Le mensonge, l'agression et l'occupation font-ils partie de la raison d'État allemande ?


Une évolution dangereuse est dans l'air et se rapproche. En ces temps d'images ennemies, un "ministre de la guerre" allemand, A. Kramp-Karrenbauer, menace en effet la "voie de la dissuasion" contre la Russie, avec toutes les conséquences des stratégies de l'OTAN, qui n'excluent pas les armes nucléaires.

L'Allemagne sur une voie dangereuse

J'ai cru avoir mal entendu quand j'ai entendu ces tonalités dans l'interview de Dlf avec AKK le matin du 21 octobre 2021. Là, un ministre qui a échoué sur toute la ligne et qui va heureusement bientôt démissionner, 76 ans seulement après la fin de la guerre d'agression allemande contre la Russie avec 27 millions de morts de guerre, un pays auquel nous avons infligé de grandes souffrances comme le terrible blocus et la famine de Leningrad, qui a touché presque toutes les familles russes, y compris celle du président Poutine, ose menacer de ne pas exclure la guerre nucléaire si nécessaire. Et cela à un pays qui a libéré Auschwitz et à qui nous devons tant. (1)

Entre-temps, l'Allemagne s'est engagée dans cette voie dangereuse, en cherchant et en trouvant des images de l'ennemi entièrement conformes aux exigences de l'OTAN et des États-Unis. Nos "grands médias" ont joué un rôle majeur dans cette dangereuse évolution et s'emploient presque méticuleusement à faire entrer ces images ennemies dans nos têtes. C'est avec un zèle presque missionnaire qu'ils essaient d'éviter tout doute, et encore moins toute critique de cette approche. Quiconque ose s'y opposer devient un paria.

Les mensonges flagrants et les rapports erronés qui sont censés nous indiquer à quels pays dangereux nous avons affaire lorsqu'il s'agit de la Chine, de la Russie ou de la Turquie ne nous laissent pas indifférents. Pendant ce temps, le régime terroriste sioniste, doté d'armes nucléaires, s'arme déjà pour la "vraie vie" et s'entraîne à une éventuelle attaque contre l'Iran et ses prétendues installations nucléaires, tout en profitant de ce temps pour construire des colonies illégales pour les colons terroristes juifs.

Prenons l'exemple de la Russie et du gazoduc Nordstream-2, qu'il faut empêcher de toutes ses forces, si les Verts n'en font qu'à leur tête. Avec ce genre de politique de confrontation des Verts, nous avons déjà glissé vers une guerre en violation du droit international sous un ministre des affaires étrangères Vert.

Pourquoi s'immiscer dans le système juridique turc ?

Prenons l'exemple de la Turquie. Comme il est hypocrite de s'agiter autant sur l'annonce plus que compréhensible du président turc Erdogan de sa réponse à la provocation diplomatique de la déclaration commune publiée le 18 octobre par les dix plus hauts diplomates des États-Unis, du Canada, de la Finlande, de la France, de l'Allemagne, des Pays-Bas, de la Nouvelle-Zélande, de la Norvège et de la Suède, demandant la "libération urgente" d'Osman Kavala, le "philanthrope" emprisonné depuis quatre ans. Il est accusé d'avoir financé des manifestations à l'échelle nationale depuis 2013 et d'être impliqué dans la tentative de coup d'État ratée de 2016. Après tout, de nombreux citoyens turcs ont été tués et plus de 1 400 blessés dans ce processus. Le verdict du procès, qui sera entendu le mois prochain, est toujours en attente.

Et surtout, l'ingérence de pays comme les États-Unis qui, jusqu'à présent, n'ont pas pensé à fermer leur camp de prisonniers de Guantanamo à Cuba, qui viole les droits de l'homme. Là-bas, des prisonniers sans inculpation sont toujours derrière les barreaux après presque 20 ans, privés de tout droit et pas même d'une procédure régulière. Dans leur "guerre mondiale contre le terrorisme", les États-Unis violent également l'espace aérien européen et utilisent des pays européens pour des enlèvements et des tortures, pour des camps secrets, tandis que les Européens ferment les yeux et gardent le silence. Tout cela fait évidemment partie des "valeurs occidentales" toujours louées.

