé publique motivés par leur agenda", peut-on lire dans le mémoire.

 

Enfin, reconnaissant "l'incitation économique irrépressible des sociétés pharmaceutiques" à commercialiser des vaccins infantiles COVID, des rappels et autres, inutiles et dangereux, l'AFLDS insiste pour que "les experts en santé publique s'arrêtent et évaluent les données sur les effets secondaires possibles des vaccins et les questions post-vaccinales connexes avant qu'il ne soit trop tard".7,8

Pièce jointe

Les domaines de type prion du SRAS-CoV-2 dans les protéines de pointe permettent une plus grande affinité avec l'ACE2.