Australie : Liberté zéro et peine de prison pour ceux qui n'ont pas de certificat de vaccination ?


La nouvelle stratégie australienne "zéro COVID" est utilisée par le gouvernement pour restreindre la participation des gens à la société. Les dirigeants de l'État de Nouvelle-Galles du Sud ont annoncé cette semaine, lors d'un point de presse, que les personnes non vaccinées allaient perdre leurs libertés le mois prochain.

"Plan d'action pour la liberté"

À l'occasion de l'annonce de protocoles COVID actualisés qu'elle qualifie de " plan de liberté ", Gladys Berejiklian, Premier ministre de Nouvelle-Galles du Sud, a annoncé que les habitants vaccinés pourront bénéficier d'une liste de " libertés supplémentaires " lorsque l'État atteindra un taux de vaccination de 80 %.

L'État, qui abrite la ville la plus peuplée d'Australie, Sydney, avait déjà fixé un seuil de 70 % qui ouvrirait certaines libertés aux personnes vaccinées. Ces libertés comprennent la possibilité d'accueillir jusqu'à cinq visiteurs au domicile d'une personne, à condition que tous les adultes soient vaccinés, et jusqu'à 20 personnes lors de rassemblements en plein air. Les personnes vaccinées pourront assister à des mariages et des enterrements comptant jusqu'à 50 invités, mais elles ne pourront y manger et boire qu'en étant assises.

Ils seront également autorisés à fréquenter les églises et les lieux de culte, mais il leur sera interdit de chanter. En outre, les personnes vaccinées seront autorisées à se rendre dans les lieux d'accueil et les magasins de détail ainsi que dans les services personnels tels que les salons de coiffure, les salles de sport, les installations de loisirs en intérieur et les installations sportives. Cependant, tout cela doit se faire en portant un masque.

La vie des non-vaccinés sera très difficile

La liste des "libertés" actualisées qui seront accordées lorsqu'elles auront atteint la barre des 80 % comprendra la possibilité de voyager librement partout dans l'État du NGS, l'autorisation de recevoir jusqu'à 10 visiteurs dans une résidence privée, l'absence de limites à la participation aux funérailles et aux mariages, la possibilité de se lever et de boire dans les bars, et les rassemblements de 20 personnes maximum en plein air.

Lorsque ces restrictions entreront en vigueur le 11 octobre dans l'État de Nouvelle-Galles du Sud, les personnes non vaccinées ne perdront pas seulement l'accès aux "nouvelles" libertés liées à la réouverture, mais elles perdront également certaines libertés dont elles jouissent actuellement, notamment dans les zones régionales et rurales de cet État qui sont déjà ouvertes.

 

Le vice-premier ministre John Barilaro a déclaré : "Il y aura donc des personnes dans les régions et les campagnes de Nouvelle-Galles du Sud qui choisiront de ne pas se faire vacciner et qui perdront leurs libertés le 11 octobre."

Mme Berejiklian a déclaré que les personnes qui ne se font pas vacciner se verront interdire l'accès aux restaurants, aux lieux de divertissement et aux magasins, même après que l'État aura levé toutes les restrictions les concernant en décembre. Elle a déclaré : "La vie des personnes non vaccinées sera indéfiniment très difficile".

Une peine de prison est possible pour ceux qui ne présentent pas de passeport-vaccin

Les résidents non vaccinés de Nouvelle-Galles du Sud qui tentent d'entrer dans des entreprises sans les passeports de vaccination requis ont été avertis qu'ils risquent une peine de prison pour leurs actions. Les dirigeants ont déclaré que le contrôle des passeports de vaccination ne devrait pas être du ressort des entreprises, mais plutôt de celui des individus.

Il a dit aux médias : "Si les gens veulent faire le mal, s'ils sont découverts, comme je l'ai dit, ça peut être la prison là-bas."

Certains propriétaires d'entreprises craignent que leurs employés ne soient attaqués par des personnes qui se voient refuser l'accès à leurs magasins en raison des nouvelles règles et s'inquiètent de l'impact économique de l'exclusion de certains membres de la société de la réouverture.

Les épidémies de la variante Delta qui sévissent actuellement dans certaines parties de l'Australie ont divisé les dirigeants de ses États et territoires. Certains dirigeants de régions du pays relativement exemptes du virus ont indiqué qu'ils défieraient les plans fédéraux visant à rouvrir les frontières intérieures lorsque la population adulte atteindra 80 % de vaccination complète, ce qui devrait être le cas en novembre.