Alors pourquoi nous immisçons-nous dans le système juridique de la Turquie, le pays qui a fait preuve de tant de compassion et de générosité en acceptant les réfugiés sous Erdogan ? Où seraient les pays aux diplomates "courageux" sans cette Turquie ? Comment se fait-il que la Turquie, en particulier, se voit finalement refuser l'adhésion promise à l'UE avec des exigences et des préoccupations toujours nouvelles ? La Turquie est également l'un des rares pays à œuvrer pour la liberté de la Palestine. La Turquie est maintenant devenue l'un des acteurs les plus importants au Qatar, en Somalie et en Afghanistan. Tout cela semble être oublié par les partenaires et les signataires de l'OTAN lorsqu'ils agissent de manière aussi myope et hypocrite. Cette "intimidation de groupe" n'est pas courageuse, mais montre seulement que l'on essaie de faire avec la Turquie ce que l'on ne se permettrait jamais de faire avec d'autres partenaires.

Entre-temps, une clarification a été obtenue dans la mesure où les ambassadeurs ont assuré adhérer aux pratiques diplomatiques et ont exprimé leur attachement à l'article 41 de la Convention de Vienne, agiront avec plus de prudence à l'avenir et respecteront la souveraineté de la Turquie et ses lois. Erdogan a été heureux de considérer cette déclaration comme un recul et une concession, et de s'abstenir à l'avenir de toute ingérence dans notre système judiciaire. L'affaire est ainsi réglée pour l'instant.

Pourquoi s'ingérer dans les affaires turques mais pas dans les affaires israéliennes ?

Alors pourquoi l'Europe, les États-Unis, le Canada et même la Nouvelle-Zélande interviennent-ils dans cette affaire ? Se sont-ils déjà immiscés, par exemple, lorsqu'il s'agissait d'Israël, de l'Égypte ou de l'Arabie saoudite, etc. Ferment-ils les yeux sur la disparition de milliers d'opposants égyptiens ou de Frères musulmans après des procès pour l'exemple ou des raids arbitraires ? Ni les décapitations publiques en Arabie saoudite, ni la torture même d'enfants dans l'"État juif" n'ont été considérées par ces diplomates occidentaux comme une raison de protester contre lui, et encore moins d'exiger des libérations.

Que dire de Mohammed El-Halabi, le responsable du programme régional de World Vision, une organisation mondiale d'aide chrétienne, qui a été enlevé en juin 2016 alors qu'il conduisait entre Jérusalem et Gaza par des voyous de l'"Armée de défense" juive et qui est détenu sans procès depuis lors. Il a été faussement accusé de détourner des millions de dollars américains de fonds de World Vision vers le Hamas. Les enquêtes internes menées par World Vision et le gouvernement australien, l'un des principaux donateurs de l'organisation, n'ont apporté aucune preuve à l'appui de ces allégations. Toutefois, les $7 millions dépensés pour l'enquête d'un cabinet d'audit sur les fausses accusations israéliennes ont à nouveau prouvé l'innocence de Halabi. On n'a pas non plus hésité à utiliser la torture contre lui en détention. Ce n'est que récemment qu'il a pu bénéficier d'un avocat, mais lui aussi s'est vu systématiquement refuser l'accès aux témoins ou l'inspection des preuves. La plupart des audiences se sont déroulées à huis clos. Ces prétendues "preuves" ont en fait été produites par le Shin Bet, le service de renseignement interne d'Israël.

Pourquoi fermer les yeux sur l'apartheid raciste d'Israël ?

Avec ce genre de système juridique et judiciaire, peut-on encore parler de démocratie et réclamer son "droit à l'existence" ? Lorsque les Palestiniens de Cisjordanie occupée sont jugés par des tribunaux militaires où le taux de condamnation est de 99,7%, un taux que seules les dictatures et leurs juridictions ont. En fait, la majorité des Palestiniens sont jugés et condamnés par des tribunaux militaires israéliens, ou pire, directement tués ou exécutés "extrajudiciairement". Alors que les Israéliens juifs sont jugés par des tribunaux civils, si tant est qu'ils le soient, et font face à des peines clémentes. Si ce n'est pas de l'apartheid raciste !

La guerre de diffamation contre World Vision, qui est particulièrement engagée dans des programmes d'aide humanitaire dans la bande de Gaza, se poursuit de manière totalement incontestée par l'"Occident des valeurs". Rien ne doit déranger la puissance occupante, rien ne doit être porté à la connaissance du public lorsqu'elle commet ses crimes. D'ailleurs, il en va de même pour le nouveau cas de despotisme sioniste. Le nouveau "régime de terreur d'État" sioniste et l'ordre émis par le "ministre de la Guerre" Gantz ont classé six des plus importantes organisations palestiniennes de défense des droits de l'homme comme "organisations terroristes", qui sont affiliées au Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), classé comme "groupe terroriste" par Israël, les États-Unis et l'UE.

Plus qu'à propos, donc, le Comité israélien contre les démolitions de maisons (ICAHD), dirigé par Jeff Halper, juge : "Ce n'est pas sans une certaine ironie qu'un État qui utilise régulièrement le terrorisme contre une population civile retenue en captivité, privée de ses droits humains et civils, privée de sa terre et de sa vie, victime d'une politique implacable de démolitions de maisons, qualifie de "terroriste" une partie légitime d'un mouvement de libération." (2)(3)

Les crimes d'Israël ne doivent pas être réduits au silence

Les groupes palestiniens de défense des droits de l'homme ne seront pas réduits au silence tant que l'occupation illégale et ses crimes se poursuivront. Pas même par l'Autorité palestinienne et le président Abbas, ces organisations palestiniennes de défense des droits de l'homme sont aussi une épine dans son pied.

Alors, qui défend et protège les organisations palestiniennes de défense des droits de l'homme qui sont attaquées par le régime sioniste, qui s'est depuis longtemps éloigné du droit international et de l'état de droit international ? En tout cas pas les dignes diplomates occidentaux, qui ne protestent pas non plus bruyamment contre cette injustice criante !

Où sont ces hauts diplomates "courageux" et "occidentaux de valeur" lorsqu'il s'agit des forces d'occupation sionistes qui ont arrêté plus de 1 300 Palestiniens au cours des trois derniers mois seulement, selon un rapport de groupes palestiniens de défense des droits de l'homme tels que Adameer et Wadi Al Hilwah, entre autres. Ce rapport couvre la période entre juillet et septembre et note que 525 arrestations ont été effectuées dans la seule ville de Jérusalem. Parmi les personnes arrêtées figurent également 160 enfants et 37 femmes. Cela a porté le nombre total de détenus palestiniens en détention arbitraire par Israël à 4 600 en septembre, selon le rapport, dont 35 autres femmes, 200 enfants et 500 personnes en détention administrative, détenues sans inculpation ni procès.

Raison d'Etat : Due pour la lutte palestinienne d'autodétermination

Qui défend les Palestiniens, à qui des années de leur vie sont volées par l'"État juif", ce projet raciste-sioniste inhumain, cette colonie de colons européens-juifs construite au cœur du monde arabe, entièrement sous la protection de la raison d'État allemande. Unique au monde, car il n'existe aucun autre État au monde dont la raison d'État du gouvernement est la sécurité d'un autre pays. Même l'allié le plus important, les États-Unis, n'a pas proclamé cette monstruosité de "raison d'État pour la sécurité d'Israël". Il faut espérer qu'après le départ de Merkel, ce passage inqualifiable disparaîtra également, ne montrant ni une conception écrite du droit ni un signe de compréhension de la démocratie. Mais malheureusement, on ne peut pas le supposer avec cette nouvelle coalition de feux de signalisation, dont le "pilier central" est l'alliance transatlantique et l'OTAN. Tout au plus, une raison d'État serait-elle due à la lutte palestinienne pour l'autodétermination, la justice et la dignité dans une Palestine libérée des chaînes de la domination coloniale.

Sources

(1) https://www.deutschlandfunk.de/nato-strategie-kramp-karrenbauer-cdu-russland-ist-eine.694.de.html?dram:article_id=504531

(2) https://www.icahd.de/icahd-verurteilt-israelische-bezeichnung-von-palaestinensischen-menschenrechtsorganisationen-als-terroristische-gruppe

(3) https://www.aljazeera.com/news/2021/10/23/palestinian-ngos-designated-as-terrorist-call-for-support